La bénédiction d’un couple n’est ni un mariage ni un sous-mariage!

Sous le titre «L’Église ne célébrera pas de « sous-mariage »», le quotidien québécois Le Devoir rapporte aujourd’hui les propos du chancelier du diocèse catholique-romain de Montréal. Il réagit à la décision d’une juge québécoise qui a statué que le «mariage religieux» ne devait pas forcément valoir comme mariage civil (pour faire court).

« Or, l’Église ne célèbre pas « d’union spirituelle », rétorque François Sarrazin. « Il n’y a pas de sous-célébration, on ne joue pas ce jeu-là, dit-il. Le mariage n’est pas qu’un contrat [aux yeux de l’Église] : c’est un sacrement. » Commencer à célébrer des unions semi-clandestines « mettrait en péril la dignité du sacrement du mariage », fait valoir M. Sarrazin.

Le théologien du quotidien ne pouvait pas rater l’occasion de s’autosaisir de ce sujet.

  1. D’abord, ce n’est pas de «l’Église» dont il est question mais de l’Église catholique-romaine. Ce qui n’est pas la même chose (ce n’est pas parce que j’ai l’habitude de cette généralisation abusive que je vais la laisser passer).
  2. Surtout que dans le cas présent, aucun catholique n’était impliqué. Le plaignant était un baptiste qui souhaitait être marié aux yeux de son Église, sans que cela n’entraîne de conséquences sur le plan civil (au Québec, les prêtres, les pasteurs et d’autres professionnels du religieux remplissent la fonction d’officier d’État-civil).
  3. J’ai depuis longtemps remarqué qu’au Québec, comme aux États-Unis, en Suisse ou en France (j’ai eu la chance d’avoir été pasteur dans ces quatre pays), le mariage permettait à l’État de réguler le religieux. En Amérique du Nord, il accorde à certaines institutions religieuses (pas toutes) un droit généralisé à célébrer des mariages reconnus civilement; en Europe, il exige que le mariage célébré par certaines institutions religieuses (pas toutes) soit précédé d’un mariage civil. En leur conférant ce droit ou cette contrainte, les États accordent à certaines institutions religieuses (pas toutes) un statut particulier et une certaine forme de reconnaissance.
  4. Par commodité, j’ai utilisé l’expression «mariage religieux», mais, dans une perspective protestante, cette chose n’existe pas! Les Églises protestantes ne marient personne. Elles proposent des cérémonies ou deux personnes, de sexe différent ou de même sexe, témoignent de leur amour devant leurs familles et leurs ami.e.s, se font mutuellement des promesses, signifient leur alliance en échangeant des anneaux et demandent à Dieu, publiquement et «cérémonieusement», de les bénir, chacun individuellement et ensemble dans leur couple. Et qu’ils/elles soient marié.e.s, pacsé.e.s, en union libre, en concubinage, etc. ne change rien à l’affaire. Ils/elles repartent comme ils/elles sont venus.
  5. Sur un point, je suis d’accord avec le chancelier du diocèse catholique-romain de Montréal, les Églises ne proposent pas d’union spirituelle, mais une union totale, charnelle aussi. «Vous pouvez embrasser le/la marié.e!»

Sur le même thème, on peut lire mon article scientifique sur la manière dont deux conjoints de même sexe peuvent vivre leur rite de bénédiction.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s