L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – L’apprenti paraboliste II

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« L’apprenti paraboliste II » (11 décembre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/12596393

« J.C. tente une nouvelle parabole. Il raconte l’histoire des dix vierges qui attendent leurs époux à Pierre et Simon qui croient que c’est une histoire grivoise. »

Ma vision

Quand attablé dans un bistrot, JC annonce « Mes amis, je vais vous raconter une histoire », Judas quitte la table tandis que Pierre et Simon se méfient ; ils n’ont pas tort, car l’histoire n’est pas bonne et JC ne raconte pas bien. Ce qui plaît aux « deux amis », ce sont seulement les sous-entendus sexuels qu’ils y trouvent et qui les font ricaner comme deux gamins.

L’intérêt théologique ?

  • Un plus

Il m’est parfois difficile de trouver un intérêt théologique dans la vie de JC et sans doute que ma formation de théologien me fait parfois en mettre plus qu’il n’y en a. Ici, je dirais que la parabole joue parfaitement son rôle de miroir tendu aux auditrices et aux auditeurs ; on y voit ce qu’on veut y voir : une histoire grivoise ou un appel à la sagesse. Le JC des évangiles le dit ailleurs : « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende ! ». Clairement, ce n’est pas le cas de Simon et Pierre; pas aujourd’hui du moins.

  • Un moins

Je trouve le moins du jour dans la parabole elle-même. Elle est ennuyeuse, car elle est trop morale, trop normale. Les jeunes filles sages sont très sages, les jeunes filles insouciantes sont jugées folles ; l’insouciance a des conséquences négatives ; du haut de leur sagesse, les jeunes filles sages font la morale plutôt que de rendre service ; et les jeunes filles folles sont finalement punies. Tout est trop bien qui finit bien pour les unes et mal pour les autres. Le JC des évangiles peut et sait mieux faire !

Mais la faute en incombe à l’évangile de Matthieu, pas aux scénaristes de la vie de JC… qui ont le mérite de mettre en scène l’ennui que génère cette parabole.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)
  7. Le possédé (6 novembre 2021)
  8. Don Corléus (13 novembre 2021)
  9. J.C. marche sur l’eau (20 novembre 2021)
  10. Romance à Tibériade (27 novembre 2021)
  11. L’autre joue (4 décembre 2021)
  12. L’apprenti paraboliste II (11 décembre 2021)

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s