Funérailles – Apprentissage par problème

Le professeur Olivier Bauer a accepté de soumettre  à la sagacité des étudiant-e-s de ses cours de théologie pratique des problèmes que nous rencontrons dans notre paroisse. Parce que je pense que les réponses pourront aider d’autres paroisses, j’ai décidé de poster ici, au fur et à mesure, les problèmes que nous avons soumis au professeur et les réponses que les étudiant-e-s nous ont fait parvenir. Vous pouvez nous aider en commentant nos problèmes et leurs solutions.

Jean Baptiste Hubert, président de la paroisse de Nulle-Part

La paroisse de Nulle-Part est une paroisse virtuelle et imaginaire créée par le professeur Olivier Bauer pour les besoins de ses cours en théologie pratique.

LES FUNÉRAILLES DE MARGUERITE MARIE BERNADETTE TREMBLAY

Voici une photographie des cousines et des cousins Tremblay.

Dans trois jours, ils doivent célébrer les funérailles de leur arrière grand-mère, Marguerite Marie Bernadette Tremblay, née Therrien.

Pour ce faire, la paroisse de Nulle-Part a besoin de vous. Votre mission, si vous l’acceptez: imaginer le scénario des funérailles de Marguerite Tremblay, des funérailles chrétiennes qui puissent:

  1. Rappeler que la défunte avait foi dans la résurrection des corps;
  2. Aider chaque cousine et chaque cousin à faire son deuil, quelles que soient sa culture et sa religion.

À la paroisse de Nulle-Part.

Nous avons accepté et relevé la mission. Voici les gestes symboliques que nous vous suggérons d’inclure dans les funérailles catholiques de Marguerite Marie Bernadette Tremblay, née Therrien.

Cantave Pierre-Noël et Lindbergh Mondésir.

L’officiant termine ce point en annonçant des gestes que vont poser les représentants de la famille. Ces gestes ont aussi pour finalité d’aider les membres de la famille à faire leur deuil.

Invitation nominale des délégués de la famille pour poser les gestes

La lumière

J’invite maintenant M. Zommon Karachi, représentant la partie hindoue de la famille Tremblay, à venir offrir la lumière à notre sœur Marguerite Marie Bernadette pour la route, qu’il va puiser dans le cierge pascal. Rappelons que chez la plupart des hindous il est important de donner la lumière à la personne décédée afin de l’aider à trouver la route qui conduit au Nirvana. Pour nous la lumière c’est le Christ. (Il la pose sur le cercueil).

La Bible

Notre sœur Marguerite Marie Bernadette aimait lire et méditer les paroles de la Bible. J’invite à présent Mme Jacqueline Ouédraogo/ Tremblay, burkinabè d’origine, chrétienne évangélique, à venir déposer la Bible sur le cercueil, qu’elle lui serve toujours de nourriture spirituelle.

Pomme de terre et farine

La patate et la farine avaient de la valeur nutritive pour notre sœur Marguerite Marie Bernadette. Elle aimait tellement cuisiner pour ses enfants, leur faire de la bonne patate pilée, de la bonne tarte et du bon gâteau. Comme cela se fait dans sa culture au Congo, Mme Mbala Nkoloko Tremblay, va maintenant apporter une poche de patates et un sac de farine pour nous rappeler l’importance de bien manger en famille. (Elle les pose sur la petite table).

Fil et crochets

Comme passe-temps, notre sœur Marguerite Marie Bernadette aimait faire des crochets et des tricots, qu’elle donnait à ses petits-enfants et qu’elle envoyait dans les pays du Sud dont Haïti. Pour rappeler sa générosité et sa solidarité, j’invite maintenant M. Élifaite Josaphat, originaire d’Haïti, époux de Ghislaine Tremblay, venir déposer du fil, des aiguilles et crochets sur la petite table à la tête de son cercueil.

Fleurs

Notre sœur Marguerite Marie Bernadette aimait s’entourer de fleurs. J’invite à présent Mélanie Sabourin et Éric Ouellet à venir offrir des fleurs à leur grand-mère. (Ils les posent au pied du cercueil).

Eau et encens

Notre sœur Marguerite Marie Bernadette fut baptisée dans l’eau et l’Esprit pour la purifier et la rendre agréable à Dieu. En rappel de son baptême et de sa purification, j’invite sa fille Ghislaine Tremblay Josaphat à venir lui offrir l’eau et l’encens. (Il les dépose sur la petite table).

9 commentaires

  1. Manger, pleurer, parler de la personne défunte entre les participants et ne pas devoir écouter un trop long ‘discours’ est commun à tous ! Non ? 🙂

    Avoir du temps après le repas pour ‘se retrouver’ entre personne qui ont ‘de même affinités’ souvent autre que culturelles, par la possibilité de changer de place à table, de ‘se croiser par hasard’ dans un couloir, une entrée, un petit salon attenant, et pour’les dames, « au petit coin », pouvoir se dire trois mots, loin des regards, poser sa main sur une épaule ou le contraire … et même pleurer ‘bruyamment’ devant tous ou devant quelques personnes ?

    Dans un autre registre, souhaiter découvrir ‘la culture de l’autre’ est commun à tous. Peut-être même être ‘rassurer’ par la culture de l’autre ?

    Si Mme Tremblay, était protestante, faire une cérémonie ‘typique du protestantisme’ ? Une cérémonie qui corresponds à ce que cette grande famille connait de Mme Tremblay et du protestantisme ?

  2. Bonjour,
    Pourriez-vous me conseiller un livre qui défini le fondamentalisme et le libéralisme et leurs différences ? Ou un livre qui explique les (non)fondements du libéralisme. Même si ce sont des livres qui demandent des pré-requis importants pour être compris.
    Merci

    1. Bonjour,
      Je trouve votre question très intéressante. Comme je pense que d’autres se la posent, je vais donc très rapidement ajouter un article à mon blogue. J’espère que je répondrai à vos attentes.
      Avec me salutations
      Olivier Bauer

  3. Peut-être avez-vous un article (une série d’articles) à ce sujet sur votre blog, ou vous connaissez un blog en particulier à me recommander ? Et qui traiterait aussi de l’évolution du protestantisme de ces 50 dernières années ?

  4. Bonjour,
    Je prévois de faire ‘un petit article à la portée de tous’ à ces sujets. Auriez-vous la gentillesse de le relire pour le fond (pas pour la forme).

    Ou peut-être simplement confirmer si ces quelques points de départs :

    le libéralisme :
    – la religion est le propre de l’homme
    – christ est une ‘philosophie’ commune à plusieurs cultures (religions).
    – les idées du nouveau testament ont été conçus par les philosophes qui souhaitaient répandre leur idées par le bief de ‘petites histoires romancées
    – le christianisme est par ailleurs politique, quelques ‘notables’ voyant dans cette philosophie un moyen de maintenir le peuple ‘dans de bonne condition’ pour sa ‘gouvernance’ ont souhaité ‘accompagner’ les idées philosophiques par quelques notions concrètes de soumission du peuple : payer vos impôts, soyez soumis aux autorités, etc
    – Jésus n’a jamais existé en tant qu’homme, ni les apotres, ou s’il a pu existé, c’était un ‘brave homme’ dont les idées ont été complétées et idéalisées au fil du temps.
    – la Bible reprend plusieurs mites communs à plusieurs peuples. Souvent postérieurement.
    – la notion du bien et du mal évolue en fonction des mentalité. L’homme devient meilleur par l’instruction. Ou encore la notion de bien et de mal évolue en fonction des circonstances. Ce qui est mal en tant de paix, d’abondance, devient ‘acceptable’ en tant de famines, de guerre, etc.
    – la religion sert à maintenir le peuple, à controler le peuple. Les responsables religieux veillent à ce que cette religion soit ‘bonne’ pour le peuple, contrairement aux politiques qui se confondent parfois avec les responsables religieux.
    – si Christ n’existe pas, l’anté-christ n’existe pas plus. Il n’y a donc pas de ‘fausses’ croyances, ou de faux rituels, pas plus que de faux-dieux. Mis à part les chrétiens qui revendiquent l’existence réelle de Jésus en tant que Christ qui eux se trompent sur toute la ligne et empêchent d’unifier ‘les religions’ ou en tout cas le dialogue inter-religieux.
    – le but actuel du protestantisme est de ‘diriger’ les protestants vers une ouverture ‘totale’ envers les ‘autres religions’ de leur en expliquer les bases, afin qu’ils puissent ‘accueil avec ouverture’, les différents rituels, les différentes habitudes, les façons de faire et de penser ‘autres’, sans présenter de ‘rituels protestants’ à d’autres, sans expliquer le protestantisme aux protestants et à d’autres, afin de ne pas créer ‘une façon de croire spécifique’ ou/ et afin de rompre avec une façon de croire spécifique, laquelle empêcherait l’ouverture vers d’autres qui ont une façon de croire spécifique différente de ‘nos’ habitudes. Et ainsi s’ouvrir aux différents ‘fondamentaux’ de l’ensemble de toutes les religions, à commencer par les monothéistes, bien que les fondamentaux du protestantismes, la philosophie du protestantisme, à commencer par les 5 solae et le Sacerdoce universel soutenus actuellement entre autres par les baptistes ….
    – le protestantisme est de toute façon une ‘erreur’ dans l’histoire. C’était un mouvement politique, pour des questions de pouvoir, des raisons militaires, etc. etc. Le protestantisme ‘spirituel’, n’existe pas, il n’est pas la suite des ‘gens du livre’, des Vaudois, aux Lollards, toutes ces personnes qui souhaitaient lire la Bible et la comprendre dans leur langue étaient tous des ‘imposteurs’. Si de nombreuses personnes comme par exemple des Wycliffe et Huss avaient des idées ‘protestantes’ 300 ans avant les protestants (1200) et qu’ils aient été réduit au silence, soit par l’isolement, soit par le feu, que posséder une Bible ait été des siècles interdit, en premier de la traduire en langue vernaculaire ne fait pas de la Bible, un livre plus ‘saint’ que les écrits d’Hérodote ou de Plyne (jeune ou ancien) … l’important est surtout de ne pas revenir sur la véracité de l’histoire, de mettre à plat l’histoire, car cela empêcherait une ‘symbiose’ entre les différents christianismes … nous avons besoin d’un courant unique à l’intérieur du christianisme afin de le présenter comme ‘uniforme’ dans le but de … ?
    – la beauté prime sur la vérité (et l’amour) …

    etc, etc

    Je m’arrête déjà ici et attend vos commentaires.
    Meilleures salutations

    1. Bonjour,
      Je vous remercie d’avoir pris du temps pour faire figurer ces commentaires.
      Puisque vous avez fait ce commentaire sur mon blogue, j’imagine que ces remarques me sont, au moins en partie, adressées. Or, je ne me reconnais dans aucune de vos thèses, sauf celle qui dit: « la Bible reprend plusieurs mythes communs à plusieurs peuples. Souvent postérieurement. » Votre point de vue me semble très réducteur et j’aimerais bien savoir de quel libéralisme » vous parlez. Si vous étiez l’une de mes étudiantes, je vous demanderais de citer vos sources. Car si c’était ça être un « protestant libéral », alors, je vous assure que je n’en serais pas un.
      Voici par exemple comment je reformulerais votre première thèse, « La religion est le propre de l’homme »: « Parce que la religion est le propre de nous, les hommes et les femmes, nous avons besoin de Dieu pour l’évangéliser ». Et c’est pour cela que je prêche un Christ crucifié, folie et scandale pour les hommes et les femmes.
      Autre exemple: La Bible ne contient pas « des petites histoires romancées » mais des récits où des hommes (des femmes y ont contribué) témoignent de leur expérience de Dieu dans leur contexte, avec leurs forces et leurs faiblesses.
      Autre exemple: Je sais qu’un homme appelé Jésus a bel et bien existé, qu’il a vécu au début du premier siècle de notre ère et qu’il a été exécuté par crucifixion. Je sais que des gens (disciples, apôtres, etc.) ont dit l’avoir vu vivant après sa mort et qu’ils ont alors fondamentalement changé de vie pour tenter de lui ressembler. Je crois moi aussi que Dieu peut mettre de la vie même dans la mort.
      Dernier exemple: Le protestantisme n’est pas une « erreur dans l’histoire ». Au contraire! Je loue Dieu d’avoir inspiré Luther et Calvin et tant d’autres. Car c’est le protestantisme (et un protestantisme libéral pour vous qui aimez mettre des étiquettes) qui me permet de croire en un Dieu crédible au 21e siècle.
      Avec mes salutations.

      1. Bonsoir,
        Merci pour votre longue réponse. Et premièrement pour son contenu. Mon commentaire a été écrit en 2 minutes et se voulait un petit peu une amorce. Plusieurs théologiens ne croient pas à la mort propitiatoire de Jésus ou encore à sa résurection. Il y a quelques années, j’avais posé la question dans un site protestant et cela m’a été clairement signifié. Ceci dit, si le libéralisme reconnait Jésus en tant que Messie, est-ce de rendre la Bible ‘normative’ qui le différencie du fondamentalisme ?
        Avec mes plus cordiales salutations. BA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s