Divers

« Je suis un carré musulman », réflexions sur mon manque d’indignation.

Samedi

Je découvre dans le quotidien lausannois 24 Heures ce titre: « Déchaînement de hargne sur le carré musulman de Lausanne ». Je lis seulement le titre, pas l’article. Je me dis: « C’est triste. » Et c’est tout. Je passe à autre chose. Il faut dire que samedi, c’est le jour du marché; et puis je dois préparer ma crème de marrons vanillée avec les châtaignes de l’Université de Lausanne; et puis je dois terminer mon culte pour dimanche matin; et puis je dois tout le reste.

Dimanche

Je célèbre le culte dans une paroisse lausannoise de l’Église réformée évangélique du canton de Vaud. Comme je l’avais prévu. Sans même penser faire allusion à la profanation du carré musulman du cimetière de Lausanne. Sans même prier pour celles et ceux qui ont souffert de ces gestes. Je rentre à la maison. Le quotidien romand Le Matin consacre une brève à l’événement. Rubrique « fait-divers ». Je ne le lis pas non plus. Vers midi, un appel téléphonique. Philippe Randrianarimanana, journaliste à TV5 Monde, me demande ce qui se passe à Lausanne. J’y habite, je passe tous les jours devant le cimetière, mais j’en sais moins que lui. Il travaille à Paris, mais il en sait plus que moi. Sur le geste, sur le contexte. Il a fait des recherches. Il m’apprend qu’il y a 22 tombes dans le carré musulman. Nous convenons que ce n’est pas beaucoup. Nous discutons un peu. Je ne peux pas l’aider. Je ne sais rien. Ou presque. Je peux seulement lui indiquer deux personnes qui pourraient lui en dire plus. Fin de l’appel. Et je me demande pourquoi cet événement n’a pas retenu mon attention. Indignation sélective. Je gazouille un message:

Il n’a pas beaucoup d’impact, sauf auprès de @_randri et de @SergeCarrel :

Lundi

Je m’informe enfin. Je réalise que Lausanne s’est indigné. Plus que je le pensais. Un peu plus. C’était écrit dans 24 heures: Pascal Gemperli de l’Union vaudoise des associations musulmanes oscille « entre tristesse, incompréhension et colère », le collectif SolidaritéS appelle à la mobilisation, la ville de Lausanne va contacter personnellement « les familles dont les concessions ont été touchées ». J’aurais dû lire l’article. Je me demande pourquoi il m’aura fallu deux jours et une sollicitation extérieure pour réagir à un acte aussi méchant. J’émets quelques hypothèses:

  • Si j’écrivais que ma vie est bien assez remplie avec mes propres soucis, ce serait une excuse honteuse.
  • Si j’écrivais que je me soucie plus des vivant·es que des mort·es, ce serait à la fois une vérité et un alibi.
  • Si j’écrivais que je me soucie moins des musulman·es que d’autres communautés, ce serait rassurant, mais inexact.

Si je suis honnête, je dois simplement admettre que je ne suis pas aussi sensible à l’injustice que je le pense, que mon empathie avec celles et ceux qui souffrent est bien moins réelle que je le crois. Je n’en suis pas fier, mais je reconnais que je suis aussi comme ça. À la fois juste et pécheur. Parfois plus pécheur que juste. heureusement que je suis rendu juste par la grâce de Dieu plutôt que par mes propres mérites. Pour montrer mon indignation, même tardive, je crée un carré vert (couleur de l’islam), avec un petit carré vert et blanc (couleur du canton de Vaud) et ce slogan en signe de solidarité: « Je suis un carré musulman ». Je le gazouille:

Mardi

Le média protestant Reformes.ch accepte de publier mon opinion. Ce devrait être pour mercredi. Mon message de la veille a récolté 1 « retweet », 1 « j’aime », 166 « vues » et 15 « interactions ». Par hasard, je découvre que les Libéraux-Radicaux Lausannois ont publié un communiqué de presse: « Vandalisme au ‘carré musulman’. Le PLR lausannois condamne des actes d’intolérance« . Il y a sûrement d’autres indignations…

Mercredi

Reformes.ch n’a pas (encore?) publié mon article. Je décide de publier cet article sur mon blogue.

Post-Scriptum:

Cette situation me rappelle mon sentiment mitigé après les attentats de Paris. Quand celles et ceux qui poursuivaient le cours de leur vie se justifiaient en affirmant qu’ils faisaient de la résistance. Je n’ai entendu personne dire simplement, lâchement, mais honnêtement: « C’est triste, mais la vie continue. » Pas de quoi être fier, mais la plupart d’entre nous sommes comme ça.


[Mise à jour du jeudi 19 octobre à 14h00]

Jeudi

« A l’appel de solidaritéS, accompagnés d’autres partis politiques et associations, plusieurs centaines de personnes (500 selon les organisateurs) se sont massées «contre l’islamophobie et le racisme», mercredi soir, sur la place de l’Europe. »

J’apprécie le titre du compte-rendu dans 24 Heures: « Une foule indignée dans la rue après le saccage du carré musulman« . Ma chronique est publiée sur Reformes.ch: « Je suis un carré musulman« .

Accroche-toi au pinceau, je retire l’échelle! (Version théologique)

Vous connaissez sûrement l’histoire éculée du type qui repeint son plafond. Un fou arrive qui lui dit: « Accroche-toi au pinceau, je retire l’échelle! » Et bien, figurez-vous qu’il en existe une version théologique. Et que ça peut marcher!

« Selon les Cantigas de Santa Maria compilées à la fin du XIIe siècle par le roi de Castille et de Léon Alphonse X le Sage, un peintre avait, sur les murs d’un église, représenté le diable sous les traits affreux qui caractérisent celui-ci. Cette fois, c’est le diable qui s’insurge contre la norme iconographique qui n’est pas à son avantage. Pour punir le peintre, il fait s’écrouler l’échafaudage sur lequel celui-ci est monté. Mais la Vierge Marie veille et permet que le peintre, qui a bien servi la vérité, reste suspendu au mur de l’église par son pinceau et échappe ainsi à la mort. » Jean-Claude Schmitt (2002). Le corps des images. Essais sur la culture visuelle du Moyen Âge, Gallimard: 146

500 abonnements, 500 fois merci!

Mon blogue, « Une théologie au quotidien », compte désormais 500 abonnements. Ce qui me rend heureux et me donne envie de continuer.

Merci à chaque abonné·es. Et merci aussi à celles et ceux qui le visitent occasionnellement.

Olivier Bauer, un théologien du quotidien reconnaissant…

Ponce Pilate «immergé» à Lausanne?

Je lis La légende dorée de Jacques de Voragine (1230-1298). L’ouvrage raconte la vie des saints du calendrier et situe les fêtes liturgiques. Au jour de «La passion de Notre-Seigneur», l’auteur insère le récit de la vie de Ponce-Pilate, de sa mort et de sa vie après sa mort.

Je suis surpris de découvrir qu’il serait enseveli à Lausanne, la ville suisse où j’habite.

«Ce qu’apprenant, Pilate prit son couteau et se tua. Son cadavre fut attaché à une grosse pierre et lancé dans le Tibre; mais les esprits malins et sordides s’emparèrent avec joie de ce corps malin et sordide; tantôt le plongeant dans l’eau, tantôt le ravissant dans les airs, ils causaient d’innombrables, tempêtes, etc., dont tout le monde était effrayé. Aussi les Romains retirèrent-ils du Tibre ce cadavre malfaisant et l’envoyèrent-ils à Vienne par dérision, pour y être plongé dans le Rhône, car le nom de Vienne provient de Via gehennae, qui veut dire: Voie de la malédiction. Mais là encore, les mauvais esprits recommencèrent leurs tours, si bien que les habitants de Vienne, pressés de se défaire de ce vase de malédiction, l’ensevelirent sur le territoire de la ville de Lausanne. Mais les habitants de cette ville, voulant eux aussi s’en débarrasser, le jetèrent au fond d’un puits entouré de hautes montagnes, et l’on dit que, aujourd’hui encore, on voir bouillonner, en ce lieu, des machinations diaboliques.» Jacques de Voragine (1998). La Légende dorée. Éditions du Seuil (Paris): 249

Le coresponsable de la mort de Jésus serait donc immergé (je ne peux pas écrire « enterré ») près de chez moi. J’ai besoin d’en savoir plus. Alors, je mène l’enquête et je découvre que Jacques de Voragine a raison, mais qu’il lui manque la fin de l’histoire. Car le cadavre de Pilate n’est pas resté à Lausanne; car les Lausannois ont réussi à s’en débarrasser. Ce « puits entouré de hautes montagnes » n’est pas le lac Léman, pas plus qu’il n’est situé au bord du lac Léman.

Je lis, dans un livre écrit en 1913 par Gustave Bettex et Édouard Guillon, que le cadavre de Pilate a été immergé près de Lucerne, au pied du Pilatus, au pied du mont Pilate. Voilà qui semble parfaitement logique.

«Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Son cadavre fut précipité dans le Tibre, avec une pierre pour l’empêcher de surnager. Mais le Tibre ne voulut pas de lui et le rejeta avec dégoût. On le porta alors à Vienne, en Dauphiné, où son souvenir et conservé par une pierre tombale, et on le jeta dans le Rhône qui s’indigna, lui aussi, de charrier cet impur débris. Qu’en faire? On l’envoya, on ne sait pourquoi, à Lucerne, qui ne fut guère flattée du cadeau et qui ne trouva rien de mieux, pour s’en délivrer, que d’aller le jeter dans le petit lac de Fracmont [l’ancien nom du mont Pilate].» Gustave Bettex et Édouard Guillon (1913). Les Alpes suisses dans la littérature et dans l’art. Fernand Matty (Montreux): 266-267

Je comprends que Bettex et Guillon connaissent le début et la fin, mais qu’il leur manque une étape. Et je remets les deux textes ensemble pour reconstruire toute l’histoire. Parti de Rome et du Tibre, le cadavre de Ponce-Pilate est passé par Vienne et le Rhône, Lausanne et le lac Léman pour finir à Lucerne dans le lac des Quatre-Cantons.

Ainsi celui qui s’est lavé les mains au moment «crucial» peut maintenant se les nettoyer aussi souvent qu’il le désire et pour l’éternité.


P.S. Je dois à la vérité de mentionner que d’autres légendes situent dans d’autres endroits le cadavre de Ponce-Pilate. Mais évidemment, elles sont toutes beaucoup moins crédibles.

P.P.S Pour conserver ma crédibilité universitaire, je mentionne deux sources, dont une en latin (je n’ai pas trouvé de traduction en français)!

Eusèbe de Césarée, au 4e siècle:

«Il n’est pas à propos d’omettre ce que l’on raconte de Pilate qui vivrait au temps du Sauveur. On dit que sous Gaïus, dont nous avons vu l’époque, de tels malheurs fondirent sur lui qu’il devint par force son propre meurtrier et son propre bourreau : la justice divine ne parut mettre envers lui aucun retard. Ceci nous est raconté par les écrivains grecs qu’ils nous ont laissé la suite des olympiades avec les événements survenus à leur date.» Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique. Livre 2 chapitre 7,1. Texte grec et traduction française par Émile Grapin (1905-1913). A. Picard et fils (Paris): 145

Mors Pilati qui Iesum condemnavit, probablement au 6e siècle:

«Cognita Caesar morte Pilati dixit Vere mortuus est morte turpissima, cui manus propria non percepit. Moli igitur ingenti alligatur et in Tiberim fluvium immergitur. Spiritus vero maligni et sordidi corpori maligno et sordido congaudentes omnes in aquis movebantur, et fulgura et tempestates, tonitrua et grandines in aere terribiliter gerebant, ita ut cuncti timore horribili tenerentur. Quapropter Romani ipsum a Tiberis fluvio extrabentes, derisionis causa ipsum in Viennam deportaverunt et Rhodani fluvio immerserunt : Vienna enim dicitur quasi via gehennae, quia erat tunc locus maledictionis. Sed ibi nequam spiritus affuerunt, ibidem eadem operantes. Homines ego illi tantam infestationem daemonum non sustinentes, vas illud maledictionis a se removerunt et illud sepeliendum Losaniae territorio commiserunt. Qui cum nimis praefatis infestationibus gravarentur, ipsum a se removerunt et in quodam puteo montibus circumsepto immerserunt, ubi adhuc relatione quorumdam quaedam diabolicae machinationes ebullire dicuntur.» Mors Pilati. Dans Evangelia Apocrypha, édité par Constantin Tischendorf (1813). Avenarius et Mendelssohn (Leipzig): 435

La tombe de la « FAMILLE DIEU » et la « SÉPULTURE MARIE »

J’aime me promener dans les cimetières. J’y fais souvent des découvertes. Comme cette pierre tombale dans le cimetière de Colombe, en Île de France, et son inscription presqu’effacée, « FAMILLE DIEU ».


Le théologien du quotidien peut en déduire:

  1. Que Dieu existe ou au moins qu’il a existé.
  2. Qu’il a eu une famille.
  3. Qu’il est mort et enterré près de Paris.
  4. Qu’il y a des gens pour entretenir sa tombe.

Ce que le théologien du quotidien ne s’explique pas, c’est qu’il faille traverser l’allée pour trouver la « SÉPULTURE MARIE ». Pourquoi est-elle enterrée à part? Ne fait-elle pas partie de la « FAMILE DIEU »?

Le Christ est un DJ; la musique électronique permet la communion; elle transporte au paradis.

J’ai déjà parlé de l’utilisation d’une Cène pour la publicité du Bal en blanc, un festival de musique électronique tenu à Montréal chaque année à Pâques (lire l’article: « La Cène: Époque contemporaine »). Je viens de découvrir l’utilisation d’une Maiestas Domini pour la publicité d’Electron, le « Geneva’s festival of electronic cultures » qui se tient à Genève aux mêmes dates. Que les événements se tiennent à Pâques semble donc inspirer les publicitaires…

Affiche du festival Electron (Genève, 2017)

Affiche de la 14e semaine Bal en Blanc (Montréal, 2008)

Ce qui me frappe c’est la manière dont la « culture électronique » récupère des images christiques, mais qu’elle les décale, évidemment.

  • L’affiche du Bal en Blanc fait de la Cène une tablée de personnes qui brillent par leur diversité sexuelle (hommes et femmes, LGBTQ+), ethnique (il n’y a toutefois pas de noir) et religieuse (signes ostensibles de judaïsme, d’islam et d’hindouisme); mais qui ne brillent pas par leur diversité physique (toutes jeunes, minces et belles); elle fait du Christ un DJ, touchant de sa main droite ses écouteurs, posant la main gauche sur une double platine (au lieu d’un plat).
  • L’affiche d’Electro fait du Christ en majesté, un prêtre (identifié par le col noir qui dépasse de son aube blanche), jeune, mince, à l’allure boudeuse; elle fait du prêtre un Seigneur rayonnant (inscrit dans une mandorle en forme de cadre kitsch), levant trois doigts (ou deux doigts et demi) de sa main droite; elle fait du Christ un DJ, écouteurs sur les oreilles et serrant sur son cœur un disque vinyle noir (au lieu du livre traditionnel)

Combinées, les deux affiches délivrent un message clair: le Christ est un DJ; la musique électronique permet la communion; elle transporte au paradis.