AFP: « Un prêtre suspendu pour avoir oublié des mots importants »

J’ai lu le 8 octobre 2013 une nouvelle théologiquement intrigante. Je vais citer in extenso la dépêche de l’AFP (reprise par Le Matin), mais seulement après vous avoir proposé trois questions de lecture (on est professeur ou on ne l’est pas):

  1. Quelle a été la faute du prêtre?
  2. Qui peut décider que la communion des fidèles est invalide?
  3. Que se passe-t-il pour les fidèles qui prennent part à une communion invalide?

Maintenant que j’ai orienté votre lecture, je peux vous laisser lire l’article.

« Un prêtre suspendu pour avoir oublié des mots importants
PAYS-BAS — Un prêtre catholique hollandais a été suspendu pour un an. Il avait oublié de prononcer des mots importants au cours de l’Eucharistie, rendant la communion invalide.
Un prêtre catholique néerlandais a été suspendu pour une période d’un an après avoir oublié de prononcer certaines paroles pendant l’Eucharistie, rendant la communion des fidèles «invalide», a-t-on appris mardi auprès du diocèse d’Utrecht. «Le prêtre n’a pas prononcé tous les mots de la consécration du pain et du vin, ce qui rend celle-ci et la communion qui a suivi invalides», a assuré à l’AFP Hans Zuijdwijk, le porte-parole du cardinal archevêque d’Utrecht, Willem Jacobus Eijk. Le prêtre, âgé de 64 ans, célébrait la messe dans la paroisse de Sint Johannes de Doper, dans la région d’Utrecht, au centre des Pays-Bas, et a prévenu de lui-même sa hiérarchie. «Il s’agit du sacrement le plus important et les fidèles qui étaient venus communier n’ont en fait pas pu le faire», a ajouté M. Zuijdwijk.
Compréhension du prêtre
Lors de la consécration de l’Hostie, le prêtre n’a, notamment, pas prononcé les mots qui transforment le pain et le vin en corps et sang du Christ, selon la tradition catholique : «ceci est mon corps livré pour vous». «Le cardinal a donc décidé de suspendre le prêtre, qui ne pourra pas célébrer de messe pendant un an», a ajouté le porte-parole. Le prêtre, qui avait espéré une punition «moins sévère», comprend néanmoins la décision du cardinal, selon M. Zuijdwijk. »

Je peux maintenant reprendre mes trois questions pour tenter d’y apporter des réponses.

1. Quelle a été la faute du prêtre?

À la lecture de l’article, je n,ai pas réussi à savoir si le prêtre à été sanctionné pour avoir raté la transsubstantiation ou pour avoir lésé les fidèles. D’un côté, je comprends que le prêtre devait fournir aux fidèles la communion qu’ils étaient venue chercher (elle implique de consommer le corps le Christ), ce qu’il n’a pas fait. Il y aurait donc eu, en quelque sorte, « tromperie sur la marchandise ». Les fidèles croyaient manger le corps du Christ, mais de fait, ils n’ont consommé qu’une vulgaire hostie, c’est à dire une rondelle de pain, blanche, plate et sèche. D’un autre côté, je soupçonne que la sentence condamne aussi l’infidélité du prêtre envers l’eucharistie (elle est « source et sommet de la vie chrétienne », dans une perspective catholique-romaine). D’ailleurs le Code de droit canonique de l’Église catholique-romaine rappelle le prêtre à ses devoirs sacramentels:

« Dans la célébration des sacrements, les livres liturgiques approuvés par l’autorité compétente seront fidèlement suivis; c’est pourquoi personne n’y ajoutera, n’en supprimera ou n’y changera quoi que ce soit de son propre chef. »  Code de droit canonique Livre IV, canon 846

2. Qui peut décider que la communion des fidèles est invalide?

La bonne réponse est la suivante: « Pour l’Église catholique-romaine, c’est l’Église catholique-romaine et elle seule »! J’utilise deux citations pour donner de l’autorité à ma réponse. La première vient de Jean Wirth, historien de l’art, qui écrit à propos de l’hostie au Moyen-Âge:

« La transformation du corps du Christ est devenue une sorte d’acte automatique dont rien ne peut inhiber l’efficacité. Elle est un pouvoir du prêtre et de tous les prêtres dans toute la chrétienté, un miracle accompli sans avoir besoin de charisme et donc un miracle institutionnel. » Wirth, Jean. 1999. L’image à l’époque romane. Paris: Éd. du Cerf: 199

Si le prêtre n’a pas besoin de charisme, il a toujours besoin de compétence. Il lui faut, a minima, celle de lire fidèlement les paroles exactes prévues dans la liturgie (y compris les mots « ceci est mon corps livré pour vous »). Pourquoi? Parce qu’ils sont efficaces. Ce sont ces « mots qui transforment le pain et le vin en corps et sang du Christ ». Comme l’explique Pierre-Marie Gy, historien dominicain de l’eucharistie, le prêtre, à ce moment précis, prononce les verba Christi, les paroles du Christ lui-même. Plus encore, quand le prêtre les prononce,

elles « sont prononcées par le Christ lui-même (ipse clamat), à la différence des prières que le prêtre dit avant et après les paroles du Christ »; elles ont « leur efficacité de transformer le pain et le vin. » Gy, Pierre-Marie. 1990. La liturgie dans l’histoire. Paris: Éd. du Cerf: 196 et 197

Dans une perspective catholique-romaine, ce sont donc les paroles, et les paroles exactes, qui effectuent la transsubstantiation. Voilà qui explique peut-être (à défaut de la justifier) la sévérité de la sanction infligée par l’autorité ecclésiale.

3. Que se passe-t-il pour les fidèles qui prennent part à une communion invalide?

Si j’étais professeur de théologie pratique à l’Universiteit Utrecht, je chercherais à savoir comment les fidèles de Sint Johannes de Doper ont vécu cette eucharistie.

  • J’aimerais savoir s’il estiment quant à eux avoir communié de manière valide. Après tout, au moment où ils ont communié, ils étaient convaincus de manger le corps du Christ, et non pas une simple hostie.
  • J’aimerais comprendre ce que vaut cette conviction des fidèles. Joue-t-elle un rôle dans la célébration de l’eucharistie? Autrement dit, a-t-elle une quelconque importance dans la validité de la communion?

Théologiquement, (mais je ne suis ni prêtre, ni évêque, ni théologien catholique-romain), je répondrais oui à ces deux questions. Pour reprendre la devise du Groupe de recherche sur l’alimentation et la spiritualité que je dirige: « on mange (aussi) comme on croit ». Ainsi, parce qu’ils ont cru qu’ils mangeaient le corps du Christ, les fidèles de Sint Johannes de Doper ont mangé le corps du Christ, peu importe que le prêtre ait ou n’ait pas prononcé tous les mots prévus. De toutes façons, quoi que le prêtre dise et quoi qu’il fasse, le pain reste toujours du pain et le vin reste toujours du vin. Mais les fidèles partagent avec le prêtre le pouvoir de rendre la communion valide, au moins à leurs propres yeux et à leur propre bouche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s