bénir

Des moments où je me sens béni

Dans le cadre du cours de théologie pratique Bénédiction (théologie) — Bénir (pratique) (découvrir le plan du cours) que je donne ce printemps avec ma collègue Élisabeth Parmentier et mon assistant Mathieu Tchyombo j’ai demandé aux étudiant·es de partager un moment où elles et ils se sont senti·es béni·es. Ce qui se passe dans un cours reste dans un cours, vous n’en saurez pas plus. Vous saurez seulement ce que j’ai moi-même partagé. Alors…

De manière un peu arrogante, je me sens béni chaque fois que je peux donner quelque chose : une réflexion, un coup de main, de l’argent, etc. Car si je peux partager, c’est que j’ai la chance d’avoir quelque chose à partager.

De manière plus humble, je me sens béni chaque fois que je peux recevoir quelque chose : une opinion, un conseil, de l’aide, de la tendresse, etc. Je me sens même doublement béni : une fois pour côtoyer des gens prêts à partager avec moi ce qu’ils ont ; une deuxième fois pour être capable d’accepter ce qu’ils me donnent.