mourir

Crémation et dispersion (attention, humour noir !)

La Toussaint ramène la religion dans les médias. Quand il s’agit de la mort, elle semble garder une certaine pertinence sociale. Cette semaine, France Inter a parlé de la crémation. J’en ai retenu deux éléments:

Seules deux religions autorisent la crémation des morts: le bouddhisme et le catholicisme.

Si l’Eglise catholique-romaine autorise la crémation, elle refuse que les cendres soient dispersées.

J’ajoute mes commentaires (évidemment!).

  1. À la journaliste: le catholicisme n’est pas une religion, mais une confession. La religion, c’est le christianisme dont fait partie le protestantisme qui n’a pas de problème avec la création.
  2. Sur le fond: le problème est celui de l’avenir du cadavre. Pendant longtemps, le christianisme a jugé qu’il fallait qu’une personne soit enterrée « en entier » pour que Dieu puisse la ressusciter avec son corps. Aujourd’hui, pour des raisons plus pratiques que théologiques, le christianisme admet que l’état du cadavre n’a pas d’importance quant à la possibilité que Dieu le ressuscite. Cependant, l’Eglise catholique-romaine considère que Dieu ne pourrait pas ressusciter une personne dont les cendres auraient été dispersées.

Mise en garde: la suite de cet article contient de l’humour noir et ne convient pas à tous les publics.
Dieu est un type intelligent. Il est capable de reconstituer même les puzzles les plus difficiles. Seulement, Dieu dans toute son intelligence connaît des limites. Ainsi, il ne peut reconstituer que les puzzles dont toutes les pièces viennent dans la même boîte, avec la reproduction du modèle sur le couvercle. Il n’est pas capable de trier les pièces pour savoir à quel puzzle elles appartiennent.
Alors s’il-vous-plaît, ne compliquez pas la tâche de Dieu! Si l’un.e de vos proches veut être incinéré.e, gardez ses cendres dans une seule et même urne!