Vers plusieurs « Notre Père »?

Le vendredi 22 novembre paraîtra la nouvelle traduction française de la Bible de la liturgie, celle l’Église catholique-romaine utilise lors de la célébration de la messe. L’annonce d’une nouvelle traduction de l’évangile attribué à Matthieu, chapitre 6, verset 13 a provoqué une vague d’émotion inattendue dans le monde francophone. Dans la prière proposée aux disciples, au lieu de lire/entendre « Et ne nous soumets pas à la tentation » (Bible de la liturgie – 1975), les catholiques liront/entendront désormais « Et ne nous laisse pas entrer en tentation ». La modification n’est pas anodine. Elle porte sur un concept théologique difficile: Dieu soumet-il à la tentation? Dieu est-il lui-même un (le?) tentateur. Les réponses dépendent (notamment) de la manière dont on traduit ce verset. Je vous propose quelques exemples des principales traductions, des exemples organisés en fonction de deux critères: 1) Est-ce Dieu qui soumet l’être humain à la tentation? 2) Le mal est-il personnifié?

Le mal est personnifié

Le mal n’est pas personnifié

Dieu soumet à la tentation

« Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. » (Louis Segond – 1910)
« Et ne nous soumets pas à la tentation; mais délivre-nous du Mauvais. » (Bible de Jérusalem – 1955)
« Et ne nous conduis pas dans la tentation, mais délivre-nous du Tentateur. » (Traduction Œcuménique de la Bible – 1975) »Et ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du Mauvais. » (Bible en Français Courant – 1982)
« Ne nous fais pas entrer dans l’épreuve, mais délivre-nous du Mauvais. » (Nouvelle Bible Segond – 2002)
« Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. » (Bible de la Liturgie – 1975)
« Ne nous fais pas pénétrer dans l’épreuve, mais délivre-nous du criminel. » (Chouraqui – 1987)
« Ne nous mets pas à l’épreuve et garde-nous du mal (La Bible nouvelle traduction – 2001)

Dieu ne soumet pas à la tentation

« Ne nous laisse pas entrer dans la tentation, mais délivre-nous du Malin. » (Nouvelle Version Segond Révisée – 1978)
« Garde-nous de céder à la tentation, et surtout, délivre-nous du diable. » (Bible du semeur – 1992)
« Et ne permets pas que nous soyons tentés. Mais libère-nous de l’esprit du mal. » (Parole de Vie -2000)
« Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal » (Bible de la liturgie – 2013)

En traduisant par « Et ne nous laisse pas entrer en tentation », la nouvelle version de la Bible de la liturgie décharge Dieu de son éventuelle responsabilité quant à la tentation et dépersonnifie le mal. Elle n’est pas la première à le faire, mais elle fait partie d’une paire très minoritaire. (En 2002, la Nouvelle Bible Segond (la version que privilégient les protestants) est même « revenue en arrière » en remplaçant « ne nous  laisse pas entre en tentation » (Nouvelle Version Segond Révisée – 1978) par « ne nous fais pas entrer en tentation ».)

Évidemment, ce n’est pas la traduction de la Bible qui a soulevé l’émotion, mais l’une de ses conséquences pratiques. La formulation de la prière du Notre Père que ce passage de Matthieu 6,  9-13 inspire (il en existe un parallèle au chapitre 11 de l’évangile attribué à Luc, mais le Notre Père s’en éloigne davantage) devrait logiquement, elle aussi, être modifiée (la décision n’a pas encore été prise). Et comme la prière du Notre Père est une prière commune à tou-te-s les chrétien-ne-s et que les trois principales confessions chrétiennes (catholique, orthodoxe et protestante) ont adopté la même version française en 1966, la question qui se pose est de savoir si les protestant-e-s et les orthodoxes vont adopter une éventuelle modification catholique.

Il est encore trop tôt pour le savoir. Mais le blogueur Nicolas Friedli présente le refus a priori des protestants suisses (et l’accord des protestants français) (lire son article « La FEPS rate le coche sur le nouveau Notre Père »)

« La demande catholique

En mars 2011, le Centre Romand de Pastorale Liturgique s’adresse à la Fédération des Églises Protestantes de Suisse au sujet de la modification de la sixième demande du Notre Père. La proposition de nouvelle traduction est: «Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal.» L’avis de la FEPS est explicitement demandé sur deux points :

  • Est-ce que cela pose un inconvénient majeur à ce que l’Église catholique adopte cette traduction?
  • Est-ce qu’il y a risque de tensions interconfesionnelles?

Évidemment, on peut émettre un reproche, mineur, à l’Église catholique: mettre le pied dans la porte! Mineur parce que la Fédération Protestante de France et la Commission liturgique de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France n’avaient pas exprimé d’opposition à cette proposition.

La réponse de la FEPS

À cette demande, la FEPS répond 6 mois plus tard, en septembre 2011. Sa réponse est pour le moins étonnante : d’une part, la nouvelle traduction est reconnue comme exégétiquement valable, d’autre part la FEPS souhaite qu’elle n’entre pas en vigueur en Suisse romande. Toute l’argumentation de la FEPS se rapporte au refus:

  • la procédure adoptée n’est pas la bonne parce que différente de celle qui avait conduit à l’actuel Notre Père commun;
  • les paroisses sont attachées à la version actuelle et habituée à la traduction traditionnelle.

La FEPS joue donc l’exégèse contre la procédure et fait gagner la procédure ! Puis l’exégèse contre la tradition, et fait gagner la tradition ! On croit rêver… »

Enfin, pour mémoire, je cite la prière du Notre Père dans les trois principales confessions chrétiennes (on trouve d’autres versions, notamment plus anciennes, sur le site http://priere-orthodoxe.blogspot.ca/2010/10/la-priere-du-seigneur.html). On remarquera que si les versions catholiques et protestantes sont identiques (sauf la dernière phrase, prononcée par l’officiant chez les catholiques et par l’assemblée chez les protestant-e-s), les orthodoxes ont d’ores et déjà adopté le désormais fameux « ne nous laisse pas entrer… »

 Catholique

 Protestant

 Orthodoxe

Notre Pèrequi es aux cieux,que ton Nom soit sanctifié,que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses,

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.

Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre nous du mal.

Amen

Grand séminaire de Montréal

Notre Pèrequi es aux cieux,que ton nom soit sanctifié,que ton règne vienne

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses

comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,

Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal.

Car c’est à toi qu’appartiennent: le règne la puissance et la gloire,

Aux siècles des siècles.

Amen.

Oratoire du Louvre

Notre Père,qui es aux cieux,que ton nom soit sanctifié,que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel;

donne-nous aujourd’hui notre pain essentiel;

remets-nous nos dettes,

comme nous aussi les remettons à nos débiteurs;

et ne nous laisse pas entrer dans l’épreuve, mais délivre-nous du Malin.

Amen.

Assemblée des évêques de France

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s