Libéralisme et fondamentalisme protestants (bibliographie)

Sur mon blogue, on me demande d’indiquer des livres ou des articles qui définissent le libéralisme et le fondamentalisme théologique, qui indiquent les « (non) fondements du libéralisme » et qui présentent l’évolution du protestantisme ces cinquante dernières années. Comme je trouve la demande intéressante, j’en fais un article.

  1. Sur ce sujet, mon livre préféré est en anglais. Marcus Borg, un théologien épiscopalien états-unien, y présente de manière simple et sans polémique ce qu’est pour lui le coeur du christianisme et en quoi il se distingue d’un christianisme plus fondamentaliste.
    Borg, Marcus J. 2003. The Heart of Christianity : rediscovering a life of faith. San Francisco: HarperSanFrancisco.
  2. En français, le site andregounelle.fr permet télécharger gratuitement de très nombreux écrits du théologien protestant libéral français André Gounelle (il a été mon professeur, il reste pour moi un maître).
  3. Je me permets d’ajouter l’un de mes propres articles: Bauer, Olivier. 2007. « Vers une communauté d’individus. Le cas de l’Église protestante francophone de Washington, DC. » In: Jean Richard & Monique Dumais, éds. Église et communauté. Montréal: Fides, pp. 59-78. Inspiré notamment par André Gounelle et Marcus Borg, j’essaye de montrer quel est l’impact d’une théologie libérale sur la vie d’une paroisse protestante. L’article est consultable et téléchargeable librement sur Papyrus, le dépôt institutionnel de l’Université de Montréal, en cliquant ici.
  4. Sur le protestantisme en général, sur ce qu’il est et ce qu’il n’est pas, il vaut la peine de lire l’excellente présentation générale, écrite par deux théologiens protestants libéraux français: Gagnebin, Laurent & Picon Raphaël. 2009. Le protestantisme : la foi insoumise. Paris: Flammarion.
  5. Enfin, sur les rapports en libéralisme et fondamentalisme théologique, j’indique un troisième livre. Encore en anglais (je vis en Amérique du Nord!) dont le très long titre exprime bien le projet de l’auteur. Brian McLaren un professeur d’anglais, protestant évangélique modéré, veut réconcilier les diverses tendances du christianisme: McLaren, Brian D. 2006. A generous orthodoxy : why I am a missional, evangelical, post/Protestant, liberal/conservative, mystical/poetic, biblical, charismatic/contemplative, fundamentalist/Calvinist, Anabaptist/Anglican, Methodist, Catholic, green, incarnational, depressed-yet-hopeful, emergent, unfinished Christian. El Cajon, CA: Youth Specialties.

Je termine en signalant deux sites Internet que je consulte fréquemment:

  • http://parpaillot.ch – Un site tenu par Nicolas Friedli, un théologien protestant suisse, qui couvre très largement et très méthodiquement toute l’actualité protestante (ou presque).
  • http://blogdesebastienfath.hautetfort.com – Le blogue du sociologue français de la religion, Sébastien Fath, spécialiste francophone des protestantismes (vous savez maintenant que le pluriel est de rigueur).

10 commentaires

    1. Chère Madame,
      Non seulement, votre référence ne me gêne pas, mais elle me fait plaisir. Si vous ou d’autres complètent mon article, je serai un homme heureux… En indiquant plus particulièrement des auteures féminines et des références extra-occidentales.

  1. J’ai enfin pris connaissance de votre article et des sources. Je n’ai pour l’instant pas trouvé les ‘bases’, les fondamentaux. Par exemple, la résurrection (de Jésus), vue par les fondamentaliste et la résurrection vue par les libéraux ? Jésus en tant qu’homme, que Dieu, la signification de la mort de Jésus (victime propitiatoire ?), les écrits dit de Jean, et les écrits dit de Paul considérés par les uns et les autres comme … ?

    Plus loin, la ‘croyance’ dans l’inhérence des écritures, la ‘croyance’ premièrement en Dieu, qui est Dieu, est-il ‘multiple’ ? Qui est Jésus ? Plus loin, Marie, le ou les ‘dieux’ des différents peuples, par exemple, les libéraux considèrent-ils que les différents peuples ‘inventent’ ‘dieu’ par rapport à ce qu’ils ne comprennent pas ? Et que chaque peuple donne un (ou des) nom(s) différents à une même ‘notion’ ?

    Pour un libéral, les grecs ont ‘créés’ une religion pour ‘expliquer par des symboles’, des mythes, (comment comprend le terme ‘mythe’, un libéral ? ) la mort, la nature, enfin, ce qui est difficile à comprendre, ou encore ce qui fait peur ?
    Ou alors, les romains pour des questions de ‘morales’, dans le but de ? … ou encore de soumission des populations ? L’acceptation de ‘la pauvreté’, par exemple, est commune à passablement de ‘religions’. Ne pas rechercher à ‘changer de condition’, etc, etc.

    Et sur la liturgie par exemple, sur quoi se base le libéralisme et pourquoi ? Ne me répondez-pas ‘le libéralisme protestant se base sur telle ou telle liturgie’ ! 🙂 🙂 mais bien plutot pourquoi garder cette liturgie là, et déjà pourquoi avoir une liturgie, dans quel but, sur quels ‘fondements’, liturgie elle-même découlant de …. ?

    Et pour l’organisation des organismes, quelles positions sur le congrégationalisme, par exemple, sur la séparation entre les églises et l’état, sur les éventuelles différences entre ‘clergé’ et laïcs’ …

    Sur quelles bases, la fonction de pasteur, ou encore de prêtre, comment voit le libelliste protestant, l’obligation de célibat des prêtres, la hiérarchie catholique, comment considère-il la mariologie, et plus loin, les très nombreuses et différentes ‘pratiques’ catholiques, en fonction des différents pays, des différents courants, et premièrement avec le catholicisme ‘traditionaliste’.

    Est-ce que par exemple, vous considérez la Bible (le nouveau testament) comme créé par ‘des hommes qui réfléchissaient’ `Si oui, dans quel but ? Et plus loin, pourquoi souhaiter ‘continuer’ une telle religion, si elle est perçue ainsi, et pourquoi souhaiter la faire ‘évoluer’, voir la ‘rafraichir’ pour la faire correspondre avec ‘notre siècle’,. etc, etc

    1. Bonjour,
      Je vous remercie de poursuivre ce dialogue. Vos questions sont compliquées mais pertinentes et stimulantes. Je vais essayer de répondre à chacune de vos remarques. Mais j’aurai besoin d’un peu de temps. À suivre, donc.
      Avec mes salutations
      Olivier Bauer

      1. Merci de votre intérêt ! Je pensais mes questions toutes simples ! 🙂
        (C’est à dire, les réponses à mes questions toutes simples)

      2. Bonjour,
        Est-ce que vous avez eu un peu de temps pour ‘plancher’ sur mes petites questions ? 🙂

        Ce sont des questions que beaucoup se posent, et je serai surprise que personne n’ait fait de livre à ce sujet et de façon plus exhaustive encore, incluant la signification-représentation par les libéraux des termes, pratiques, fonctions, etc généralement utilisés par le ‘christianisme’.
        Peut-être que d’autres théologiens qui lisent votre blog, ont connaissance d’un tel livre ?

        Cordiales salutations à vous aussi ! 🙂

  2. Béréenne attitude,

    Vous avez littéralement assailli M. Bauer avec vos questions qui partent dans tous les sens. Allez-donc faire un tour du côté du Lab’Oratoire, vous trouverez sans doute des réponses à des questions que les chrétiens comme vous se posent, d’un point de vue protestant libéral: http://blog.oratoiredulouvre.fr/

    Bien à vous,
    Georges

    1. Bonjour Georges,
      A l’instant je lis votre ‘appréciation’ que je n’avais pas vue.
      Elle me fait quelque peu sourire … elle va dans le sens habituel de ne répondre à aucune question des ‘petites brebis’ ! 🙂

      Trouver dans l’énoncer de la question, (des questions) le prétexte pour ne pas répondre est tout aussi habituel ! Généralement, c’est la méthode utilisée : trouver un prétexte ou un autre dans la forme de la question, plus rarement sur le fond. Le manque de temps revient aussi et ‘répondre à coté’. Ou donner bien trop d’informations (de livres et de documents à lire), histoire de bien noyer le poisson ! Ou envoyer la petite brebis poliment voir ailleurs, tout en sachant que l’Oratoire du Louvre ne répondra pas plus à mon questionnement.

      Questionnement tout à fait basique et qui va dans un unique sens, ne vous en déplaise, connaitre la position du libéralisme sur les points essentiels du christianisme.

      Ceci dit, vous pourriez déroger à cette règle en répondant brièvement et clairement à l’une ou l’autre question, histoire de nous démontrer que vous ne faites pas de la rétention d’informations dans le but de garder les petites brebis incultes pour mieux les asservir … ou pour quelques autres obscures raisons.

      Dans l’histoire, l’obscurantisme était l’apanage du catholicisme, le protestantisme se faisant un devoir d’instruire le ‘petit peuple’ …

      Les temps semblent avoir bien changé !

      Bien à vous !

      1. Béréenne attitude,

        Pour le coup, votre attitude n’est pas très « béréenne », puisque les chrétiens de Bérée (en référence à Actes 17) avaient cette faculté de chercher et de vérifier par eux-mêmes les réponses aux interrogations que suscitait la prédication de Paul. Bien sûr, en disant cela, je ne prétends pas que le dialogue et le partages sont inutiles. Ce que je veux dire, c’est que répondre aux 1001 questions que vous posez demande du travail et de la recherche. SI vous êtes réellement en quête de réponses (je le suis tout autant que vous), vous avez sans doute déjà vous même entamé cette recherche plutôt que de la déléguer à d’autres pour qu’ils vous fournissent le fruit de leur travail. Concernant la vision de la résurrection des fondamentalistes et des libéraux, M. Bauer cite certains livres qui en parlent, par exemple celui de Marcus Borg. L’avez-vous consulté? Il existe même des vidéos sur Youtube qui en parlent, les avez-vous visionnées? Même chose concernant la signification de la mort du Christ: nombre de livres existent qui en parlent et qui offrent différentes interprétations possibles. Voyez par exemple le livre de François Vouga, « La religion crucifiée », ou encore celui, classique, de Bernard Sesboüé, « Jésus-Christ, l’unique médiateur », etc. Vous voulez des réponses? Lisez des livres pardi! Même sur Wikipédia vous avez déjà gratuitement accès à certaines pistes de réflexion.

        Cordialement,
        Georges

  3. M. Bauer,

    Merci pour votre blog que je découvre. Marcus Borg est en effet un excellent auteur, un homme de foi très abordable, irénique, honnête. J’ai moi-même cherché des auteurs et des livres de tendance « libérale » pour nourrir ma quête spirituelle, ce qui n’est pas une mince affaire. J’ai toutefois constaté que le libéralisme étasunien récent est différent du libéralisme historique européen, car là-bas, bien plus qu’ici, ils s’est en grande partie constitué contre le fondamentalisme évangélique. Un autre auteur comme John Shelby Spong est extrêmement populaire à ce niveau-là.

    Au plaisir,
    Georges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s