Le dilemme du théologien qui doit se montrer généreux envers les moustiques.

C’est l’été.

Je suis sur une terrasse et je lis Animal Theology d’Andrew Linzey. En 1994 déjà, il défendait l’idée qu’un·e chrétien·ne doit faire preuve de générosité envers les animaux.

Mais des moustiques viennent me piquer.

D’où mon dilemme: dois-je me laisser dévorer ou les tuer?

J’ai trouvé la solution.

Je suis rentré à l’intérieur.

Mais je ne profite plus su soleil et les moustiques n’ont plus rien à manger.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s