pain

Dieu dans l’église: à voir et à manger

Bauer, O. (19 mars 2016). Dieu dans l’église: à voir et à manger. Eglise du Pasquart, Bienne (Suisse).

Le pain est-il meilleur s’il est biblique?

Vu dans une épicerie près de chez moi, du pain inspiré de deux versets de la Bible:

Crédit: Olivier Bauer - août 2015

Crédit: Olivier Bauer – août 2015

Pour mémoire:

  • Ézéchiel chapitre 4, verset 9: « Prends du blé, de l’orge, des fèves, des lentilles, du millet et du blé dur. Mélange le tout dans un récipient pour en faire du pain. Ce sera ta nourriture pendant les trois cent quatre-vingt-dix jours où tu seras couché sur le côté. »
  • Genèse chapitre 1, verset 29 (moins clair!): « Et Dieu ajouta: « Sur toute la surface de la terre, je vous donne les plantes produisant des graines et les arbres qui portent des fruits avec pépins ou noyaux. Leurs graines ou leurs fruits vous serviront de nourriture. »« 

Visiter le site de la compagnie Food for Life!

Quel goût a le Christ?

On sait probablement que le christianisme établit des liens entre le pain et le corps du Christ. Des liens sont aussi divers que les pains utilisés. Jean-Jacques Agbo, un prêtre catholique suisse venu à Montréal pour mener des recherches sur la messe et les six sens, m’apprend que si l’hostie est insipide, c’est pour éviter que l’on n’attribue un goût au Christ. Il me fait réaliser que le protestantisme exprime autrement la même altérité. Il varie les pains: blanc, brun ou noir; de campagne ou brioché; complet ou sans gluten; plat ou levé; de blé, de seigle ou d’épeautre. Sucré-salé, aigre-doux, umami et pimenté, le Christ est toujours ailleurs sur la palette des goûts, sur l’échelle des saveurs.

Du pain, du vin pour le Shabbat

Vu à Montréal, une publicité gastronomico-religieuse pour inciter les Juifs non pratiquants à célébrer le Shabbat. Appétissant!
IMG_0001.JPG

Manger ou prier? Une histoire juive

Thomas Gergely, directeur de l’Institut d’Études du Judaïsme à l’Université Libre de Bruxelles, m’a raconté une histoire mêlant alimentation et spiritualité.

« Après la seconde guerre mondiale, Simon Wiesenthal, rescapé des camps de concentration, refusa d’entrer dans une synagogue. Un rabbin lui demanda pourquoi. Simon Wiesenthal lui raconta alors cette histoire.

  • Alors que j’étais dans un camp, j’ai vu un juif introduire en cachette et au risque d’être exécuté un tout petit livre de prière caché dans la doublure d’un vêtement. Au bout d’un certain temps, quelques uns de ses coreligionnaires lui demandèrent qu’il leur prête son livre pour qu’ils puissent eux aussi faire leur prière. Le déporté accepta à la condition qu’ils lui donnent en échange leur ration quotidienne de pain. Ce qu’ils firent. Et d’autres après eux, et d’autres encore. Si bien que le possesseur du livre de prière mourut d’avoir mangé trop de pain.

Simon Wiesenthal ajouta qu’il ne pouvait plus pratiquer une religion dans laquelle un croyant pouvait monnayer la possibilité de prier. Puis il demanda à son interlocuteur ce qu’il en pensait. Le rabbin lui demanda un jour de réflexion.

Le lendemain, le rabbin retrouva Simon Wiesenthal devant la même synagogue. Et quand celui-ci lui demanda s’il avait réfléchi, il lui répondit:

  • Tu ne veux plus pratiquer ta religion parce qu’un juif a un jour monnayé son livre de prière. Fort bien! Mais maintenant, à ton avis, que vaut une religion dans laquelle les croyants sont prêts à sacrifier toute leur ration de pain quotidien, c’est-à-dire peut-être toute leur nourriture d’un jour, pour avoir seulement la possibilité de prier?

Ce jour-là, Simon Wiesenthal entra dans la synagogue.

Ce n’est «Pâques» du chocolat!

Dieu soit loué, le carême finit toujours par prendre fin et Pâques succède toujours à Vendredi-saint! Et le dimanche de Pâques, plus question de se priver. Ce jour-là, les chrétiens, qu’ils aient ou non jeûné, passent à table. Du chocolat, évidemment. Mais pas seulement! Car si «ce n’est Pâques du chocolat», c’est que la résurrection est aussi transmise autrement, dans d’autres nourritures comme des pains briochés en veux-tu en voilà (Kulich, Paska, Lämmele, Colomba, etc.), des œufs durs (rouges comme ceux que Marie aurait laissés au pied de la croix et que le sang de Jésus aurait teintés) ou des viandes (agneau, cabri, jambon), des betteraves rouges en Haïti.
Mais pourquoi diable, Pâques et la résurrection sont-ils (aussi mais pour certains surtout ou uniquement) une affaire de goût? Je crois, profondément presque viscéralement, que c’est d’abord pour en faire goûter la nécessité. Comme le rappelle le philosophe français Olivier Assouly (dans Les nourritures divines), manger est un besoin vital et quotidien. En inscrivant Pâques dans des pratiques alimentaires, le christianisme s’assure donc (pourvu que ça dure!) de rendre cette fête à la fois inévitable et nécessaire. Il est facile de ne pas croire à la résurrection, il est difficile d’échapper aux goûts de Pâques. C’est ensuite pour faire goûter l’immédiateté de la résurrection. Comme l’exprime l’écrivain suisse Georges Haldas (dans Mémoire et Résurrection), on «accède à l’éternité vivante» (ce sont ses mots) non pas après la mort, mais ici et maintenant. Et des aliments qui entrent, plaisent, nourrissent et ressortent paraissent le moyen idéal pour le signifier.
Mais que diable la résurrection a-t-elle à faire, précisément, avec ces goûts-là? Ce sont toutes des nourritures à forte valeur symbolique des nourritures qui reçoivent leur valeur de trois systèmes symboliques qui tous, astucieusement combinés donnent son sens à Pâques:

  • Une symbolique religieuse: consommer de nourritures que valorise le judéochristianisme, les œufs du Seder, le pain et le vin du Repas du Seigneur;
  • Une symbolique culturelle: consommer des nourritures qu’une culture valorise, les betteraves rouges en Haïti;
  • Une symbolique cosmique: consommer les nourritures de saison, agneau printanier nouveau-né, jambon enfin arrivé à maturité, pain gonflé par le levain, «pourriture noble», additif vivant qui fait revivre ce qui est mort.

Pâques n’est donc pas anecdotiquement une histoire de goût. Il l’est substantiellement, y compris pour le chocolat. Mais justement, comment choisir son chocolat? Je vous suggère de le prendre suffisamment amer pour ne pas oublier la cruauté de la crucifixion, mais suffisamment sucré pour vous donner le goût de la résurrection.
Joyeuses Pâques!

_____