homosexualité

Aider saint Augustin à se montrer moins sexiste !

Cette année, ma lecture d’été, c’est la Cité de Dieu d’Augustin (1308 pages dans l’édition de la Pléiade ! Heureusement que l’été est long).

Le théologien chrétien nord-africain (il vivait à Hippone, actuellement Annaba en Algérie) consacre ses premiers « Livres » à dénigrer une religion romaine traditionnelle qu’il juge absurde. Il y pose une question ironique qui a déclenché mon avertisseur de sexisme (celui-ci devient de plus en plus sensible).

« À moins qu’il ne soit licite pour les dieux de coucher avec des femmes, et illicite pour les hommes d’en faire autant avec des déesses ? » Augustin, La Cité de Dieu, livre III, III. Gallimard, La Pléiade 2015, p. 93

La question est sexiste à deux niveaux. Augustin dénonce un premier sexisme, une conception sexiste de la religion où l’accouplement d’un dieu avec une femme est permis, tandis que l’accouplement d’une déesse avec un homme est interdit. Mais la dénonciation d’Augustin est elle-même sexiste, puis ce sont toujours les mâles, dieux ou hommes, qui couchent avec des femelles, femmes ou déesses. Pour respecter l’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi qu’entre les déesses et les dieux, il aurait fallu écrire : « À moins qu’il ne soit licite pour les dieux de coucher avec des femmes, et illicite pour les déesses d’en faire autant avec des hommes ? »

Mais la question telle qu’Augustin la formule donne aux dieux et aux hommes une liberté de coucher, qu’il refuse au déesses et aux femmes. Pour donner la même liberté aux femmes et aux hommes, il aurait fallu écrire : « À moins qu’il ne soit licite pour les femmes de coucher avec des dieux, et illicite pour les hommes de coucher avec des déesses ? ».

Mais ainsi corrigée, la question pose encore un problème d’inclusivité. Car elle n’évoque que des relations hétérosexuelles : les femmes ne peuvent coucher qu’avec les dieux, les hommes seulement avec les déesses. Mais les préférences sexuelles étant diverses, il aurait fallu écrire : « À moins qu’il ne soit licite pour les femmes de coucher avec des déesses et des dieux, et illicite pour les hommes de coucher avec des déesses et des dieux ? ».

Mais même reformulée ainsi, la question n’inclut toujours pas qui ne se reconnaît ni dans « les femmes » ni dans « les hommes » (et ni dans « les déesses » ni dans « les dieux », ce qui me semble un problème moins important). Là, j’avoue mes limites et je vous laisse me faire des propositions.

Évidemment, pour Augustin la question n’est que rhétorique puisque la théologie chrétienne ne conçoit pas qu’un être humain puisse coucher avec Dieu et qu’elle ne reconnaît pas de déesse. Cependant, par honnêteté intellectuelle, il faut quand-même rappeler (et Augustin le fait) que la Bible juive raconte comment les fils des dieux ont couché avec les filles des êtres humains (sexisme un jour, sexisme toujours) pour engendrer des géants :

« Quand les êtres humains commencèrent à se multiplier sur la terre et que des filles leur naquirent, les fils des dieux constatèrent que ces filles étaient bien jolies, et ils en choisirent pour les épouser. Alors le Seigneur se dit : “Je ne peux pas laisser indéfiniment mon souffle de vie aux humains ; ils ne sont après tout que des êtres mortels. Désormais ils ne vivront pas plus de 120 ans.” C’était l’époque où il y avait des géants sur la terre – il en resta même plus tard. Ceux-ci étaient les héros de l’Antiquité, aux noms célèbres ; ils étaient nés de l’union des fils des dieux avec les filles des êtres humains. » La Bible, livre de la Genèse, chapitre 6, versets 1 à 4 (traduction de la Nouvelle Bible en français courant)


Correction le 10 juillet 2021 selon le commentaire de Laurence Feller: Hippone se situe dans l’actuelle Algérie et non pas en Tunisie.

Quel rite pour les couples après le mariage pour toutes et tous? Les exemples français et canadien

Pour compléter mon article d’hier (Quel rite pour les couples après le mariage pour toutes et tous ?), j’ai eu envie de vérifier quel rite pour les couples proposent deux Églises réformées dans des pays qui ont déjà adopté un mariage pour toutes et tous.

L’Église protestante unie de France propose aux couples de même sexe, non pas une « célébration du mariage au temple » mais une « bénédiction des couples mariés de même sexe » (voir la page).

L’Église unie du Canada propose le mariage (je rappelle qu’au Canada, les pasteur·es marient civilement au nom de l’État) à tous les couples, dont les « couples formés de personne de même sexe » (voir la page).

Dois-je ajouter que c’est la proposition de l’Église unie du Canada qui me semble la seule conforme à l’Évangile ? Et que c’est celle que doivent adopter les Églises réformées en Suisse – et en France ! – après l’adoption du mariage pour toutes et tous ?

Quel rite pour les couples après le mariage pour toutes et tous ?

Comme un bon joueur d’échec, je pense plusieurs coups en avance.

Admettons que le 26 septembre, le peuple suisse vote « oui » au mariage pour toutes et tous. Qu’adviendra-t-il des rites de bénédiction que quatre Églises réformées de Suisse romande (Berne, Fribourg, Vaud et Genève) ont mis en place pour les couples de même sexe à qui le mariage était jusque-là interdit ? Je vois deux possibilités :

  1. Soit ces Églises reviennent à leur ancienne pratique. Elles vont alors supprimer ces rites de bénédiction et recommencer à ne bénir que des couples mariés (homo- et hétérosexuels) dans ce que l’on appelle improprement des « mariages religieux » ou des « mariages à l’église ».
  2. Soit ces Églises conservent leur nouvelle pratique. Elles vont alors maintenir ces rites de bénédiction. Pour éviter toute discrimination, elles vont les ouvrir à tous les couples homo- et hétérosexuels.

J’évalue ainsi ces deux possibilités :

  1. La première possibilité me semble mauvaise. Car elle reviendrait à ne plus reconnaître et accueillir rituellement et liturgiquement une forme de conjugalité hors ou sans mariage, largement répandue et tout à fait respectable. Ce serait d’autant moins compréhensible que, pour les couples homosexuels, les Églises réformées l’ont reconnue et accueillie pendant plusieurs années.
  2. La seconde possibilité me semble la bonne. Car elle revient à reconnaître et accueillir tous les couples, sans s’intéresser à leur statut légal (mariés, pacsés, concubins, libres, etc.). Car un rite public de bénédiction de couple permet à chaque partenaire d’exprimer son amour, de reconnaître ses limites et de demander à Dieu qu’il l’aide. Car un rite de bénédiction permet au couple et à son entourage d’expérimenter la bienveillance de Dieu.

Admettons que les Églises réformées choisissent la seconde possibilité. Elles devront convaincre l’État helvétique que la bénédiction d’un couple n’est pas un mariage religieux et qu’elle ne contrevient pas à l’article 97, alinéa 3 du Code civil suisse : « Le mariage religieux ne peut précéder le mariage civil. » Mais elles pourront se prévaloir du fait que pendant plusieurs années, elles ont béni des couples non mariés, sans engendrer aucun malentendu ni encourager aucune confusion.

Je suis évidemment contre ce qu’on appelle faussement des « thérapies de conversion »

Sollicité par le média suisse en ligne Heidi.news (« Vers une interdiction des dévastatrices et trompeuses thérapies de conversion« ), j’ai dû réfléchir sur les prétendues « thérapies de conversion ». Voici ce que je pense en penser.

Quel regard portez-vous sur les thérapies de conversion?

Je suis bien évidemment totalement opposé à ce que certains milieux chrétiens appellent faussement « thérapie de conversion ». Car parler de « thérapie de conversion » sous-entend qu’une préférence amoureuse – qui n’est pas seulement sexuelle et qui ne se réduit donc pas à l’homosexualité – pour une personne du même sexe ou du même genre serait une maladie qu’il faudrait soigner (d’où « thérapie ») et qu’elle serait en même temps un choix qu’il serait possible de changer (d’où « conversion »). Mais ne me demandez pas comment une maladie pourrait être choisie!

Ces prétendues « thérapies de conversion » cherchent en fait à arracher le désir d’une personne qu’elle réduise à son homosexualité pour lui imposer de force une forme unique d’amour conjugal. Pour le faire, elles utilisent la manipulation psychologique et même la contrainte physique si nécessaire.

Théologiquement, comment jugez-vous l’homosexualité?

Ma compréhension de l’Évangile me laisse fondamentalement croire que chacun·e est libre d’aimer qui elle ou il veut, de vivre librement son amour quand la, le ou les partenaire·s est ou sont majeur·es et quand l’amour est partagé. Je crois aussi  chacun·e doit pouvoir afficher sans crainte cet amour publiquement. Je crois encore que chacun·e n’a de compte à rendre qu’à son, sa ou ses partenaires (lire sur mon blogue mon article « (Im)précis d’éthique sexuelle chrétienne »). Je crois enfin que Dieu inspire toutes les amours.

Quels sont les différents points de vue en Suisse à travers les religions majoritaires? Comment expliquer par exemple les spécificités de l’Église réformée?

Il existe une ligne de partage qui passe par l’amour jugé légitime : qui a-t-on le droit d’aimer? Qui a le droit de former un couple, d’avoir des enfants? Quelle liberté me donnent ou me laissent les communautés auxquelles j’appartiens, les autorités que je respecte? Quelles interdictions, quelles limites veulent-elles m’imposer? Cette ligne de démarcation traverse aussi bien les religions que les partis politiques, les fédérations sportives ou l’armée. Elle sépare un courant exclusif qui interdit ou punit tout couple qui n’est pas formé d’un homme et d’une femme et un courant inclusif qui tolère, admet ou reconnaît les couples formés de deux personnes de même sexe ou de même genre.

Dans le christianisme, et plus spécifiquement dans le protestantisme, les Églises réformées et luthériennes – au moins en Occident – ont en général choisi le courant inclusif – non sans peine ni sans opposition –. Elles admettent théologiquement plusieurs formes de conjugalité – et soyons clair plusieurs formes de sexualité – . Elles accueillent des paroissien·nes et engagent des pasteur·es peu importe que leurs préférences amoureuses aille à une personne du même et/ou d’un autre sexe et/ou d’un autre genre. Mais elles vont encore plus loin dans l’inclusion.

En 2003, C’est l’Église (protestante) unie du Canada qui a demandé au gouvernement canadien de reconnaître le mariage entre conjoint·es de même sexe. Et depuis 2005, les couples de même sexe peuvent s’y marier (lire sur mon blogue mon article « Le mariage de couples de même sexe vu depuis le Québec et l’Église unie du Canada ».

En Europe, où les Églises ne peuvent bénir que des couples déjà reconnus l’État – le « mariage à l’Église » n’y existe donc pas –, les Églises réformées et luthériennes font souvent le choix de bénir tous les couples « civilement officialisés » – pour peu qu’ils le souhaitent évidemment –. Ainsi en France, l’Église protestante unie bénit les « mariages pour tou·tes » depuis 2015. En Suisse romande, comme je l’explique dans mon livre 500 ans de Suisse romande protestante (Alphil, 2020), l’Église réformée du canton de Berne bénit des couples de même sexe depuis 1995, celle de Fribourg depuis 1998 et celle de Genève depuis 2019. L’Église réformée évangélique du canton Vaud célèbre les partenariats enregistrés – y compris ceux de couples de même sexe – depuis 2012. Et l’assemblée des délégué·es des Églises réformées de Suisse (l’Église évangélique réformée de Suisse) s’est prononcé en 2019 en faveur de l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe.

Évidemment, les ou ces Églises réformées et luthériennes ne pratiquent pas de « thérapies de conversion », puisque elles sont convaincues qu’une préférence amoureuse pour une personne du même sexe ou du même genre n’est pas une maladie, ni un choix. Elle est une manière d’aimer que Dieu a déjà approuvée.

Encore l’amour, encore la haine

À propos de mon dernier article « Que trouvez-vous le plus choquant, l’amour ou la haine?« , Béréenne attitude me reproche de fermer la question et de l’enfermer dans un « soit… soit… » dont elle ne veut pas (voir les commentaires de l’article).

Quand je lui réponds que je me sens le droit de condamner les propos haineux et que j’utilise une métaphore biblique – à trop regarder ce qu’ils et elles considèrent comme une paille, certaines lectrices et certains lecteurs du magazine Réformés n’ont pas vu la poutre – elle me demande: « Et pourquoi pas deux poutres? ».

Mais, parce qu’il n’y a pas deux poutres. Parce que les deux éléments ne sont pas symétriques ni équivalents. La photographie montre de l’amour et qu’on trouve cet amour légitime ou non ne change rien a fait que c’est d’amour qu’il s’agit. La lettre de la lectrice montre de la haine.

Voilà comment je vois les choses.


Référence biblique:

« Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés. Car c’est avec le jugement par lequel vous jugez qu’on vous jugera, et c’est avec la mesure à laquelle vous mesurez qu’on mesurera pour vous. Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou bien comment peux-tu dire à ton frère: «Laisse-moi ôter la paille de ton œil», alors que dans ton œil il y a une poutre? Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil! Alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » La Bible, évangile attribué à Matthieu chapitre 7, versets 1 à 5.

(Im)précis d’éthique sexuelle chrétienne

À l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le SIDA, je pose la question: comment penser la sexualité en christianisme?

Pour répondre, je pourrais adopter un point de vue général: la sexualité n’est ni l’enfer ni le paradis; la sexualité, c’est du plaisir et c’est une responsabilité. Je pourrais aussi partir de la Bible; mais dans la Bible, les avis sont multiples; la sexualité jugée bonne à une époque ou dans un endroit ne l’est plus quelques années plus tard ou quelques kilomètres plus loin. Certains héros bibliques ne seraient pas les bienvenus à la Manif pour tous ni dans certaines Églises: le roi Salomon et ses 700 maîtresses ou Lot qui préfère que ses concitoyens violent ses filles plutôt que ses invités. Alors, je partirai quand-même de la Bible (ce doit être dans les gènes d’un théologien protestant), mais d’un principe général défini par Paul (qui lui-même n’était pas très porté sur la chose):

« Certains d’entre vous disent: Tout m’est permis. Oui, cependant, tout ne vous est pas bon. Je pourrais dire: Tout m’est permis, mais je ne vais pas me laisser réduire en esclavage par quoi que ce soit. » Première lettre aux Corinthiens, chapitre 6, verset 12.

Et pour éviter les termes obscènes ou médicaux, j’utiliserai quelques métaphores, récoltées ou inspirées notamment chez Frédéric Dard et Pierre Perret.

Solo

  • « Tout est permis »: un homme a le droit de se polir la saucisse; une femme a le droit de se chatouiller l’hibiscus. Ces pratiques solitaires ne causent de tort à personne. Elles n’ont jamais rendu quiconque sourd. Les caresses permettent de découvrir son propre corps, le fonctionnement de son propre sexe. En plus, de donner du plaisir.
  • « Tout n’est pas bon »: quel problème pourrait entraîner une sexualité solitaire? Qu’on en vienne à préférer absolument le solo au duo, à préférer le tête-à-tête avec soi-même (ou le tête-à-queue pour les plus souples) à la rencontre de l’autre.

Duos

Foufoune et popaul

  • « Tout est permis »: le duo commence avec quelques amuse-gueule et pas mal de doigté. Il se prolonge ensuite dans l’amour à la papa, la position du missionnaire, la brouette javanaise, la toupie de Zanzibar et la déclinaison de tout le Kamasutra. Mais un couple peut encore jouer à d’autres jeux: brouter le minou, manger la banane ou prendre l’entrée de service. À tout cela, rien à redire, tant que les deux partenaires sont vraiment consentants. Et quant à l’âge limite, il est fixé par des lois, variables en fonction des cultures et révisables en fonction des évolutions sociales. Mais avant de jouer à la bête à deux dos, il vaut mieux chercher à se séduire, à se découvrir. Selon l’adage, l’amour commence le truc dans la main, la main dans la chose, bien avant que l’on songe à mettre le truc dans la chose.
  • « Tout n’est pas bon »: le premier risque du duo, c’est d’attraper un polichinelle dans le tiroir. Tirer un coup ne sert pas seulement à prendre son pied. C’est aussi un moyen de faire des bébés. Pour éviter de chopper le ballon, il convient de prendre ses précautions. Et pour prévenir les maladies sexuellement transmissibles, il faut mettre le petit capuchon. Le second risque, c’est de forcer l’autre à faire ce qu’il ou elle ne veut pas ou n’aime pas. Les choses sont compliquées car l’obligation peut parfois être très subtile: on peut accepter sous la menace, mais aussi pour faire plaisir, par lassitude, pour faire comme tout le monde, parce qu’on a peur que l’autre nous quitte, parce qu’il ou elle nous donne quelque chose en échange, etc.

Popaul et popaul; foufoune et foufoune

  • « Tout est permis »: l’homosexualité n’est ni une maladie ni un péché. Tant que les deux partenaires sont d’accord et consentant, elle est leur affaire. Chacun fait ce qu’il veut avec ses fesses et avec le reste.
  • « Tout n’est pas bon »: l’homosexualité est menacé par le goût pour l’identique. Préférer le même (homo) pour ne pas avoir à découvrir l’autre (sexe). On n’a pas forcément la même vision du monde qu’on ait une gaule ou une case trésor. Mais cela vaut aussi pour l’hétérosexualité. Il y a aussi du même dans les couples hétérosexuels blancs, noirs, suisses-romands ou de professeur·e·s. Et ça ne vaut pas pour tous les couples homosexuels: tous ceux qui arborent un dard et toutes celles qui cachent un frifri ne sont jamais exactement les mêmes.

Trio; tout un orchestre; partitions particulières.

Je sais qu’il existe de nombreuses autres façons de grimper aux rideaux; je sais aussi qu’il y en a encore plus que je ne connais pas. Mais je crois que les mêmes critères restent valables. Relisons ce bon vieux Paul (qui était un obsédé asexuel)!

« Certains d’entre vous disent: Tout m’est permis. Oui, cependant, tout ne vous est pas bon. Je pourrais dire: Tout m’est permis, mais je ne vais pas me laisser réduire en esclavage par quoi que ce soit. »

En matière de sexualité, il y a toujours une question à se poser: « Quand je regarde un·e autre, est-ce que je peux penser à autre chose qu’à le ou la posséder? » Si la réponse est non, c’est que la sexualité m’a réduit à l’esclavage.