évangile

Prévention évangélique de la #COVID-19

À utiliser librement!

Livre # 1 le premier octobre 2020 : « La Bible Segond 1910 »

Pour l’année universitaire 2020-2021, je me lance un défi : lire, présenter et commenter chaque 15 du mois le livre classé numéro 1 dans « Les meilleures ventes en christianisme » sur Amazon.fr. Je souhaite ainsi mieux comprendre ce qui du christianisme intéresse les lectrices et les lecteurs. J’ai choisi ce site de vente par correspondance en pensant que son volume de ventes garantit la représentativité du meilleur vendeur. Et je précise que je ne reçois rien, mais que je paye tous les livres que je n’achète pas forcément par correspondance.

Octobre 2020

La Sainte Bible. Texte Segond 1910 (L. Segond, Trad.). (2008). Bibli’O.

Une citation percutante

« Va, mange avec joie ton pain, et bois gaiement ton vin ; car dès longtemps Dieu prend plaisir à ce que tu fais. Qu’en tout temps tes vêtements soient blancs et que l’huile ne manque point sur ta tête. Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie de vanité, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous les jours de ta vanité ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil. » pp. 672–673 (Ecclésiaste chapitre 9, versets 7 à 9)

Le livre

  • Le livre : souple, grand comme un livre de poche.
  • La couverture : sobre, avec pour seule indication « LA SAINTE BIBLE » en lettres dorées.
  • Les pages : réimpression sur « papier Bible », très fin, de la traduction de Louis Segond revue et publiée en 1910, sans les notes de bas de page.
  • Le texte : comme toutes les Bibles, la Bible Segond 1910 (BS1910), contient les 39 livres de l’Ancien et les 27 livres du Nouveau Testament (qui commence avec la naissance de Jésus) ; comme toutes les Bibles, elle répartit les livres de l’Ancien Testament en quatre collections : le Pentateuque, les livres historiques, les livres poétiques et les livres prophétiques ; mais, pas comme toutes les Bibles, elle est une Bible protestante qui ne contient pas les livres deutérocanoniques (pour en savoir plus, lire mon article «La Bible. Brève présentation»). La BS1910 donne des titres aux épisodes et propose des « parallèles », c’est-à-dire qu’elle indique d’autres passages bibliques sur le même thème. Pour le premier verset du premier chapitre du livre de la Genèse (Genèse 1,1), il renvoie par exemple à Né [hémie] 9:6 (qui évoque ce que l’Éternel a créé) et propose d’autres références spécifiquement liées au terme « commencement ».

BibleSegond1910_Genese1

Pour mémoire, les 66 livres de la Bible ont été écrits en hébreu pour l’Ancien Testament et en grec pour le Nouveau Testament ; ils sont régulièrement retraduits. Toute traduction étant une trahison, le choix des mots n’est pas indifférent ; il dépend de la langue originale, évidemment, mais aussi de choix théologique. Genèse 1,1 en offre un bon exemple.

Traduction Bible Segond 1910 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. »

Traduction œcuménique de la Bible 2010 : « Commencement de la création par Dieu du ciel et de la terre. »

La traduction de la BS1910 évoque une création qui s’est produite une seule fois (« au commencement ») dans le passé (« Dieu créa »). Celle de la TOB donne une tout autre impression, celle d’une création dynamique, d’une création qui est encore dans son commencement, d’une création dont le commencement ne sera jamais fini.

Ce qui peut séduire

Qu’est-ce qui peut séduire dans la Bible, cette collection de livres probablement écrits il y a près de 3000 ans pour le plus ancien et 2000 ans pour le plus récent (pour en savoir plus, lire mon article « La Bible. Brève chronologie ») ? Je crois que certain·es la lisent par devoir, parce que c’est ce que l’on doit faire quand on est chrétien·ne, parce que c’est ce que l’on doit lire pour savoir comment se comporter dans l’existence, pour être sauvé·e, pour aller au paradis. Je crois que d’autres la lisent ou lisent certains textes par plaisir, pour leur intrigue ou leur poésie et surtout parce qu’on peut se reconnaître dans les grandeurs et les petitesses des personnages, parce qu’on peut y trouver l’ébauche d’un sens à ce qui nous arrive à nous les êtres humains.

Qu’est-ce qui peut séduire dans la BS1910 ? Souple, bien reliée, elle réussit un bon compromis entre la taille du livre et celle des caractères  ce qui la rend pratique à lire et à transporter. On peut la mettre dans un sac et la lire n’importe où ; elle reste ouverte tenue dans la main. Mais la séduction est plus profonde. La « traduction Segond » s’est vite imposée comme la Bible protestante. Car jusqu’à la parution de la Traduction œcuménique de la Bible (1975) et de la Bible en français courant (1982), c’est elle que les Églises protestantes francophones ont utilisée presque exclusivement. Depuis près de 150 ans, elle a ainsi forgé l’imaginaire protestant. Pour les chrétien·nes à tendance conservatrice ou évangélique, pour beaucoup de protestant·es d’Afrique et des Caraïbes, elle est « la vraie version de la Bible » ; en caricaturant un peu, Dieu a littéralement dicté sa Parole dans les lettres, les mots, les phrases et les chapitres de la BS1910.

Qui la BS1910 peut-elle séduire? Le document « Les bibles françaises comment choisir ? » (télécharger le document sur le site de la Maison de la Bible), véritable test comparatif des différentes versions, caractérise la BS1910 ainsi : « volonté de respecter la structure de la phrase originale ; emploi d’un vocabulaire et de conjugaisons vieillis. Niveau de langage : élevé. Convient plus particulièrement à : des adultes habitués des bancs d’église. »

Mon avis

Je suis franc, je n’ai pas relu la Bible pour rédiger cet article ; je suis honnête, je ne l’ai même jamais lue en entier ; ce qui me permet d’être encore surpris.

(+) Sur la Bible : je l’aime comme œuvre de fiction — sa vérité ne dépend pas du fait que ce qu’elle raconte se soit vraiment passé —, qui fait partie des grandes œuvres littéraires ; j’aime les mythes qu’elle propose, car ils m’aident à comprendre ce qui se joue dans mon existence : par exemple pourquoi puis-je aimer et haïr tout à la fois et en même temps ? Comment puis-je vivre avec mes échecs ? Je l’aime quand elle m’aide à devenir meilleur.

(+) Sur la BS1910 : je l’aime bien, surtout par attachement sentimental, car c’est la version que j’ai entendue puis lue depuis mon enfance ; et c’est dans cette version que je récite les quelques passages que je connais par cœur.

(–) Sur la Bible : je n’en aime pas tous les textes. Je n’aime pas les passages qui justifient des comportements inhumains en les prétendant voulus par Dieu ; je n’aime pas qu’on en fasse un livre historique qui raconterait des faits qui se sont « vraiment » passés ; je n’aime pas qu’on la sacralise ou la fétichise en prétendant qu’elle est littéralement la Parole de Dieu ; je n’aime pas qu’on y enferme Dieu et je ne souscris donc pas au principe protestant de la Sola scriptura, de l’Écriture seule (pour en savoir plus sur ma relation à la Bible, lire ma prédication «“La Bible ne parle pas, la Bible ne dit rien !” [1 prédication en 5 images seulement]»).

(–) Sur la BLS1910 : je n’apprécie pas ou plus son langage vieillot qui donne l’impression que la place de la Bible est dans un musée ; je n’aime pas son « Harmonie des Évangiles », cette annexe qui reconstruit une vie rêvée de Jésus en additionnant tous les récits des 4 évangiles ; elle gomme la richesse et la relativité de 4 évangiles différents coexistant dans un seul Nouveau Testament ; je n’aime pas la carte de géographie qui historicise un récit mythique, celui de la « marche d’Abraham » ; je me demande comment elle peut proposer une « variante d’itinéraire » pour un voyage qui ne s’est jamais produit ?

BibleSegond1910_CarteVoyageAbraham

Les auteur·es

Je sais — pas je crois ! — que les auteur·es des livres bibliques sont toutes et tous des êtres humains qui ont mis par écrit des expériences avec ce qu’elles et ils appelaient de noms que le français traduit par « Dieu » ; leurs propres expériences et celles de leurs communautés, en intégrant, arrangeant et réécrivant des récits qui en racontaient.

Le traducteur

Louis Segond est une figure importante du protestantisme francophone. Dans mon histoire de la Suisse romande protestante, j’ai écrit à son propos : « La Compagnie des pasteurs [de Genève] poursuit son œuvre de traduction biblique, confiant cette tâche à Jacques-Jean-Louis Segond (1810-1885), pasteur, professeur et hébraïsant. Sa traduction de l’Ancien Testament paraît en 1874 et celle du Nouveau Testament en 1880. Jugée d’abord “libérale”, la “Bible Segond” deviendra rapidement la Bible de référence de tous les courants protestants, appréciation unanime qui en fera un grand succès de librairie. » Bauer, O. (2020). 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses, page 89 (télécharger gratuitement le livre sur le site de l’éditeur).

La maison d’édition

Bibli’o est la maison d’édition de l’Alliance biblique française. Sur son site www.editionsbiblio.fr, elle se présente ainsi : « La maison d’édition BIBLI’O est née en 2005. Elle est le fruit de la collaboration existante des Sociétés bibliques de France, Suisse, Belgique et Canada au sein de l’Alliance biblique universelle. » La version brochée de la BS1910 n’était pas la meilleure vente sur le site de l’éditeur le 1er octobre. C’était toujours une BS1910, mais l’« édition gros caractères en coffret », plus chère évidemment.


Ouvrage déjà  présenté:

« Arrête, arrête, ne me touche pas » (saloperie de virus)

Dans la dynamique de mon cours Vouloir, pouvoir, devoir transmettre « Dieu » à tous les sens, je propose chaque mercredi matin pendant les prochaines semaines, 12 chroniques réunies sous le titre Les confessions d’un autre pasteur B., en hommage au titre du livre de Jacques Chessex : Chessex, J. (1974). La confession du pasteur Burg. Ch. Bourgois.


8. « Arrête, arrête, ne me touche pas ! »

Saloperie de virus !

À cause de toi, cela fait deux mois que je ne sors plus de chez moi. Deux mois que je ne rencontre plus ni âme qui vive, ni personne en chair et en os. Deux mois que je ne vois plus des gens, mais leurs images sur mon écran ; deux mois que je leur parle à travers un micro ; deux mois que j’entends leur voix qui sortent d’un appareil. Deux mois que je n’ai touché que des objets inertes et les poils de mon chat.

Saloperie de virus !

Deux mois qu’à cause de toi, dans mon église, je ne rencontre plus personne ; et quand j’écris ; « je ne rencontre plus personne », je veux dire : « je ne touche plus personne ». Qu’on ne se méprenne pas ! Je suis un homme blanc, suisse et réformé. C’est dire si je ne suis pas très tactile. Et encore, c’est un euphémisme… Ma bulle d’intimité s’étend au-delà de mon bras tendu — un mètre de « distanciation sociale » me rassure donc plus qu’il me frustre — et pour moi, « pudique » est le plus beau des compliments. Mais j’ai quand même besoin de contact. Et le contact implique le toucher. Qu’on ne se méprenne toujours pas ! Je sais faire la différence et garder mes distances. Je ne touche pas n’importe qui n’importe comment. Je distingue les niveaux d’intimité. J’ai dressé la liste des endroits plus ou moins touchables, une liste qui vaut pour ma culture, mon âge, mon sexe, mon genre et ma profession : en public, je serre des mains, j’embrasse quelques joues — à l’africaine, il m’arrive même de toucher quelques tempes — ; en privé, je peux toucher les épaules, la tête, le dos ; dans l’intimité, je peux embrasser deux lèvres, masser un ventre ou deux pieds, caresser un visage, deux fesses, deux seins, un sexe. Vous étiez prévenu : un homme blanc, suisse et réformé.

Mais quand même, saloperie de virus !

À cause de toi, l’Évangile n’est plus totalement transmis. Car l’Évangile requiert de la proximité, de l’intimité, du contact, du toucher : apposition des mains — je n’aime pas les imposer — en signe de bénédiction ; étreinte en signe de paix ; prière en se tenant la main en signe de communion ; poignée de main — celle que Paul appelle « main d’association » — en signe de solidarité. Que dans certains services funèbres, « on ne touche pas » m’a toujours paru une incongruité ! J’embrasse même mes proches morts, un ultime geste d’amour (ou un ultime défi ?).

Je sais que le toucher implique le contact et que le contact requiert de l’hygiène. Je vais donc rester confiner ; je vais donc me tenir à distance, je ne vais pas toucher.

Mais saloperie de virus, je te préviens, tu n’auras pas le dernier mot !


  1. «Paroles, paroles, paroles» (19 février)
  2. «Elle est ailleurs» (4 mars)
  3. «Des quantités de choses qui donnent envie d’autre chose» (11 mars)
  4. «Comme de bien entendu» (18 mars)
  5. «Voir, il faut voir, sais-tu voir?» (25 mars)
  6. «Jolie bouteille, sacrée bouteille» (1er avril)
  7. «Ça se sent que c’est toi» (8 avril)
  8. «Arrête, arrête, ne me touche pas» (22 avril)
  9. «Quand on ouvre les mains» (29 avril)
  10. «Mon coeur, mon amour» (6 mai)
  11. «Quand au temple nous serons» (13 mai)
  12. « Y’a qu’un Jésus digne de ce nom » (20 mai)

Là où il est possible de percevoir « Dieu »

Pour nourrir mon enseignement, j’ai demandé sur Twitter où il était possible de percevoir « Dieu ». J’ai reçu peu de réponses, mais intéressantes en ce qu’elles balancent entre deux extrêmes, entre « la majesté de nos montagnes » et « la Bonne Nouvelle annoncée par Jésus au travers du Nouveau Testament ». Si j’ajoute le visage de l’autre, je crois que tout est écrit…

Devenir meilleur.e ou « meilleur.e que »?

Lors du 2nd Global Congress on Sport and Christianity, le théologien Miroslav Volf (visiter sa page personnelle sur Wikipedia) a résumé l’évangile dans une conception qui me convient parfaitement, dans le sport comme dans le reste de ma vie.

Je la reformule ainsi:

« Vraiment, il est juste et bon de vouloir devenir meilleur.e. Mais en vérité, je vous le dis, il est inutile et dangereux de vouloir devenir meilleur.e que quelqu’un.e d’autre. »

Ce qui fait toute une subtile différence.

Magistère et ministère

En christianisme, on utilise souvent les termes «magistère» et «ministère». Par «magistère», on désigne une autorité, par exemple le pape en catholicisme ou la Bible en protestantisme. Par «ministère», on désigne une fonction, par exemple «les ministères ordonnés» ou le «ministère pastoral».

J’ai longtemps utilisé ces deux termes sans me demander ce qu’ils voulaient vraiment dire. J’associais «magistère» avec quelque chose de plus grand (par association avec méga ou maxi) et «ministère» avec quelque chose de plus petit ou de plus modeste.

Hier, enfin, j’ai vérifié dans le dictionnaire étymologique Littré d’où viennent ces deux termes. Voici ce que j’ai trouvé:

  • Magistère: Provenç. magisteri; espagn. et ital. magisterio; du lat. magisterium, de magister, maître (voy. MAÎTRE).
  • Ministère: Provenç. ministeri; espagn. et ital. ministerio; du lat. ministerium, de minister, ministre. Ministerium avait donné, dans l’ancienne langue, mestier (voy. MÉTIER).

Je n’avais donc pas entièrement tort, mais pas complètement raison.

«Magistère» désigne un maître – par exemple le pape – ou une maîtresse (notez en passant la connotation négative du féminin) – par exemple la Bible –.

«Ministère» désigne un métier – pape, évêque, prêtre, pasteur·e, diacre, mais aussi catéchète, assistant·e de paroisse, organiste, journaliste, secrétaire, concierge, etc. –.

Ces ministres sont toutes et tous ministres de l’Évangile, le seul magistère que je reconnaisse.

Et qui s’impose au pape comme à la Bible.