Il ne suffit pas de mettre Jésus dans une blague pour qu’elle soit drôle (âmes sensibles s’abstenir)

J’ai vu cette affiche dans la région de Lausanne :

C’est de l’humour évidemment. Mais le jeu de mot est si approximatif que la blague est nulle. Le Montreux Comedy (un festival d’humour) a sans doute pensé que faire une blague sur Jésus lui assurerait un maximum de publicité, surtout si des chrétien·nes fondamentalistes ou intégristes avaient la bonne idée de dénoncer leur publicité…

Mais il ne suffit pas de mettre Jésus dans une blague pour qu’elle soit drôle. L’agence de publicité aurait dû demander de l’aide. En matière de blague sur Jésus, les théologien·nes s’y connaissent. Permettez-moi d’en proposer quatre, que les âmes sensibles devraient s’abstenir de lire :

  1. Une toute simple mais subtile : Jésus Christ et la caravane passe.
  2. Une pour celles et ceux qui aiment le sport : Jésus va-t-il jouer dimanche prochain ? Non, il a été suspendu.
  3. Une devinette médicale un peu éculée : Pourquoi Jésus ne pouvait-il pas mettre de suppositoire ? Parce que les voies du Seigneur sont impénétrables !
  4. Une dernière, graveleuse : Deux prostituées se rencontrent. L’une porte un T-shirt sur lequel est écrit « Jésus ». L’autre lui dit : « Ça ne s’écrit pas comme ça, je suce ! »

6 commentaires

  1. Bonjour,
    Bravo pour ce post. Il est parlant de vérité.
    L’affiche n’est franchement pas drôle. On fait mieux quand même.
    Je ne connaissais pas toutes les blagues que vous avez noté.
    Je ne suis pas fondamentaliste mais très pratiquante,ce qui ne m’empêche pas de rire (un peu quand même sinon la vie serait parfois un peu monotone).
    Je ne m offusque pas dès que quelqu’un blague sur la religion ou sur Jésus. Je ne partage pas forcement tout dans cet humour MAIS j’écoute ou lis tout simplement. Si c’est parfois a la limite du blasphème et bien je ne lis pas tout simplement.
    C’est la liberté d’expression de chacun.
    En tout cas bravo,j’ai vraiment aimé votre message!

    J'aime

  2. Oh… Ce sont des blagues très enfantines, de simples jeux de mots, presque ; pas de vraies plaisanteries dont le sujet serait la religion ou Jésus.

    Dans les vraies plaisanteries, il y a de la dérision. Et dans les bonnes plaisanteries, forcément de l’autodérision ou de l’universel. Si on ne fait que se moquer de l’autre et qu’on ne se reconnaît en rien dans cet autre, ce n’est pas drôle du tout.

    (C’était le quart d’heure de lourdeur).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s