Faites vous-mêmes votre crèche! (théologie très pratique)

Pour marquer Noël (le 25 décembre) et l’Avent (les quatre dimanches avant Noël), je vous propose chaque lundi un texte à ce propos.

Lire aussi:

_____
Pour faire vous-même votre crèche, commencez par le décor, ce qui représente un premier problème.

Où Jésus est-il né?

  • L’Évangile selon Matthieu (2,11)  indique: « Les savants entrèrent dans la maison et virent l’enfant avec sa mère, Marie. »
  • L’Évangile selon Luc (2,7): « Marie mit au monde un fils, son premier-né. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche. »
  • Le Protévangile de Jacques (19,1) « Qui donc est en train d’accoucher dans la grotte? » Et Joseph dit à la sage-femme: « C’est Marie, ma fiancée. »
  • Le Pseudo-Matthieu (13,2): « Joseph fit arrêter la monture et invita Marie à descendre de la bête et à entrer dans une grotte. »

Alors, grotte, maison ou crèche? Au fond, peu importe! Ce que les textes veulent souligner, c’est la surprise et l’indifférence dans laquelle naît Jésus. Personne ne s’attend à le voir naître, personne n’est prêt pour l’accueillir. Pas même Joseph, pas même Marie! Dès sa naissance, Jésus est déjà en avance. Mais comme tous les nourrissons, il a besoin de ses parents, qui font tout pour le protéger. D’où la crèche proprement dite (une mangeoire pour l’alimentation du bétail). Elle a le triple avantage d’être haute (ce qui mettra le bébé à l’abri), d’être creuse (ce qui empêchera que le le bébé tombe) et d’être remplie de paille (ce qui gardera le bébé au chaud).

Pour faire vous-même votre crèche, continuez par les personnages, ce qui pose d’autres problèmes.

  • Évidemment, certains personnages sont incontournables: Marie, Joseph et Jésus. Mais quelles étaient leurs relations? Dans le Protévangile de Jacques, Joseph est déjà un vieil homme, père de plusieurs enfants. Il n’est pas l’époux de Marie, mais son protecteur, une sorte d’oncle ou de grand-père. Dans le Pseudo-Matthieu (13,3), deux sages-femmes attestent de la virginité de Marie: « Seigneur grand, pitié! Jamais on n’a entendu ni même soupçonné que des seins soient remplis de lait alors que le fils qui vient de naître manifeste la virginité de sa mère. Ce nouveau-né n’a connu nulle souillure de sang, l’accouchée n’a éprouvé nulle douleur. La vierge a enfanté et après l’enfantement continue d’être vierge. » Les Évangiles du Nouveau Testament sont, à ce sujet, beaucoup plus discrets et beaucoup moins catégoriques! Matthieu (1,16) fait de Jésus un descendant de David par Joseph et Luc (8,19) évoque les frères de Jésus.
  • Les seconds rôles varient: deux sages-femmes, Zahel et Salomé (Pseudo-Matthieu), des ouvriers (Protévangile de Jacques), des bergers et des anges (Luc), une étoile et des savants (Matthieu). Riches, pauvres, habitant sur place ou venant de loin, ils viennent tous témoigner de l’importance de l’événement. Le Protévangile de Jacques fait même de la naissance de Jésus un événement qui concerne tout l’Univers. Lorsque Jésus naît, tout s’arrête! Les hommes suspendent leurs gestes, ils en oublient de manger. Mêmes les oiseaux cessent leur vol. Les Évangiles du Nouveau Testament sont, encore une fois, bien plus mesurés. Dans les récits selon Matthieu et selon Luc, peu de gens se rendent compte de la naissance de Jésus: des savants, quelques bergers. Ni les habitants de Bethléem, ni Hérode à Jérusalem ne savent ce qui se passe. Seules de longues recherches dans les vieux textes fournissent des informations sur cet événement.
  • Enfin, il y a encore, il y a surtout les animaux. Les moutons font presque l’unanimité. Le Protévangile de Jacques ajoute des chevreaux. Quant à l’âne et au bœuf, ils doivent leur présence dans la crèche  au Pseudo-Matthieu: « Deux jours après la naissance du Seigneur, Marie quitta la grotte, entra dans une étable et déposa l’enfant dans une crèche, et le bœuf et l’âne, fléchissant les genoux, adorèrent celui-ci. Alors furent accomplies les paroles du prophète Isaïe disant: « Le bœuf a connu son propriétaire, et l’âne, la crèche de son maître » (Isaïe 1,3), et ces animaux, tout en l’entourant, l’adoraient sans cesse. Alors furent accomplies les paroles du prophète Habaquq disant: « Tu te manifesteras au milieu de deux animaux. » (Habaquq 3,2) ». Ils sont donc là pour souligner l’incrédulité des hommes, leur désobéissance et leur orgueil.

Cette année, faites donc vous-mêmes votre crèche! C’est un excellent moyen de découvrir et de faire découvrir les récits de la Nativité. Mais ne restez pas trop fidèles aux textes, qu’ils soient canoniques ou apocryphes. N’hésitez pas à l’actualiser, à la transculturer, à y ajouter vos paysages et vos personnages. Car la naissance de Jésus concerne tous les êtres humains, dans tous les pays dans tous les temps. Et toutes et tous sont invités à rendre visite à ce bébé.

(Lundi prochain: Les bergers)

_____

Reprise de cet article:

  • Par Réforme, hebdomadaire protestant d’actualité, Paris (lire l’article)

3 commentaires

  1. Cher Olivier,

    Belle initiative que je me réjouis de suivre et de retweeter! Permets-moi de t’inciter (avec insistance( à diffuser ce calendrier de l’Avent dans ton exil canadien:http://www.cath-vd.ch/Calendrier-de-l-Avent-2013.html

    C’est une initiative œcuménique des Vaudois qui a un beau succès depuis plusieurs années. Il est évidemment possible de s’abonner (par mail) de l’autre bout du monde. Ou de suivre le site.

    Belle suite à toi et aux tiens.

  2. Pour ‘entrer dans la maison’, se pourrait-il que le mot maison veuille dire ‘foyer’ ou encore ‘famille’, ou encore ‘lieu d’habitation’ ? … c’est vous le professeur … professeur qui semblez avoir très à coeur de ‘démontrer’ que la bible est une fable et que Dieu n’existe pas ……
    Croyez-vous en Dieu tout puissant ? Que Jésus est réellement mort à la croix et ressuscité ?
    D’autres part, les animaux cohabitaient certainement avec les habitants du foyer.

    Une crèche dans une grotte qui sert de foyer-maison à une famille, non ?

    D’autres ont la démarche contraire à la votre et soulignent les nombreuses sources différentes et concordantes …

    Combien de manuscrits différents pour les écrits de Platon et autre Pline l’ancien, etc ?

    Le mot protestant en présentation dans votre blog, me laisse perplexe … les réformés de toutes ‘tendances’ avaient un chose en commun : ils croyaient en Dieu, en Jésus et aux écritures …

    Question, votre but est-il de démontrer à tous que Dieu n’existe pas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s