S’orienter sur la boussole spirituelle

Dans la liturgie chrétienne, le mois de janvier est le mois des mages ; pour mémoire, l’évangile attribué à Matthieu raconte l’histoire de savants qui viennent de l’Orient jusqu’à Bethléem en suivant une étoile qui les guide vers la crèche où Jésus vient de naître ; pour mémoire, le chrtistianisme fête ces mages le 6 janvier, jour de l’Épiphanie ; réentendre cette histoire m’a donné envie de réfléchir sur le terme français « s’orienter ».

S’orienter, c’est se situer par rapport à l’orient, donc par rapport à l’est.

En digressant, je rappelle que géographiquement, on se « nordise », par rapport au pôle magnétique ; et que « s’occidentaliser » est chargé d’un tout autre sens, c’est adopter les coutumes et les habitudes de « l’Occident », c’est-à-dire de l’Europe et de l’Amérique du Nord, qui en fait se situent autant à l’est qu’à l’ouest puisque la terre est ronde et surtout au nord ; encore que l’Australie et la Nouvelle-Zélande par exemple appartiennent à l’hémisphère sud.

Mais intellectuellement et spirituellement, on continue à s’orienter;  ;u moins quand on parle français ; l’orient certes, mais pourquoi l’orient ? Parce que c’est à l’est que le soleil se lève ; s’orienter, c’est donc se situer par rapport au soleil qui se lève ; et où que l’on soit sur la planète, il se lève plutôt ou à peu près vers l’orient, qu’on appelle aussi le levant.

À ce point, vous vous demandez peut-être que fait ce billet sur un blogue théologique.

C’est que le christianisme a lui aussi fait de l’est, son point de référence ; ainsi, beaucoup d’églises sont orientées vers l’est, c’est-à-dire que le lieu de la célébration est à l’est ; vers l’est et non pas vers Jérusalem ; car cette ville, toute « sainte » qu’elle soit, ne se trouve à l’est que pour l’Europe et l’Afrique du Nord, et encore, très approximativement, tandis que le soleil levant est une référence universelle, valable tout autour du globe terrestre.

Et pourquoi l’orient est-il le point de référence du christianisme ? C’est que traditionnellement, le christianisme postule qu’au dernier jour, Jésus, « Lumière du monde » (re) viendra de l’Orient ; comme les mages pour revenir à mon introduction ; un·e chrétien·ne s’oriente donc, oriente donc toute son existence par rapport à sa référence, Jésus ressuscité, et par rapport à son espérance : la mort n’aura pas le dernier mot.

Pour l’anecdote, je signale que traditionnellement, le christianisme a eu tendance à enterrer les mort·es la tête orientée vers l’est. Mais il a enterré les personnes plus important·es les pieds vers l’est, leur permettant ainsi de gagner quelques secondes au moment de la résurrection finale ; en se relevant, elles ou ils pourront immédiatement voir la Lumière, Jésus ressuscité, et se diriger vers elle, sans même avoir besoin de se retourner.

Trouver cela un peu désuet, voire ridicule, n’empêche personne, chrétien·ne ou non, de s’orienter. Puisqu’avant toute considération théologique, la valeur de l’est est cosmique et universelle : c’est, en gros, l’endroit où le soleil se lève. J’apprécie les symboles qui peuvent réunir des gens aux diverses convictions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s