Foi et 6 sens

Quel est le goût du divin? Fin et sensuel!

Brack.ch une entreprise suisse de vente par correspondance utilise cette publicité.

Publicité pour Brack.ch. Un paquet de café Mövenpick Le Divin avec ce te question: "Quel est le goût du "divin"?"

Je constate:

  1. Que Mövenpick a l’outrecuidance de juger son café « Der Himmelsche » en allemand (= « Le Céleste ») et « Le Divin » en français !
  2. Que Brack a l’intelligence de demander « Quel est le goût du “divin” ? » et la prudence de mettre des guillemets à « divin » !
  3. Que le « divin » est « fin et sensuel », qu’il « convient à tous les moments de la journée », que son arôme est « riche », qu’il est plus acide (4/5) qu’intense (3/5) et plus torréfié (3/5) qu’amer (2/5); qu’il ait trois cinquièmes de corps devrait un peu rassurer celles et ceux qui croient que le divin s’est incarné en l’homme Jésus !
Présentation du café Mövenpick Le Divin: «Avec un temps d’écoulement de 18 à 22 secondes, le goût du café Mövenpick “LE DIVIN” peut être décrit comme fin et sensuel. Il convient à tous les moments de la journée et possède un arôme riche. Selon Mövenpick, ce café a les notes suivantes : intensité 3/5, torréfaction 3/5, amertume 2/5, acidité 4/5 et corps 3/5.»

Au culte protestant, mes ami·es!

Où peut-on rencontrer des gens connus et inconnus, passer deux heures dans un lieu historique, voir des bouquets, trembler pour une funambule, découvrir un texte vieux de 2000 ans, écouter un discours de motivation, du Bach et du Brel, de la flûte traversière et de l’orgue, chanter, manger du pain et boire du vin, faire un don pour aider les autres?

Où peut-on se sentir membre d’une communauté et se sentir béni?

Au culte protestant, mes ami·es!


Un cours cet automne: « 808 images médiévales de la Cène »

Cet automne, je donne à l’Université de Lausanne un cours intitulé « 808+ images médiévales de la Cène ».

Pour la première fois, j’y partage les résultats d’une recherche débutée en 2011 à l’Université de Montréal; poursuivie à Tours au Centre d’études supérieures de la Renaissance et à l’Institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation; menée sur Internet et dans les églises, les couvents, musées et les bibliothèques d’Allemagne, d’Angleterre, d’Autriche, de Belgique, du Canada, du Danemark, d’Espagne, des États-Unis, de France, d’Italie, des Pays-Bas, du Portugal et de Suisse; et donc conclue en 2021 à l’Université de Lausanne.

La voici résumée en une mosaïque!

© Olivier Bauer 2021

Le cours est hybride ou co-modal, à la fois en présence et à distance. Il a lieu les vendredis 24 septembre, 8 et 22 octobre, 5 et 19 novembre, 3 et 17 décembre 2021 de 12h15 à 16h00.

Voici le cours, résumé en une phrase :

« 10 années de recherche à propos des aliments figurant sur des images médiévales de la Cène m’ont permis d’identifier, documenter et analyser 808 représentations échelonnées entre 500 et 1500. Le cours permettra de parcourir cet inventaire en rapport avec trois cadres théoriques — l’histoire de l’alimentation, celle des images et celle de l’eucharistie — et d’évaluer la valeur théologique des images et de quelques-uns de leurs éléments : place de Jésus et de Judas, forme de la table, aliments, etc. »

Vous pouvez lire ou télécharger le plan de cours (format PDF) en cliquant sur ce lien: « 808 images médiévales de la Cène ».

Mon cours est destiné aux étudiant·es de Master des facultés de théologie des universités de Genève et Lausanne. Mais je vous y accueille volontiers en tant qu’auditrices et auditeurs libres, c’est-à-dire sans évaluation, quelque soit votre niveau d’études ou votre formation. Vous pouvez le suivre en présence à l’Université de Lausanne ou à distance sur Zoom.

Si vous êtes intéressé·e à participer au cours, remplissez ce formulaire en écrivant brièvement qui vous êtes et quel est votre intérêt pour ce cours.

En attendant le cours ou à la place du cours, vous pouvez consulter ce que j’ai écrit, dit ou montré sur la Cène et sur des Cènes, sur mon blogue, en consultant la page « La Cène » ou dans des publications en libre accès :

V+3 (Pâques)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


Christopher se lève à 5 heures, pour fêter la résurrection du Christ par une aube pascale et un petit-déjeuner communautaires, œcuméniques et multiculturels. On relit Marc 16, on chante « À toi la gloire ! » en regardant le soleil se lever, on pratique l’hospitalité eucharistique. Et puis on partage des pains gonflés et briochés : Lämmele alsacien, colomba di Pasqua italienne, brioche de carême québécoise et kulich russe. De retour à la maison, il découvre au milieu d’une multitude d’œufs plein de sucre ses rituels lapin et cloche en chocolat. Après avoir regardé la bénédiction « Urbi et Orbi » Christopher et ses deux mamans taquent rituellement leurs œufs durs — « ne trichez pas, petit bout contre petit bout ! » — en se rappelant mutuellement que « Christ est ressuscité » et mangent les traditionnelles betteraves rouges que maman Christelle mangeait déjà dans son Haïti natal et la non moins traditionnelle salade de Pâques. Sans modération, en profusion, Christopher, Christelle et Kerstin célèbrent la vie et la douceur qu’ensemble, il et elles essayent de lui donner.


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)

Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi saint)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


Aujourd’hui, Christelle jeûne et Kerstin avec elle. Elles écoutent une Passion de Jean-Sébastien Bach. Cette année, c’est celle selon Saint Matthieu. Quant à Christopher, la cantine lui propose deux menus : poisson ou végane. C’est ce dernier qu’il préfère.


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)

V-1 (La dernière cène)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


Jeudi soir, toute la famille célèbre l’Agneau pascal, mêlant méditation et alimentation. Pour se souvenir que Dieu libère son peuple, on relit Exode 12 en même temps qu’on mange un méchoui et une soupe à l’ortie. Pour se rappeler la vie et la mort de Jésus, on rompt du pain. Et l’on boit du bon vin en s’engageant à tout faire pour que la vie en ait le goût. Christelle se permet une entorse au carême, mais, comme l’explique Christopher : « C’est pour la bonne cause, celle de Jésus. Et par amour pour sa femme ».


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)