protestantisme

Mon dixième livre est maintenant disponible!

Bauer, O. (2020). 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses.

En 160 pages, j’y fais l’histoire de (presque) 500 ans de protestantisme en Suisse romande.

Il est issu d’un séminaire de Master que j’ai donné à l’Université de Lausanne au printemps 2018: «491 ans de théologie pratique et de pratiques théologiques protestantes en Suisse romande »). Et je remercie

  • les étudiant·es qui y ont participé: Nicole Awais, Maëlle Camille-Claire Bader, Abigaïl Bassac, Vincent Demaurex, Noémie Émery, Valérie Gafa, Calen Ebere Lee Gayle, Florence Hostettler, Julia Linder Simonin, Matthieu Mérillat, Pascal Pretot, Christine Rumpel et Carl-André Spillmann;
  • ainsi que mes assistants du moment: Nathalie Monot-Senn et Philippe Zannelli.

Note: Sur la quatrième de couverture, l’éditeur a malencontreusement attribué la célébration du premier culte protestant à Ulrich Zwingli en lieu et place de Guillaume Farel. Ce qui prouve combien ce livre est nécessaire…


Le vin rapproche les protestant·es du Très-Haut

En primeur, je vous livre une citation que j’utiliserai lors de la conférence sur « Le vin divin » que je donne ce soir à Vevey dans le cadre du cours public « Esprit du vin – esprit divin« . Je l’emprunte au géographe français Jean-Robert Pitte.

«Dans l’univers protestant, boire n’est pas s’abandonner, encore moins s’enivrer. Apaiser sa faim et sa soif est une nécessité biologique et quasi instinctive qui rapproche l’homme de l’animal. Il n’est donc pas question d’en abuser, mais au contraire de limiter volontairement sa consommation et de profiter des gorgées que l’on s’accorde pour méditer sur la condition humaine et se rapprocher du Très-Haut.»  Jean-Robert Pitte, «Le vin de Bordeaux est-il protestant?», L’amateur de Bordeaux, décembre 2000, 47.

Mon dixième livre: 500 ans de Suisse romande protestante (2020)

Mon dixième livre va paraître: Bauer O. (2020). 500 ans de protestantisme en Suisse romande. Neuchâtel, Alphil, 160 p.

Il est issu d’un séminaire de Master que j’ai donné à l’Université de Lausanne au printemps 2018: «491 ans de théologie pratique et de pratiques théologiques protestantes en Suisse romande » (l’éditeur trouvait « 500 ans » plus vendeur).

Couverture du livre 500 ans de Suisse romande protestante. Un cycliste fait des acroobaties devant le Mur des Réformateurs à Genève

« D’où vient la frontière entre Jura sud et Jura nord ? Pourquoi le train Yverdon-Sainte-Croix ne circulait-il pas le dimanche ? Depuis quand le Conseil oecuménique des Églises est-il installé à Genève ? Qu’est-ce qui lie les Dames de Morges à la communauté de Grandchamp? Pourquoi peut-on faire ses courses à Bulle le lundi du Jeûne ? D’où venait le bois utilisé pour construire la chapelle des Mayens de Sion ? Pourquoi Henri Druey, James Fazy et Alexis-Marie Piaget ont-ils nationalisé les Églises réformées ?
Cet ouvrage répond à ces questions, à d’autres que vous vous posez, à celles que vous n’osez pas imaginer. Il vous mène du premier culte célébré en 1526 par Zwingli jusqu’au synode de l’Église réformée évangélique de Suisse en 2020. Il vous conduit d’Aigle à Porrentruy, à Saxon, à Morat, aux Ponts-de-Martel, à Corgémont ou à Genève.
Il offre une vision panoramique et détaillée de chacun des six siècles de l’histoire protestante dans les sept cantons suisses francophones ou bilingues. Il met en lumière six fortes personnalités — trois hommes et trois femmes —, six beaux gestes, mais aussi six grandes hontes du protestantisme romand. »

Commander le livre chez l’éditeur

«La Bible ne parle pas, la Bible ne dit rien!» (1 prédication en 4 images seulement)

Serez-vous capable de comprendre ma prédication avec ces quatre images comme seuls éléments?

Premier élément

Publicité d'une Église à Montréal: "La Bible parle. Centre-Ville. Bienvenue à tous"

Publicité d’une Église à Montréal

Deuxième élément

Chapelle œcuménique des Hôpitaux Universitaires de Genève- À gauche, un tabernacle. À droite, une Bible dans une vitrine en verre.

Chapelle œcuménique des Hôpitaux Universitaires de Genève

Troisième élément

Caricature d'un homme debout sur les pages d'un livre. "Sola Scriptura". "Les feuilles d'automne emportées par le vent (de la Réforme)"

Caricature d’un homme debout sur les pages d’un livre

Quatrième élément

Une publicité de l'Église Unie du Canada. Une Bible avec des signets verts et roses. Signerts verts: "Agree". Signets roses: "Disagree".

Une publicité de l’Église Unie du Canada


Si vous voulez vérifier la justesse de votre intuition ou si avez de la peine à reconstruire l’ensemble de la prédication, lisez ou téléchargez le texte de la prédication «LA BIBLE NE PARLE PAS, LA BIBLE NE DIT RIEN!».

Un protestant peut facilement prier 66% de l’Ave Maria!

Permettez qu’en cette veille de 15 août, jour où les catholiques fêtent l’Assomption de Marie et les orthodoxes sa Dormition – de manière différente, les deux traditions veulent signifier la même chose: Marie, au bénéfice d’un traitement de faveur, n’est pas morte –, permettez donc qu’un théologien protestant mais pas borné (mais oui, cela peut exister!) relise la prière mariale par excellence, l’Ave Maria, en barrant ce qu’il n’accepte pas!

Je vous salue, Marie pleine de grâce;

Le Seigneur est avec vous.

Vous êtes bénie entre toutes les femmes

Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu,

Priez pour nous pauvres pécheurs,

Maintenant et à l’heure de notre mort.

Avec l’Ave Maria, j’ai des points d’accord:

  • Moi aussi, je crois que Marie a été pleine de grâce, parce qu’elle a accepté que son utérus abrite celui qu’elle appellera Jésus.
  • Moi aussi, je crois que le Seigneur a été avec elle et qu’il est encore avec elle.
  • Moi aussi, je crois qu’elle est bénie.
  • Moi aussi, je crois qu’elle est la Mère de Dieu, puisque je crois que le fils de Dieu est aussi Dieu.
  • Moi aussi, je crois que Jésus est le fruit de ses entrailles, qu’il s’est développé dans son utérus et qu’il est né par son vagin.

Mais avec l’Ave Maria, j’ai aussi des désaccords:

  • Je ne salue pas Marie: elle est morte et elle ne m’entend plus.
  • Je ne crois pas qu’elle est bénie entre toutes les femmes, mais comme toutes les femmes.
  • Je ne qualifie pas Marie de sainte: personne ne mérite ce titre.
  • Je ne demande pas à Marie de prier pour nous maintenant: Dieu est suffisamment attentif pour savoir ce dont nous avons besoin.
  • Je ne demande pas à Marie de prier pour nous à l’heure de notre mort: à cette heure-là nous ne pouvons plus rien changer à ce que nous avons été.

L’Ave Maria compte 45 mots et je suis d’accord avec 30 d’entre eux, soit 66%. Je mérite donc la moyenne en mariologie et en œcuménisme.


À propos de Marie, on peut lire sur mon blogue:

Quelle responsabilité protestante dans l’assassinat d’Arthur Bloch à Payerne en 1942?

Cinq jeunes hommes de Payerne décident d’assassiner un Juif; un peu au hasard, ils choisissent Arthur Bloch. Le 16 avril 1942, ils l’exécutent et découpent son cadavre en morceaux.

Dans le cadre de mon séminaire de Master en théologie pratique « 491 ans de théologie pratique et de pratiques théologiques protestantes en Suisse romande », je propose une séance publique avec la projection du film Un juif pour l’exemple (Berger, J. (2016). Un juif pour l’exemple. VEGA Distributione) en présence de son réalisateur, Jacob Berger (lire sa biographie sur Wikipedia).

Vous pouvez lire ou télécharger le texte de mon exposé: Quelle responsabilité protestante dans l’assassinat d’Arthur Bloch à Payerne en 1942?