Jésus

Ponce Pilate «immergé» à Lausanne?

Je lis La légende dorée de Jacques de Voragine (1230-1298). L’ouvrage raconte la vie des saints du calendrier et situe les fêtes liturgiques. Au jour de «La passion de Notre-Seigneur», l’auteur insère le récit de la vie de Ponce-Pilate, de sa mort et de sa vie après sa mort.

Je suis surpris de découvrir qu’il serait enseveli à Lausanne, la ville suisse où j’habite.

«Ce qu’apprenant, Pilate prit son couteau et se tua. Son cadavre fut attaché à une grosse pierre et lancé dans le Tibre; mais les esprits malins et sordides s’emparèrent avec joie de ce corps malin et sordide; tantôt le plongeant dans l’eau, tantôt le ravissant dans les airs, ils causaient d’innombrables, tempêtes, etc., dont tout le monde était effrayé. Aussi les Romains retirèrent-ils du Tibre ce cadavre malfaisant et l’envoyèrent-ils à Vienne par dérision, pour y être plongé dans le Rhône, car le nom de Vienne provient de Via gehennae, qui veut dire: Voie de la malédiction. Mais là encore, les mauvais esprits recommencèrent leurs tours, si bien que les habitants de Vienne, pressés de se défaire de ce vase de malédiction, l’ensevelirent sur le territoire de la ville de Lausanne. Mais les habitants de cette ville, voulant eux aussi s’en débarrasser, le jetèrent au fond d’un puits entouré de hautes montagnes, et l’on dit que, aujourd’hui encore, on voir bouillonner, en ce lieu, des machinations diaboliques.» Jacques de Voragine (1998). La Légende dorée. Éditions du Seuil (Paris): 249

Le coresponsable de la mort de Jésus serait donc immergé (je ne peux pas écrire « enterré ») près de chez moi. J’ai besoin d’en savoir plus. Alors, je mène l’enquête et je découvre que Jacques de Voragine a raison, mais qu’il lui manque la fin de l’histoire. Car le cadavre de Pilate n’est pas resté à Lausanne; car les Lausannois ont réussi à s’en débarrasser. Ce « puits entouré de hautes montagnes » n’est pas le lac Léman, pas plus qu’il n’est situé au bord du lac Léman.

Je lis, dans un livre écrit en 1913 par Gustave Bettex et Édouard Guillon, que le cadavre de Pilate a été immergé près de Lucerne, au pied du Pilatus, au pied du mont Pilate. Voilà qui semble parfaitement logique.

«Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Son cadavre fut précipité dans le Tibre, avec une pierre pour l’empêcher de surnager. Mais le Tibre ne voulut pas de lui et le rejeta avec dégoût. On le porta alors à Vienne, en Dauphiné, où son souvenir et conservé par une pierre tombale, et on le jeta dans le Rhône qui s’indigna, lui aussi, de charrier cet impur débris. Qu’en faire? On l’envoya, on ne sait pourquoi, à Lucerne, qui ne fut guère flattée du cadeau et qui ne trouva rien de mieux, pour s’en délivrer, que d’aller le jeter dans le petit lac de Fracmont [l’ancien nom du mont Pilate].» Gustave Bettex et Édouard Guillon (1913). Les Alpes suisses dans la littérature et dans l’art. Fernand Matty (Montreux): 266-267

Je comprends que Bettex et Guillon connaissent le début et la fin, mais qu’il leur manque une étape. Et je remets les deux textes ensemble pour reconstruire toute l’histoire. Parti de Rome et du Tibre, le cadavre de Ponce-Pilate est passé par Vienne et le Rhône, Lausanne et le lac Léman pour finir à Lucerne dans le lac des Quatre-Cantons.

Ainsi celui qui s’est lavé les mains au moment «crucial» peut maintenant se les nettoyer aussi souvent qu’il le désire et pour l’éternité.


P.S. Je dois à la vérité de mentionner que d’autres légendes situent dans d’autres endroits le cadavre de Ponce-Pilate. Mais évidemment, elles sont toutes beaucoup moins crédibles.

P.P.S Pour conserver ma crédibilité universitaire, je mentionne deux sources, dont une en latin (je n’ai pas trouvé de traduction en français)!

Eusèbe de Césarée, au 4e siècle:

«Il n’est pas à propos d’omettre ce que l’on raconte de Pilate qui vivrait au temps du Sauveur. On dit que sous Gaïus, dont nous avons vu l’époque, de tels malheurs fondirent sur lui qu’il devint par force son propre meurtrier et son propre bourreau : la justice divine ne parut mettre envers lui aucun retard. Ceci nous est raconté par les écrivains grecs qu’ils nous ont laissé la suite des olympiades avec les événements survenus à leur date.» Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique. Livre 2 chapitre 7,1. Texte grec et traduction française par Émile Grapin (1905-1913). A. Picard et fils (Paris): 145

Mors Pilati qui Iesum condemnavit, probablement au 6e siècle:

«Cognita Caesar morte Pilati dixit Vere mortuus est morte turpissima, cui manus propria non percepit. Moli igitur ingenti alligatur et in Tiberim fluvium immergitur. Spiritus vero maligni et sordidi corpori maligno et sordido congaudentes omnes in aquis movebantur, et fulgura et tempestates, tonitrua et grandines in aere terribiliter gerebant, ita ut cuncti timore horribili tenerentur. Quapropter Romani ipsum a Tiberis fluvio extrabentes, derisionis causa ipsum in Viennam deportaverunt et Rhodani fluvio immerserunt : Vienna enim dicitur quasi via gehennae, quia erat tunc locus maledictionis. Sed ibi nequam spiritus affuerunt, ibidem eadem operantes. Homines ego illi tantam infestationem daemonum non sustinentes, vas illud maledictionis a se removerunt et illud sepeliendum Losaniae territorio commiserunt. Qui cum nimis praefatis infestationibus gravarentur, ipsum a se removerunt et in quodam puteo montibus circumsepto immerserunt, ubi adhuc relatione quorumdam quaedam diabolicae machinationes ebullire dicuntur.» Mors Pilati. Dans Evangelia Apocrypha, édité par Constantin Tischendorf (1813). Avenarius et Mendelssohn (Leipzig): 435

Une seule croix à porter (suite)

Suite à mon article « Une seule croix à porter« , « Mathieu Gagnant » m’adresse le commentaire suivant:

« Et la vraie difficulté c’est saisir dans le contexte d’affirmation humaine aujourd’hui, ce que veut dire  « Se renier soi-même » ou « renoncer à soi-même »! »

Il a parfaitement raison! Et pour dire la vérité, j’ai hésité à recopier la première partie du verset et j’ai ensuite cherché si cette injonction à « se renier soi-même »était absente d’un évangile. Malheureusement pour moi, les deux évangiles attribués à Matthieu et à Luc ont presque exactement la même formulation:

Matthieu 16, 24: « Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. »

Luc 9, 23: « Il disait à tous: Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix et qu’il me suive. »

« Mathieu Gagnant » a raison. Et je ne sais pas quoi écrire de plus. Peut-être qu’il estimera que je suis moi aussi dans ce « contexte d’affirmation humaine », mais je ne crois pas que « se renier soi-même » ou « renoncer à soi-même » soit forcément une bonne chose, pas même pour la ou le chrétien·ne.

Pour retourner les clous dans les stigmates, j’ajoute que deux autres passages des évangiles présentent Jésus exhortant ses « followers » à se charger de leur croix. Ils me posent eux aussi de « vraies difficultés »:

Matthieu 10: « 37Celui qui me préfère père ou mère n’est pas digne de moi, celui qui me préfère fils ou fille plus que moi n’est pas digne de moi; 38celui qui ne prend pas sa croix pour me suivre n’est pas digne de moi. »

Luc 14: « 26Si quelqu’un vient à moi et ne déteste pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. 27Et quiconque ne porte pas sa croix pour venir à ma suite ne peut être mon disciple. »

Critiquer la Bible n’est pas sans risque. J’ai déjà reçu des commentaires négatif quand je l’ai fait (lire par exemple mon article « Soit je respecte la Bible, soit je respecte les femmes » et les commentaires). Mais je persiste à penser que la Bible contient des textes que je trouve admirables ou nourrissants, mais aussi des textes que je trouve problématiques ou obsolètes! Aujourd’hui, j’ai renoncé à ignorer ou à détruire ces pages. Aujourd’hui, je me contente de les agrafer sur la croix que je porte. À titre préventif, pour me souvenir que nous courons le risque d’attribuer à Dieu les bêtises qui nous reviennent. Et je m’efforce de ne pas attribuer à Dieu celles qui me reviennent.


À propos la Bible, on peut lire sur mon blogue:

Une seule croix à porter

Comme le théologien Gilles Bourquin dans Réformés (le mensuel des Églises reformées de Suisse romande), je trouve libérateur cet appel que les Évangiles mettent dans la bouche de Jésus:

« Si quelqu’un veut me suivre, qu’il se renie lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il me suive. » Marc 8, 34

Ça peut sembler lourd mais ça m’allège. Ça m’allège depuis que j’ai compris que je n’ai que ma croix à porter. Rien que ma croix! Pas une autre, pas une de plus! Et maintenant, j’avance. Parfois lentement, parfois en zigzagant, parfois en titubant, mais j’avance.

Chaque année, Jésus revient. Entre l’Épiphanie et Noël

Comme beaucoup d’articles sur mon blogue, celui-ci m’est inspiré par plusieurs événements de mon quotidien. Cette fois-ci, dans un ordre chronologique:

  • Premier événement: La lecture du titre: « Au secours, Jésus revient! » (à la une du quotidien Libération au lendemain de la victoire de François Fillion à la primaire de la droite).
  • Deuxième événement: La reprise positive de ce thème pour qualifier l’Avent (par la paroisse reformée vaudoise Saint-Laurent Église).
  • Troisième événement: L’invitation à dire si je suis prêt pour le retour de Jésus (dans la cabane de la pasteure Hetty à la gare du Flon à Lausanne).
  • Quatrième événement: Un travail sur les représentations de « l’au-delà, hier et aujourd’hui » (pour un cours donné avec mon collègue historien Frédéric Amsler).
  • Cinquième événement: L’affirmation que Jésus va diriger un « gouvernement mondial » pour régler les problèmes actuels (par deux témoins de Jéhovah rencontré dans l’escalier de mon immeuble).
  • Sixième événement: Noël et l’Épiphanie.

Six événements suffisent-ils à créer une tendance (#JésusRevient)? Peut-être! Mais alors qu’en dit un théologien du quotidien? Je me risque…

  • Première affirmation: J’ai toujours pensé que ma mort surviendrait avant le retour de Jésus, autrement dit que je mourrai avant que n’arrive la fin du monde.
  • Deuxième affirmation: Je n’ai jamais été pressé ni de mourir, ni que Jésus revienne; j’aime la vie et j’ai encore des projets.
  • Troisième affirmation: Mon attitude est égoïste; d’autres que moi ont une vie si difficile qu’ils/elles espèrent que Jésus revienne et qu’il revienne le plus vite possible.
  • Quatrième affirmation: Je les comprends; mais j’ai toujours de la peine à croire que Jésus revienne bientôt.
  • Cinquième affirmation: Que son retour soit régulièrement annoncé depuis presque 2000 ans ne m’aide pas à y croire.
  • Sixième affirmation: Les fêtes de Noël et de l’Épiphanie me disent que Jésus revient chaque année; pas comme un super-héros, mais comme un petit bébé impuissant qui dépend entièrement de sa mère et de son père pour survivre.

Ces six affirmations posées, qu’écrire d’autre (#JeSuisGénial)? Je me risque encore. Mais avec ses banalités, le théologien du quotidien risque surtout de décevoir ses lectrices et ses lecteurs…

  • Première banalité: Plus le temps passe, plus nous nous rapprochons de la fin du monde, quelle que soit la forme que cette fin pourra prendre.
  • Deuxième banalité: Je pourrais réconforter celles et ceux qui souffrent en leur affirmant que Jésus va bientôt revenir pour mettre fin à leur souffrance, mais je me sentirais malhonnête.
  • Troisième banalité: Car si je sais une chose c’est que je ne sais pas quand Jésus reviendra; ni comment il reviendra; ni même s’il reviendra; même si je demande régulièrement à Dieu: « Que ton règne vienne!).
  • Quatrième banalité: Et la Bible ne m’aide pas, elle qui évoque des scenarii multiples – Satan sera-t-il déchaîné avant ou après que Jésus règne il mille ans? ressuscite-t-on immédiatement après sa mort ou tout à la fin des temps? – et propose des métaphores désuètes: qui peut croire aux anges qui jouent de la trompette? à la ville qui tombe du ciel?
  • Cinquième banalité: Jésus ne m’aide pas non plus, lui qui prévient que nous ne pouvons savoir ni le jour ni l’heure où ce qui doit arriver arrivera.
  • Conséquence des 17 premiers points (et ce n’est pas une banalité, mais une nécessité): Je dois aider celles et ceux qui souffrent au point d’espérer que Jésus revienne immédiatement; je dois le faire immédiatement, sans attendre que tous les problèmes soient divinement réglés; je peux le faire étant moins égoïste; je dois le faire et contribuer à rendre le monde meilleur.

Que Jésus revienne ou ne revienne pas, je vous souhaite malgré tout une bonne année 2017!

Quand faut-il placer le bébé Jésus dans la crèche?

Comme me l’a fait remarquer Marie Malzac, journaliste au quotidien français La Croix, « pour un protestant », j’ai déjà beaucoup écrit sur la crèche de Noël. Sur mon blogue, j’ai évoqué le « folklore de Noël« , j’ai suggéré de « faire soi-même sa crèche« , d’y « placer des bergers« , d’y « placer des mages« , d’y « placer Joseph« , d’y « placer Marie » et de ne pas y « placer de chien« . Mais, mis à part l’image des « deux papas de Jésus« , je n’avais pas encore parlé de l’essentiel, du bébé Jésus!

Et pourtant, il y a au moins deux manières de placer Jésus dans la crèche:

  • À la manière protestante, le bébé Jésus est collé dans la mangeoire. Il n’en bouge pas
  • À la manière catholique, la mangeoire reste vide durant le temps de l’Avent et on y place le bébé Jésus durant la nuit de Noël.

Ce qui ne me semble théologiquement significatif:

  • Que Jésus soit déjà dans la crèche signifie que la crèche est un rappel, une illustration, peut-être une commémoration de la naissance de Jésus, tel que la raconte les évangiles de Matthieu et de Luc et plusieurs textes apocryphes.
  • Que l’on place Jésus dans la crèche durant la nuit de Noël signifie que la crèche est une réitération contemporaine de l’incarnation de Dieu dans un bébé accouché par un vierge, tel que la raconte les évangiles de Matthieu et de Luc et plusieurs textes apocryphes.

Ce que je mets en relation avec les manières catholiques et protestantes de célébrer la communion:

  • La manière protestante de « faire la crèche » correspond à la manière protestante de « faire la cène ». Dans les deux cas, on veut se souvenir de ce que Dieu a fait une fois pour toute.
  • La manière catholique de « faire la crèche » correspond à la manière catholique de « faire l’eucharistie ». Dans les deux cas, on croit (au sens fort d’être convaincu) que l’Église peut et doit refaire ce que Dieu a fait.

P.S. Si vous trouvez que tout cela n’a aucune importance, vous n’avez pas entièrement tort. Mais vous n’aurez pas entièrement raison non plus…

Est-ce que toucher c’est jouer? Exercice de théologie pratique

Il y a quelques années, j’ai pris cette photographie dans la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré, près de Québec. Ce qui m’avait intrigué, c’est la mention « Merci de ne pas toucher. Please don’t touch » apposée sur le bras de Jésus.

NePasToucher_Pieta

Pietà à Sainte-Anne de Beaupré (Québec). Crédit: Olivier Bauer

Je n’ai jamais très bien su qu’en faire jusqu’à maintenant, où j’ai eu l’idée d’un petit exercice de théologie pratique autour du sens du toucher. Je vous invite à utiliser l’outil « Commentaires » pour partager vos réponses (ou vos questions…)

  1. Pour qui cette image peut-elle fonctionner comme une médiation vers « Dieu »?
  2. Qu’est-ce qui peut y faire médiation de « Dieu »? La femme en bleu? L’homme presque nu? Les plaies qui saignent? Le geste de la mère vivante qui soutient son fils mort? La statue dans sa niche en bois?
  3. À quoi fait allusion la mention « Merci de ne pas toucher. Please don’t touch » (l’anglais est moins poli)?
    • Renvoie-t-elle au chapitre 20 de l’évangile de Jean  Mais alors, redouble-t-elle l’interdiction que Jésus signifie Marie-Madeleine: « Noli me tangere! » ou contredit-elle l’ordre que Jésus donne à Thomas: « Avance ta main et mets-la dans mon côté! » ?
    • Est-ce qu’elle demande du respect pour une œuvre d’art?
    • Est-ce qu’elle interdit une pratique de dévotion où les fidèles toucheraient le corps, les plaies ou le manteau pour obtenir par contact ou par contagion un peu du mana de la statue?

Sur le toucher dans les évangiles, lire l’excellent ouvrage: Veyron, M.-L. (2013). Le toucher dans les Évangiles préface de Élian Cuvillier. Paris: les Éd. du Cerf (et la recension que j’en ai faite).