F comme Flambeau (ABC de la religion du #Canadien)

Inspiré par la belle Langue de puck de Benoît Melançon, je me propose de rédiger mon Abécédaire de la religion du Canadien et de définir les 26 mots-clefs de la religion du Canadien. Y parviendrai-je? Affaire à suivre. À suivre vingt-six fois plutôt qu’une! Avec un nouveau mot pour chaque nouvelle partie du Canadien. Du moins je l’espère.


F comme… «Flambeau»


Le Canadien de Montréal a choisi pour devise deux vers du poème In Flanders Fields, écrit en 1915 par le médecin militaire canadien John McCrae:

«Nos bras meurtris vous tendent le flambeau. À vous de le porter bien haut».

Mais de quoi ce flambeau est-il le nom? Dans d’autres contextes, dans d’autres religions, le flambeau peut symboliser la liberté éclairant le monde (à New York) ou la Parole de Dieu («Que veux-je, sinon qu’elle flamboie?», était la devise du réformateur protestant Guillaume Farel). Dans la religion du Canadien, il devrait symboliser la fierté d’une équipe plus que centenaire, la fierté de l’équipe la plus titrée avec ses 24 coupes Stanley, la fierté de tout un peuple, celui  du Québec. Parallèlement, vu la répétition des échecs  depuis 1993, pour toute une génération, il devrait plutôt symboliser les limites et les échecs d’une équipe (on ne se permettra pas d’ajouter d’une nation). Mais peu importe.

La religion du Canadien n’étant pas seulement une religion des Écritures, sa théologie ne privilégie pas toujours la Parole, la foi n’y vient pas seulement de ce que l’on entend et peuvent être heureux même ceux qui ont cru après avoir vu.

Alors, on allume le flambeau. Alors, on se transmet le flambeau. Du passé au présent, quand les bras appartiennent aux capitaines du Canadien qui se sont relayé pour le transporter de l’ancien Forum au nouveau Centre Molson. Du présent au présent, quand les bras appartiennent aux joueurs qui, à l’ouverture d’une nouvelle saison, se le transmettent de main en main. Du présent au futur quand les bras appartiennent à un jeune partisan du Canadien qui, au début de chaque rencontre, l’apporte au centre de la glace, l’élève face aux quatre côtés de la patinoire puis s’agenouille pour mettre le feu à la glace.


Prochaine entrée: G comme Ginette Reno


Entrées précédentes:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s