Bagel et smoked meat

au

Un article scientifique; c’est le document le plus récent et le plus abouti.

Bauer, O. (2015). Le bagel, la smoked meat, les bageleries et les délis sont une part du patrimoine culinaire de Montréal. 20 pages. Article scientifique à lire et/ou télécharger gratuitement sur Papyrus, le dépôt institutionnel de l’Université de Montréal.

« Dans cet article, nous avons adopté une démarche en trois étapes simples que nous présentons très brièvement. Dans un premier temps, nous allons identifier les principaux faits qui font du bagel, des bageleries, de la smoked meat et des délis des artefacts du patrimoine culinaire de Montréal; nous le ferons en mobilisant notre propre expérience de consommateur et en recourant aux récits, aux essais qui ont été consacré au bagel, un bageleries, à la smoked meat et aux délis de Montréal. Dans un deuxième temps, nous allons choisir une théorie qui nous permette de comprendre de quel type et de quel degré d’hybridité témoigne la présence du bagel, des bageleries, de la smoked meat et des délis dans le patrimoine culinaire de Montréal; nous l’emprunterons à l’étude de la religion qui a l’habitude de traiter les questions d’hybridation religieuse et culturelle. Dans un troisième temps, nous allons préciser de quelle hybridité bagel, bageleries, smoked meat et délis sont le signe ; nous formulerons des hypothèses que nous soumettons à différentes épreuves. »

The slide show of a presentation at Brown University.

Bauer, Olivier. (2014, 23-25 october). « Bagel, Bagelry, Smoked Meat and Deli as the Jewish Part of Montreal’s Culinary Heritage. » Paper presented at the Food Heritage, Hybridity & Locality: An International Conference, Brown University. Slide show of the conference to be visualized on my blog.

« When it comes to determining what is Montreal’s culinary heritage, two foods are always mentioned: bagels and smoked meat. However those foods are not Montrealers. They came from Ashkenazi immigrants who brought them to Montreal at the end of the 19th century. This paper focus on understanding how these typically East European Jewish foods became, rather quickly, Montreal’s culinary heritage even when Jews are (and always were) only a small minority in Montreal and on explaining what bagels and smoked meat say about Montreal’s complex cultural identities. In this paper, it will be answered to some questions such as: What are Montreal bagels and smoked meat? Who eats bagels and smoked meat? Where are bagel and smoked meat eaten? But also: What roles bagels, smoked meat, bakeries, and delis play in Montreal identities? Are they really part of its rare culinary heritage? How do bagels, smoked meat and delis being part of Montreal’s culinary heritage impact both Montreal Franco-Anglo-Jewish identity or French, English and Jewish identities? »

Un article plus grand public qui présente un état intermédiaire de ma recherche.

Bauer, O. (2011, 23-24 novembre). « Un patrimoine alimentaire juif à 80% pour une ville juive à 2,8% seulement! » Communication présentée lors du colloque « Gastronomies juives » à l’Université François-Rabelais de Tours. Texte de la conférence à lire sur mon blogue.

« Terminons simplement en rassemblant nos réflexions. Tant le bagel que le smoked meat appartiennent au patrimoine gastronomique juif ashkénaze, d’où ils tirent leur origine métissée. Dans le cadre du judaïsme, ils nourrissent, évidemment; mais ils réunissent également. Et comme symbole, le bagel donne à penser, à penser Dieu, à penser la vie et la mort. Introduit en Amérique du Nord par les immigrants juifs d’Europe centrale, adaptés au contexte et au goût nord-américain, le bagel et le smoked meat sont devenues partie intégrante du patrimoine gastronomique de Montréal. Ici aussi, ils nourrissent; ici aussi ils réunissent; mais ici aussi, ils donnent à penser. Mais plus que de théologie, ils parlent d’une identité, celle de Montréal. Bagel et smoked meat témoignent d’abord de l’existence d’un patrimoine gastronomique, même limité, à Montréal. Mais ils témoignent ensuite de l’impact, même inconscient, même dénié, du judaïsme sur Montréal; ils témoignent encore de ce Boulevard St-Laurent qui a servi de frontière pour séparer et réunir francophones et anglophones, juifs et chrétiens. Ils témoignent enfin d’une certaine nostalgie, de l’envie de se raccrocher à une tradition, à un Montréal d’autrefois, à la fois réel et rêvé, que les Juifs ont su, par choix ou par nécessité, préserver. »


Lire aussi, read more sur UdeM Nouvelles:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s