protestantisme

Une Suisse romande de moins en moins protestante

Je profite d’une invitation dans l’émission Tribu sur la Radio suisse romande, pour prolonger ma réflexion sur 500 ans de Suisse romande protestante. Dans le dernier paragraphe de mon livre, j’indique la proportion de la population réformée dans les cantons suisses romands, sur la base des statistiques de l’Office fédéral de la statistique pour 2016 :

Extrait de la page 152 de mon ouvrage 500 ans de Suisse romande protestante

Après la publication de mon livre sont sortis les chiffres de 2018 (Appartenance religieuse selon diverses caractéristiques et le canton). Ils indiquent que la population réformée continue à décroître, même dans les cantons de Fribourg et du Valais. Le Jura est le seul canton qui voit la population réformée augmenter ; il double ainsi Genève. La population réformée représente donc :

  • 49 % de la population du canton de Berne (germanique et francophone).
  • 22 % de la population du canton de Vaud.
  • 18 % de la population du canton de Neuchâtel.
  • 11 % de la population du canton de Fribourg (germanique et francophone).
  • 9 % de la population du canton du Jura.
  • 8 % de la population du canton de Genève.
  • 5 % de la population du canton du Valais.

À celles et ceux qui me diraient : « Ceci vaut pour la population réformée, mais la population protestante est plus nombreuse puisqu’elle inclut la population évangélique et pentecôtiste qui est en pleine croissance », je répondrai que hors catholiques romain·es et catholiques chrétien·nes, toutes les « Autres communautés chrétiennes » comptent pour 5,5 % de la population helvétique. Quand elles et ils sauront que les « orthodoxes et chrétiens d’Orient » en représentent 2,4 %, elle et ils comprendront que la population évangélique et pentecôtiste reste peu nombreuse et que même la comptant parmi la population protestante — ce qu’il faut faire —, celle-ci décroît en Suisse romande.

Mon livre « 500 ans de Suisse romande protestante » disponible en libre accès

Mon dixième ouvrage « Bauer, O. (2020). 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses » est disponible gratuitement et en libre accès sur le site de l’éditeur. Vous pouvez le lire en ligne ou le télécharger au format PDF.

Je remercie le Fonds national de la recherche scientifique qui subventionne cette publication.

Bonne lecture!

Mon dixième livre est maintenant disponible!

Bauer, O. (2020). 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses.

En 160 pages, j’y fais l’histoire de (presque) 500 ans de protestantisme en Suisse romande.

Il est issu d’un séminaire de Master que j’ai donné à l’Université de Lausanne au printemps 2018: «491 ans de théologie pratique et de pratiques théologiques protestantes en Suisse romande »). Et je remercie

  • les étudiant·es qui y ont participé: Nicole Awais, Maëlle Camille-Claire Bader, Abigaïl Bassac, Vincent Demaurex, Noémie Émery, Valérie Gafa, Calen Ebere Lee Gayle, Florence Hostettler, Julia Linder Simonin, Matthieu Mérillat, Pascal Pretot, Christine Rumpel et Carl-André Spillmann;
  • ainsi que mes assistants du moment: Nathalie Monot-Senn et Philippe Zannelli.

Note: Sur la quatrième de couverture, l’éditeur a malencontreusement attribué la célébration du premier culte protestant à Ulrich Zwingli en lieu et place de Guillaume Farel. Ce qui prouve combien ce livre est nécessaire…


Le vin rapproche les protestant·es du Très-Haut

En primeur, je vous livre une citation que j’utiliserai lors de la conférence sur « Le vin divin » que je donne ce soir à Vevey dans le cadre du cours public « Esprit du vin – esprit divin« . Je l’emprunte au géographe français Jean-Robert Pitte.

«Dans l’univers protestant, boire n’est pas s’abandonner, encore moins s’enivrer. Apaiser sa faim et sa soif est une nécessité biologique et quasi instinctive qui rapproche l’homme de l’animal. Il n’est donc pas question d’en abuser, mais au contraire de limiter volontairement sa consommation et de profiter des gorgées que l’on s’accorde pour méditer sur la condition humaine et se rapprocher du Très-Haut.»  Jean-Robert Pitte, «Le vin de Bordeaux est-il protestant?», L’amateur de Bordeaux, décembre 2000, 47.

Mon dixième livre: 500 ans de Suisse romande protestante (2020)

Mon dixième livre va paraître: Bauer O. (2020). 500 ans de protestantisme en Suisse romande. Neuchâtel, Alphil, 160 p.

Il est issu d’un séminaire de Master que j’ai donné à l’Université de Lausanne au printemps 2018: «491 ans de théologie pratique et de pratiques théologiques protestantes en Suisse romande » (l’éditeur trouvait « 500 ans » plus vendeur).

Couverture du livre 500 ans de Suisse romande protestante. Un cycliste fait des acroobaties devant le Mur des Réformateurs à Genève

« D’où vient la frontière entre Jura sud et Jura nord ? Pourquoi le train Yverdon-Sainte-Croix ne circulait-il pas le dimanche ? Depuis quand le Conseil oecuménique des Églises est-il installé à Genève ? Qu’est-ce qui lie les Dames de Morges à la communauté de Grandchamp? Pourquoi peut-on faire ses courses à Bulle le lundi du Jeûne ? D’où venait le bois utilisé pour construire la chapelle des Mayens de Sion ? Pourquoi Henri Druey, James Fazy et Alexis-Marie Piaget ont-ils nationalisé les Églises réformées ?
Cet ouvrage répond à ces questions, à d’autres que vous vous posez, à celles que vous n’osez pas imaginer. Il vous mène du premier culte célébré en 1526 par Zwingli jusqu’au synode de l’Église réformée évangélique de Suisse en 2020. Il vous conduit d’Aigle à Porrentruy, à Saxon, à Morat, aux Ponts-de-Martel, à Corgémont ou à Genève.
Il offre une vision panoramique et détaillée de chacun des six siècles de l’histoire protestante dans les sept cantons suisses francophones ou bilingues. Il met en lumière six fortes personnalités — trois hommes et trois femmes —, six beaux gestes, mais aussi six grandes hontes du protestantisme romand. »

Commander le livre chez l’éditeur

«La Bible ne parle pas, la Bible ne dit rien!» (1 prédication en 4 images seulement)

Serez-vous capable de comprendre ma prédication avec ces quatre images comme seuls éléments?

Premier élément

Publicité d'une Église à Montréal: "La Bible parle. Centre-Ville. Bienvenue à tous"

Publicité d’une Église à Montréal

Deuxième élément

Chapelle œcuménique des Hôpitaux Universitaires de Genève- À gauche, un tabernacle. À droite, une Bible dans une vitrine en verre.

Chapelle œcuménique des Hôpitaux Universitaires de Genève

Troisième élément

Caricature d'un homme debout sur les pages d'un livre. "Sola Scriptura". "Les feuilles d'automne emportées par le vent (de la Réforme)"

Caricature d’un homme debout sur les pages d’un livre

Quatrième élément

Une publicité de l'Église Unie du Canada. Une Bible avec des signets verts et roses. Signerts verts: "Agree". Signets roses: "Disagree".

Une publicité de l’Église Unie du Canada


Si vous voulez vérifier la justesse de votre intuition ou si avez de la peine à reconstruire l’ensemble de la prédication, lisez ou téléchargez le texte de la prédication «LA BIBLE NE PARLE PAS, LA BIBLE NE DIT RIEN!».