Comment évangéliser les bons chrétiens?

Non, il n’y a pas d’erreur dans le titre.

On se demande souvent comment évangéliser les non chrétiens.

On se demande rarement comment évangéliser les bons chrétiens (et les bonnes chrétiennes, mais on manque alors le jeu de mot).

C’est-à-dire comment faire comprendre qu’être chrétien·ne, ce n’est pas un état mais un processus?

Pour paraphraser Nietzsche: « Il n’y a eu qu’un seul bon chrétien et il est mort sur la croix. »

Qui me dira alors comment rendre les mauvais·es chrétien·nes dont je suis le premier meilleur·es ou moins pires?

Un commentaire

  1. Professeur Bauer, j’applaudis chaudement votre humilité et je m’inscrits, volontiers, à cette classe de penseurs n’ayant pas de prétention d’être meilleurs que l’autre, en référence à la « Parabole de la paille et de la poutre » tirée du sermon sur la montagne, selon Mt 7, 3-5.

    Cette question devra être analysée avec minutie et délicatesse. Est-il possible d’évangéliser un chrétien ? A mon humble avis, on parlerait en lieu et place, tout simplement, de « ré-évangéliser » un (e) « ex-chrétien(ne) ».

    En me plongeant à nouveau dans mes notes du cours « THP6205 – Christianisme et transmission », dispensé par le Professeur Bauer, j’ai retenu la définition du verbe « évangéliser », c’est annoncer l’Évangile de Jésus Christ afin de susciter l’intérêt de quelqu’un vers la conversion à la foi chrétienne. Évangéliser c’est christianiser. On s’entend, le chrétien ou la chrétienne est déjà christianisé(e). Il importe, maintenant, d’orienter le penseur vers la réflexion du « quoi faire » afin de maintenir la lampe du chrétien ou de la chrétienne toujours allumée ?

    Afin de rendre les mauvais(se)s ex-chrétien(ne)s dont vous et moi sommes les premiers meilleur(e)s ou moins pires, nous pourrons bien nous référer aux Textes inspirés, la Bible, en suivant les étapes suivantes :
    a) De cacher la Parole du Seigneur Dieu dans nos cœurs afin de ne pas pécher contre Lui, selon le Ps 119, 11 ;
    b) D’aimer le Seigneur Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre pensée, et d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, selon Mt 22, 37-39.

    Léontès Béry_1er juin 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s