Culte Georges Brassens

Pour marquer le 100e anniversaire de la naissance de Georges Brassens, je mets en ligne l’ensemble du «culte Georges Brassens» que j’ai déjà célébré deux fois dans des Églises méthodistes et réformées en Suisse romande, en équipe, avec des musicien·nes et des théologien·nes.

L’idée de ce «culte Georges Brassens» est née d’une rencontre avec Gaël Liardon, chansonnier, musicien d’Église, doctorant en musicologie, et d’une découverte, celle de notre goût commun pour les chansons de Georges Brassens. Je dédie d’ailleurs ce culte à Gaël, maintenant qu’il est décédé.

Je ne crois pas en Georges Brassens. Mais Georges Brassens est pour moi une sorte de prophète. Je trouve dans les chansons de Georges Brassens, dans ses paroles et dans ses musiques, dans sa vie aussi, un témoignage rendu à l’Évangile. Peut-être pas le plus orthodoxe de tous les témoignages rendus à l’Évangile, mais un témoignage vrai, un témoignage parfois dérangeant, mais un témoignage souvent stimulant.

En préparant ce culte, j’ai écrit qu’il y a plus d’Évangile dans les chansons de Georges Brassens que dans certains textes de la Bible. Et même si c’est un peu exagéré, je pense que c’est un peu vrai. Et j’espère que vous en ferez l’expérience. Mais pour être honnête, je dois dire aussi que certains textes de Georges Brassens offrent moins, peu ou pas d’Évangile. Comme moi, il est un être humain avec ses qualités et ses défauts, ses forces et ses faiblesses. Comme moi, il est seulement un être humain et c’est ce qui fait tout son charme, tout notre charme.

Vous trouverez dans le document ci-dessous un déroulement complet d’un «culte Georges Brassens» construit selon un plan de l’Église réformée de France (voir la page que l’Église protestante unie de France consacre aux liturgies) en trois temps:

  • Nous adorons Dieu ensemble: Jeanne, Chanson pour l’Auvergnat, Le temps ne fait rien à l’affaire
  • Dieu nous adresse sa parole vivifiante: Celui qui a mal tourné, La mauvaise réputation
  • Nous répondons à Dieu par des actes communautaires: La prière, Les copains d’abord

J’ai créé des textes liturgiques en lien avec des chanson du Grand Georges. Vous pouvez le célébrer librement tel que je l’ai conçu, mais je vous conseille plutôt de l’adapter aux circonstances, à votre communauté et surtout aux envies et aux capacités des musicien·nes.

Et je serais heureux que vous ajoutiez un commentaire sur cette page pour partager ce que vous allez faire ou ce que vous aurez fait.

Bon culte!

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Transversalité

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Transversalité » (16 octobre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/12528342

« Pierre, Simon et Judas veulent savoir qui, après J.C., est le chef du groupe. J.C. tente de leur explique le principe de la gouvernance horizontale. C’est pas gagné. »

Ma vision

« Il y a Dieu et ensuite, nous sommes tous au même niveau, tous ses enfants, tous frères. »

C’est cette vision de l’humanité — élargie aux sœurs un instant négligées — qui inspire le comportement de JC. Et si les disciples sont plutôt séduits, ils veulent quand même savoir qui est responsable de quoi. Alors JC leur attribue des fonctions : Simon qui est « lumière, étincelle divine, joie du partage » fera la cuisine pour tout le monde, ce qui ne le réjouit pas complètement ; Judas, en qui on peut « vraiment avoir confiance » gérera les finances du groupe ; quant à Pierre, il est difficile de lui trouver un rôle, car il ne sait « qu’un truc », « dire alléluia en rotant » !

L’intérêt théologique?

  • Un plus

Si « c’est pas gagné », c’est que la transversalité, l’horizontalité ou plus simplement l’égalité sont des notions inhabituelles, incongrues, inconnues. On ne dit pas souvent qu’aux yeux de Dieu, Hérode, ou le grand prêtre de la synagogue n’ont « pas plus de valeur qu’un petit enfant ou n’importe lequel d’entre nous » ; on n’agit pas souvent en conséquence, ni quand on est Hérode ni quand on est « n’importe lequel ».

  • Un moins

Je parie que le JC des évangiles aurait trouvé une fonction même à Pierre ; soit qu’il lui aurait découvert d’autres talents (le plus probable), soit qu’il aurait su donner un beau rôle à quelqu’un qui sait dire « alléluia en rotant ».


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)

« Nourris bien ton corps, ton âme y restera plus longtemps. »

Vu à Lille (France), dans le restaurant Happy F’eat:

«  Nourris bien ton xorps, ton âme y restera plus longtemps »
(c) Hélène Bauer

Je suis convaincu que l’inverse est aussi vrai: bien nourrir son âme permet au corps de vivre mieux et plus longtemps.

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Judas Guevara

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Judas Guevara » (9 octobre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/12528333

« Judas est emprisonné pour “acte révolutionnaire”. Il a osé dessiner une caricature de Pilate. Cela impressionne son co-détenu. Jusqu’à qu’il se rende compte que Judas dessine comme un nul, personne n’a reconnu Pilate et il est juste accusé d’avoir sali le mur des latrines en dessinant une fleur. »

Ma vision

Judas se fait passer pour un prisonnier politique. En caricaturant Pilate, il aurait “dit non à l’oppresseur romain”. Mais un gardien casse le mythe puisqu’il purge seulement une peine de trois semaines pour un graffiti de fleur et qu’il est “libéré pour bonne conduite”. Il reste cependant un doute : Judas a-t-il vraiment voulu représenter la tête du gouverneur romain ou prétend-il avoir voulu la dessiner pour se donner de l’importance ?

L’intérêt théologique?

  • Un plus

Judas se fait passer pour un prisonnier politique. En caricaturant Pilate, il aurait “dit non à l’oppresseur romain”. Mais un gardien casse le mythe puisqu’il purge seulement une peine de trois semaines pour un graffiti de fleur et qu’il est “libéré pour bonne conduite”. Il reste cependant un doute : Judas a-t-il vraiment voulu représenter la tête du gouverneur romain ou prétend-il avoir voulu la dessiner pour se donner de l’importance ?

  • Un moins

Depuis le début de la série, JC, sa famille, ses proches et ses disciples passent tou·tes et toujours pour des débiles et des incapables. Certes, le comique de répétition fait rire, mais il peut aussi lasser. Le scénario montrera-t-il plus de finesse dans les prochains épisodes ?


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Maman

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Maman » (2 octobre 2021)

« J.C. vient prévenir sa mère qu’il part en mission pour le Seigneur. Elle espérait plutôt qu’il lui annonce enfin qu’elle va être grand-mère. Mais non, son J.C. préfère ses copains à la jolie Marie-Madeleine. Ayayay ! Qu’est-ce qu’elle a fait pour mériter ça ? »

Partie 1, épisodes 1-3

Ma vision

Encore une histoires de malentendus.

JC est fier d’annoncer qu’il part « en mission pour le Seigneur ».

Sa mère – caricature de la mère juive – ramène tout au sexe : son fils quitte sa fiancée Marie-Madeleine et « part avec des garçons ».

Les garçons ne s’intéressent qu’à savoir s’il a « largué Marie-Mad » comme ils la surnomment.

Et Marie-Mad croit que JC la trouve trop vieille et que accuse le « salaud » d’avoir « rencontré quelqu’un ».

L’intérêt théologique?

  • Deux plus

L’épisode signale que la vie de JC n’est pas un long fleuve tranquille ; ses choix radicaux provoquent des incompréhensions et des rebuffades ; y compris parmi ses proches et même ses très proches. Il rappelle aussi qu’homme, JC vit sa vie comme un homme, même s’il redéfinit ce qu’est « un homme ».

  • Un moins

Le JC de la RTS passe pour un idiot, insensible aux sentiments des autres, des femmes en particulier. Mais le JC des évangiles est un personnage plein d’attention pour celles et ceux qui l’entourent ; il n’est pas toujours commode avec les plus fort·es, mais il se montre toujours attentif à ne pas blesser les plus faibles.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – L’apprenti paraboliste

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

« JC est désespérément nul pour raconter les histoires. On ne comprend rien, mais il persiste à vouloir utiliser les paraboles pour faire passer son message. Judas, Simon et Pierre essaient de le coacher. Et s’il les chantait, ça passerait mieux, non ? »

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« L’apprenti paraboliste » (25 septembre 2021)

Partie 1, épisodes 1-3

Ma vision

JC aimerait raconter une histoire – « Un homme avait trois chameaux » – pour faire passer son message – « « Il est plus simple pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer dans le royaume de Dieu ». Mais il se révèle un piètre conteur.

Simon reconnaît que « c’est pas complètement nul » et lui donne trois conseils : « il faut juste resserrer ton scénar », « fais plus simple ! », « garde l’essentiel ! ».

Et ça marche! Quand JC se lance en public, les gens l’écoutent et approuvent son message; mais ils s’en vont dès qu’il commence à raconter l’histoire des trois chameaux.

L’intérêt théologique?

  • Un plus

C’est évidemment le message délivré, emprunté directement à l’évangile selon Matthieu (chapitre 19,  verset 24). Peu importe les circonstances, il est toujours utile de rappeler cet essentiel, qu’en christianisme, les riches ne valent pas plus que les autres.

  • Un moins

Contrairement au JC de la RTS, le JC des quatre évangiles est un bon conteur ; ce sont ces histoires qui font son succès. Plus important, on peut penser que « l’essentiel » qu’il faut garder, c’est précisément de raconter des histoires. Parce qu’avec ces paraboles, JC suggère, propose, donne envie, ouvre des possibles ; il n’impose rien.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)