Les « croyant·es » n’ont qu’un seul « père » (biologique ou adoptif), mais deux « mères »

On me permettra pour une fois de ne pas faire de la théologie au quotidien, mais plutôt de réfléchir sur un sujet décontextualisé (encore que cette réflexion soit en lien avec mon quotidien, mais vous n’avez pas à le savoir).

On dit souvent qu’Abraham (ou Avraham ou Ibrahîm) est le « père des croyant·es », parce que la tradition lui attribue deux fils : le premier s’appelle Ismaël dont la mère est Agar, une servante égyptienne ; Ismaël (ou Ismaïl) est considéré par l’islam comme l’ancêtre des musulman·es. Le second s’appelle Isaac, dont la mère est Sara, la femme d’Abraham ; Isaac est considéré par le judaïsme comme l’ancêtre des juives et des juifs. Enfin, le christianisme en fait le père adoptif des chrétiens·nes, qui comme lui, ont confiance en Dieu.

Je ne vais pas résumer la saga familiale d’Abraham. Je vous invite plutôt à la lire :

  • Dans la Torah : dans le livre de la Genèse, pour Abraham, les chapitres 12 à 25 ; pour Agar, les chapitres 16 et 21 ; et pour Sara, les chapitres 16, 17, 18 et 21 (par exemple dans la Bible du Rabbinat).
  • Dans le Coran, parmi les 25 sourates qui mentionnent Abraham, sur Abraham et Ismaël, les sourates 2,124-140 et 37,101-108 ; sur Abraham, sa femme et Isaac, la sourate 11,69-73 (par exemple dans la traduction de Ḥamza Boubakeur tome I et tome II).
  • Et dans le Nouveau Testament, dans la lettre de Paul aux Romains, le chapitre 4 (en utilisant par exemple le moteur de recherche de l’Alliance biblique française Lire la Bible).

Je ne vais pas la résumer, mais je peux en faire une histoire courte.

Le Seigneur promet à Abraham qu’il aura des descendants aussi nombreux que les étoiles du ciel. Mais le couple qu’il forme avec Sara est stérile. La femme propose à son mari d’avoir des relations sexuelles avec sa servante Agar. Et ça marche ! Agar enfante un fils et lui donne le nom d’Ismaël. Mais Dieu ne se satisfait pas de cette solution. Il annonce à Sara qu’elle aura elle aussi un fils, malgré son grand âge. Et ça marche encore ! Sara enfante un fils qui reçoit le nom Isaac. Abraham et Sara s’accordent alors pour chasser Agar et Ismaël. Ce qui n’empêche pas que ce soit et par Ismaël et par Isaac qu’Abraham aura des descendants aussi nombreux que les étoiles du ciel.

Les trois monothéismes affirment donc qu’Abraham est le « père des croyant·es » parce que par Agar et Ismaël, il serait l’ancêtre des musulman·es et que par Sara et Isaac celui des juives et des juifs ainsi que des chrétien·nes.

Selon le mythe, les croyant.es ont donc un père et deux mères. Ce qui établit des liens familiaux qui unissent ces trois manières de croire en un même Dieu. Nous sommes tous et toutes frères et sœurs, demi-frères et demi-sœurs, au moins cousin, cousines.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s