Québec

La bande des quatre (adjoints du Canadien) et les idéaux-types de Max Weber

Le vestiaire du Centre sportif de l’Université de Montréal est l’endroit où se tiennent des discussions scientifiques entre collègues (hommes, évidemment) de différentes Facultés. Cette semaine, Pierre Trudel, professeur de droit, spécialiste du droit des technologies de l’information, m’a posé une question à laquelle je ne m’attendais pas: « Que le Canadien de Montréal ait renoncé à choisir un capitaine et ait préféré nommer quatre adjoints [pour mémoire: Andreï Markov, Tomas Plekanec, Max Paccioretty et P.K. Subban] change-t-il quelque chose à la religion du Canadien? »

Intuitivement, j’ai répondu qu’une direction collégiale rendait le Canadien plus protestant. Sauf que les adjoints ont été désignés par la direction du Canadien et non pas élus par les joueurs. Un tel mode de désignation « d’en haut » rend immédiatement le Canadien moins protestant. Il m’est alors apparu plus intéressant de réfléchir cette situation dans les termes d’autorité et d’appliquer au Canadien le célèbre modèle proposé par le sociologue allemand Max Weber. En 1909, dans son ouvrage Économie et société, il distingue trois types idéaux de légitimation de l’autorité (types idéaux, parce que dans la réalité, ils n’existent jamais sous leur forme pure, mais toujours sous des formes mélangées). Ma fille Marion a brillamment résumé l’essentiel de ces trois types de légitimation dans le tableau suivant:

IMG_1194.PNG

Marion Bauer: Légitimation des pouvoirs selon Max Weber

Qu’en est-il lorsque j’applique ce modèle aux quatre adjoints du Canadien?

  • Manifestement, l’autorité des quatre adjoints du Canadien n’est pas de type charismatique. Au contraire, qu’il ait fallu en désigner quatre prouve qu’aucun homme providentiel ne s’est imposé par son charisme, par sa personnalité ou par sa vision motivante.
  • L’autorité des quatre adjoints ne relèvent pas non plus du type traditionnel. Certes, les quatre joueurs désignés adjoints font tous partie de la famille du Canadien. Mais, qu’il n’y ait pas de capitaine et quatre adjoints est un accroc à la tradition, seulement le second dans l’histoire du Canadien. Et la tradition veut que les joueurs aient au moins leur mot à dire dans le choix de celui qui les représente. (Juste en passant, la famille québécoise tend à refuser toue légitimité à un capitaine du Canadien qui ne peut pas s’exprimer en français, ce qui est le cas des quatre adjoints.)
  •  Est-ce à dire que les quatre adjoints bénéficient d’une légitimation légale-rationnelle? Oui et non! Oui, parce qu’ils ont été désignés conformément aux règles de la Ligue Nationale de Hockey: Carey Price n’est pas un adjoint parce que la LNH interdit de nommer le gardien capitaine; le canadien a mis en place un système de rotation des adjoints parce la LNH limite à trois le nombre de capitaine et d’adjoints. Mais non, parce que les adjoints n’ont pas été élus par les joueurs, mais désignés par la direction.

Alors? Le cas des quatre adjoints du Canadien remettrait-il en cause le modèle de Max Weber? Je crois surtout qu’il montre le peu de pouvoir dont disposent les joueurs du Canadien. En matière d’autorité, ils ne bénéficient que de celle que la direction veut bien leur concéder. Et cette année, la direction a voulu rappeler aux joueurs comme au public que celui qui paye commande.

Mais j’en reviens encore, à la religion du Canadien. Pour répondre à Pierre Trudel, je dirais que l’épisode des quatre adjoints témoignent du caractère catholique du Canadien de Montréal. Marc Bergevin et Michel Therrien ont désigné des adjoints comme le pape crée (c’est le terme consacré) des cardinaux.

Fin de vie et signe des temps

L’Assemblée nationale du Québec a adopté hier le « Projet de loi n°52 : Loi concernant les soins de fin de vie » connu aussi sous le nom de « Mourir dans la dignité« .
L’Eglise catholique-romaine était et reste farouchement opposée à ce projet de loi. Elle s’est démenée pour le faire avorter (si je puis me permettre) et même après son adoption, elle cherche encore des moyens d’empêcher sa mise en œuvre.
Ce qui me frappe c’est que le Québec n’a tenu absolument aucun compte de l’opinion de l’Église catholique-romaine, et que personne ne semble se préoccuper de ce qu’elle pourrait vouloir.
Signe que les temps changent!

Lettre à Christian Lépine, archevêque catholique de Montréal, à propos de l’initiative La flamme de séries et de l’élimination du Canadien

Montréal, le 29 mai 2014

Monsieur
Christian Lépine
Archevêque de Montréal
2000, rue Sherbrooke ouest
Montréal (Québec) H3H 1G4

Cher Monsieur,

Maintenant que le Canadien n’est plus «dans la course», allez-vous éteindre «la flamme des séries» ? Et qu’allez-vous dire aux nombreux «vrais croyants» qui ont chacun payé 1$ pour allumer un «lampion virtuel»?
Allez-vous leur imputer cette élimination? Allez-vous les culpabiliser en remettant en cause «leur sincérité»? Allez-vous leur reprocher de n’être ni des «vrais croyants» ni des «vrais fans»? Allez-vous les accuser de ne pas y avoir «cru vraiment»?
Allez-vous, plus justement, imputer cette élimination «à la tradition catholique», en admettant qu’elle n’a peut-être pas l’efficacité que vous lui prêtez? Allez-vous, plus radicalement, imputer cette élimination à Dieu, qui n’a pas voulu ou pas pu réaliser «l’espoir» des «fans de la Sainte-Flanelle»?
Ou, allez-vous, plus honnêtement, reconnaître que toute l’opération n’était qu’une plaisanterie opportune destinée à financer une bonne cause?
Et puisque vous vouliez «faire le pont entre ces deux types de foi qui animent les Québécois», je vous invite à débattre de ces deux types de foi (l’une qui serait confiance en Dieu et l’autre confiance dans le Canadien, si je vous comprends bien) quand et où vous le souhaiterez.

En espérant que vous répondrez positivement à mon invitation, je vous prie d’agréer cher Monsieur, mes salutations respectueuses.

Olivier Bauer,
Professeur agrégé
Faculté de théologie et de sciences des religions
Université de Montréal

P.S. Tous les termes entre guillemets sont des citations du site laflammedesseries.com


Si vous voulez en savoir plus sur ce même sujet, vous pouvez voir:

Un chapelet du Canadien, tu me niaises? Malheureusement non!

Je viens de découvrir (grâce à Benoît Melançon qui tend l’oeil autant que l’oreille) que la société Korchains a fabriqué un chapelet du Canadien de Montréal.

Kor-Chains-Canadiens-team-hockey-02

Crédit: Petitpetitgamin.com

Voici ce qu’en dit le site 25Stanley.com:

« Connaissez-vous l’entrerpise montréalaise Korchains des des frères Jasjeet & Jasdeep Minhas et Arnold Suh? Korchains fabrique des chaînes personnalisée; ils en ont déjà fait pour Method Man et un dude d’Epic Meal Time. Pour porter chance à nos Glorieux comme le fait si bien Ginette Reno, les Canadiens de Montréal ont approché l’entreprise pour produire des chapelets édition limitée du CH. Ils sont disponibles au Centre Bell en passant. »

Je n’ai pas envie d’ajouter le moindre commentaire…

La religion du Canadien (spécial Séries 2014)

Pour vous démontrer que je n’invente rien quand je parle de la religion du Canadien, je vous propose un florilège de quelques déclarations et de quelques initiatives où le Canadien est traité comme une religion. Je le complèterai tant que durent les séries! N’hésitez pas à ajouter dans les commentaires celles et ceux que vous retrouvez!

1. Déclarations:

  • Audrey Ruel-Manseau: «Le célèbre Go Habs Go était scandé à en faire trembler le Centre Bell, hier. Doigts croisés, mains en prière et dents serrées, les 21 000 partisans réunis au domicile du Canadien ont espéré une victoire jusqu’à la toute dernière minute de jeu.» La Presse+; vendredi 30 mai
  • Pierre Durocher: «Marieanne [la «conjointe de cœur de Michael Bournival»] a ajouté que le Canadien ne pouvait pas subir l’élimination lors de ce cinquième match, puisque j’allais porter chance à l’équipe. Je suis contente que cela a fonctionné.» Le Journal de Montréal; jeudi 29 mai
  • Yves Boisvert: «Mon fils dit qu’il va reformer ce qu’il appelle son « alignement gagnant » pour regarder ça. Ils s’assoient selon un rituel bien précis devant la télé et ont une excellente moyenne. Si ça ne t’embête pas trop, j’ai décidé d’y croire.» La Presse+; jeudi 29 mai
  • Éric Leblanc: «MONTRÉAL – En ce 14e anniversaire du décès de Maurice Richard, son fantôme semblait s’être emparé de Rene Bourque qui a inscrit un tour du chapeau […]» RDS.ca; mercredi 28 mai
  • Réjean Tremblay: «S’agira donc de marquer le premier but. Après, le Bon Dieu le sait, le diable s’en doute.» Le Journal de Montréal ; mercredi 28 mai
  • André Cyr: «Commencez-vous à y croire?» Le Journal de Montréal; mercredi 28 mai
  • Marc-Antoine Grondin: «Refusant une fois de plus qu’on entame son requiem, le Tricolore s’est battu comme un diable – et parfois contre lui-même […].» La Presse+; mercredi 28 mai
  • Jean-Pierre Balleux: «Vous avez encore la foi? Voyez le match Rangers-CH à l’église-centre-communautaire Ste-Brigide de MTL.» @jpballeux; mardi 27 mai
  • Richard Labbé: «Les fidèles qui croient au même genre de petit miracle cette fois-ci sont bien peu nombreux, mais dans le groupe, il y a bien sûr Brian Gionta.» La Presse+; mardi 27 mai
  • Jean-Francois Chaumont: «Prust repentant.» Le Journal de Montréal; samedi 24 mai
  • Matthieu Horth Gagné : «Canadien 3 – Rangers 2: Galchenyuk, le sauveur.» Métro; vendredi 23 mai
  • Marie-Joëlle Parent: «Poutines et prières pour les fans du CH à New York.» Le Journal de Montréal; vendredi 23 mai
  • François Gagnon: «Équipe spéciale en quête de miracle.» RDS.ca. Jeudi 22 mai
  • Alex Kovalev: «Possible si les gars le veulent et qu’ils y croient.» Le Journal de Montréal; jeudi 22 mai
  • Alain Crête: «Le Canadien a perdu Carey Price. C’est une famille qui perd son âme.» Le 5 à 7, RDS; mardi 20 mai
  • Jean-François Chaumont: «Aucun miracle.» Le Journal de Montréal; mardi 20 mai
  • Richard Labbé: «En relève à Price, c’est à Dustin Tokarski, 24 ans, que le Canadien a demandé de réaliser des petits miracles. Mais il n’y a pas eu de petits miracles, et Tokarski a donné trois buts sur 30 tirs.» La Presse+; mardi 20 mai
  • Stéphane Langdeau: «Sans Price, point de salut.» L’antichambre, RDS; lundi 19 mai. La Presse+; mardi 20 mai
  • Denis Poissant: «Il faudra en grimper des marches d’Oratoire pour que le Canadien revienne dans cette série. En allumer des lampions. En réveiller des fantômes endormis.» Le Journal de Montréal; lundi 19 mai
  • Pierre Durocher: «Lundqvist a chassé ses démons au Centre Bell. […] Sans Price, il n’y a point de salut pour le Canadien. […] Où sont passés les fantômes, pour venir en aide au CH?» Le Journal de Montréal; lundi 19 mai
  • Gaston Therrien: «Quand il n’y a plus la foi…» L’antichambre, RDS; lundi 19 mai
  • Marc-Antoine Godin: «Visiblement, les partisans ont fait du “RenÔ-Canada”une superstition incontournable dans les séries cette année. “Ils m’ont responsabilisée, s’est esclaffée Mme Reno. Il faut toujours que je mette le même linge, je mets les mêmes culottes, je les lave la veille !”» La Presse+; lundi 19 mai
  • Catherine Bouchard: «Les fervents du Canadien sont confiants de voir leur équipe remporter la victoire lors du deuxième match des séries prévu ce soir, à Montréal.» Le Journal de Montréal; dimanche 18 mai
  • La Presse canadienne: «Le Canadien a été brutalement ramené sur terre, samedi, après avoir flotté dans les nuages à la suite de sa victoire contre les Bruins de Boston.» Le Devoir; samedi 17 mai
  • Éric Leblanc: «Dur retour sur terre du CH.» RDS.ca; samedi 17 mai
  • Éric Leblanc: «Ensuite, le gardien Henrik Lunqdvist a aisément chassé ses démons du Centre Bell.» RDS.ca; samedi 17 mai
  • Yvon Pedneault: «Cet affrontement entre le Canadien et les Rangers de New York, en grande finale de l’Association de l’Est, est un peu comme le retour du Jedi.» Le Journal de Montréal; vendredi 16 mai
  • Pierre Durocher: «Vincent Damphousse et Guy Carbonneau croient que les astres sont bien alignés pour le Canadien.» Le Journal de Montréal; vendredi 16 mai
  • Elizabeth Ménard: «Superstition. Est-ce que la voix de Ginette a réellement porté le Canadien vers la victoire? Nul ne le sait, mais il vaut mieux ne pas courir le risque, croit-elle. Mercredi soir, alors que le Canadien affrontait les Bruins de Boston, Mme Reno suivait un cours d’aquagym. «Je pensais à eux. C’est drôle, j’ai fait mon aquagym comme si j’étais sur la glace avec eux, dit-elle. Je fais des choses comme ça. Des fois, je leur fais des pep talks par télépathie. Peut-être que je les aide. Peut-être qu’ils m’entendent», confie-t-elle.» Le Journal de Montréal; jeudi 15 mai.
  • «Cependant, les meilleurs amis de Carey Price depuis le début de cette série, c’est-à-dire ses poteaux, sont encore une fois venus sauver le portier du Tricolore!» TVA Sports; jeudi 15 mai
  • Alexis de Lancer: «La foi, la religion de la Sainte-Flanelle.» RDI matin; jeudi 15 mai
  • Jean-Francois Chaumont: «À 2-3 dans la série, le Tricolore pouvait compter sur peu de croyants, […] . Mais dans le vestiaire des Glorieux, les joueurs ont toujours eu la foi.» Le Journal de Montréal; jeudi 15 mai
  • Jean Dion: «Bien rares étaient les croyants qui donnaient une véritable chance au Canadien de Montréal de s’imposer dans leur série éliminatoire face aux gros, méchants et hargneux Bruins de Boston.» Le Devoir; jeudi 15 mai
  • Philippe Cantin: «En 1993, Patrick Roy parlait à ses poteaux, qui l’ont souvent tiré d’embarras. […] Oui, les astres s’étaient alignés en faveur des hommes en rouge.» La Presse+; mercredi 14 mai
  • Dave Stubbs: «If the Forum’s legendary ghosts are a figment of the imagination, how is it that the Habs played like they were possessed?» The Gazette; mardi 13 mai
  • «In Carey we trust !, a dit Rob Moore en référence au gardien de but du Canadien. Il faut toujours y croire.» La Presse+; mardi 13 mai
  • Yvon Pedneault: «Il est clair que le Canadien aura besoin d’un miracle de Carey Price. […] Parce que les Bruins ont chassé les doutes….» Le Journal de Montréal; lundi 12 mai
  • «Therrien a la foi.» Le Journal de Montréal; lundi 12 mai
  • Stéphane Laporte: «C’est bien d’avoir la foi, mais il faut aussi avoir la rondelle.» La Presse+; lundi 12 mai
  • Nicolas Landry: «Pacioretty au confessionnal.» RDS.ca; samedi 10 mai
  • Patrick Lagacé: «La séquence qui a mené au but de P.K. n’a duré que 10 secondes. C’est rien, 10 secondes. Dix secondes d’éternité, pourtant. Ce moment-là ne mourra jamais.» La Presse+; samedi 10 mai
  • Gaston Therrien: «Jésus Price.» Le 5 à 7, RDS; vendredi 9 mai
  • Rocky Gagné: «Le Canadien est béni des dieux.» Le 5 à 7, RDS; vendredi 9 mai
  • Philippe Cantin: «Le Canadien a réussi un petit miracle en arrachant un gain à Boston dans le match numéro un. […] Le Canadien a-t-il un autre miracle en réserve?» La Presse+; vendredi 9 mai
  • Kevin Buffit: «A Habs fan on a pilgrimage to hockey mecca Montreal.» Global News; jeudi 8 mai
  • Jean Dion: « Mais Price refusa net de s’en laisser imposer. Il répondit d’ailleurs par la négative à quelques reprises, une fois aidé de son fidèle poteau droit alors que ça bourdonnait autour de lui.» Le Devoir; mercredi 7 mai
  • Marc de Foy: «Mais ne dit-on pas que la foi soulève les montagnes? C’est le motto de P.K. Subban qui a offert une prestation extraordinaire.» Le Journal de Montréal; mercredi 7 mai
  • Stéphane Langdeau: «L’avais-je perdu cette foi qui a créé la Sainte Flanelle?» RDS.ca; mardi 6 mai
  • Marie-Ève Cousineau: «Avez-vous allumé un lampion pour le Canadien? Un prêtre de Trois-Rivières, oui! Un reportage ce soir 18h au #TJMauricie.» @cousineaume; mardi 6 mai
  • Tristan Péloquin: «GINETTE, RENÉ ET LES RELIQUES RELIGIEUSES. Le culte voué à Ginette Reno depuis le début des séries n’a d’égal que celui que les Bostoniens rendent à René Rancourt.» La Presse+; mardi 6 mai
  • Richard Labbé: «Est-ce que certains membres des Bruins de Boston ont commis le plus grand péché du hockey, celui qui consiste à fouetter l’ennemi à l’aide d’une déclaration maladroite?» La Presse+; mardi 6 mai
  • La Presse canadienne: «Les Bruins ont peut-être trouvé le talon d’Achille de Price.» Le Devoir; lundi 5 mai
  • Yvon Pedneault: «Price a beau réaliser des miracles… il ne peut pas stopper des tirs qui dévient deux fois sur Francis Bouillon. Après tout, il est humain.» Le Journal de Montréal; dimanche 4 mai
  • Philippe Cantin: «Et soudain, un doute…» La Presse+; dimanche 4 mai
  • Guillaume Lefrançois: «Sauvés par Price et Subban.» Radio-Canada.ca; vendredi 2 mai
  • François Gagnon: «Et c’est là que les fantômes entrent en scène. Ces fantômes, c’est à Montréal que je croyais les voir resurgir pour s’offrir un brin ou deux de plaisirs aux dépens des Bruins. Mais voilà qu’on a senti leur présence à plusieurs occasions dès le premier match.» RDS.ca; vendredi 2 mai
  • Jean-Francois Chaumont: «Auteur de 48 arrêts, Carey Price a connu une sortie phénoménale. Il a réalisé plusieurs petits miracles. […] Rene Bourque a prolongé sa période de résurrection.» Le Journal de Montréal; vendredi 2 mai
  • Pierre Durocher: «Price a semé le doute chez les Bruins.» Le Journal de Montréal; vendredi 2 mai
  • François Gagnon: «Je vais ajouter une victoire au Canadien à cause des fantômes du Centre Bell.» C’est pas trop tôt, Ici Radio-Canada, La Première; 1er mai
  • Jean-Patrice: «On fait du vaudouisme sur Zdeno Chara. On lui plante des aiguilles un peu partout. Bazooka.» C’est pas trop tôt, Ici Radio-Canada, La Première; 1er mai
  • La Presse +: «Touchés par la grande dépression et le début de la Seconde Guerre mondiale, les fameux « Flying Frenchmen » volaient bas au classement de la ligue, autant sur le plan des assistances que dans l’estime des Canadiens français, jusqu’à l’arrivée d’un sauveur: Maurice Richard.» La Presse +; jeudi 1er mai
  • Marie-Ève Dumont: «Quand un gars de la famille Lamarche a six ans, les Canadiens gagnent la Coupe Stanley. Ç’a été le cas pour mon père, mon oncle, mon cousin, moi et mon frère. Mon fils a six ans cette année, alors c’est la bonne.» Le Journal de Montréal; lundi 28 avril
  • Dave Stubbs: «Had Bruins executive Harry Sinden joined the Choir Invisible during this span, he’d have arrived at the Pearly Gates to discover St. Peter wearing a Habs jersey.» The Gazette; dimanche 27 avril
  • Luc Grenier: «Je crois que les Bruins sont des finalistes assurés. J’ai foi en leur succès et leur réussite. Une confiance inébranlable!» Le Journal de Montréal; dimanche 27 avril
  • Mélissa Bellerive: «Les klaxons retentissent alors que le commentateur radio rapporte les prouesses de la Sainte-Flanelle. Les cierges s’allument.» La Presse +; dimanche 27 avril
  • Stéphane Laporte: «Si les Canadiens gagnent la coupe, la canonisation de Ginette sera encore plus rapide que celle de Jean-Paul II.» La Presse+; dimanche 27 avril
  • La Presse canadienne: «L’entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien, a donné congé à ses ouailles mercredi et jeudi.» Le Devoir; vendredi 25 avril
  • Sean Gordon: «Self-assured Habs are their own biggest believers.» The Globe and Mail; jeudi 24 avril
  • Paul Friesen: «Dale Weise feels like he’s died and gone to heaven. At least, if heaven is dressed in red with murals of people like Guy Lafleur and Jean Beliveau on the walls. OK, for some of us that sounds like hell.» Winnipeg Sun; jeudi 24 avril
  • Bertrand Raymond: «Quand Daniel Brière a serré la main de Ginette Reno et marqué un but dès sa première présence sur la glace, on s’est dit qu’une main invisible a probablement guidé le Canadien, comme si le scénario de l’exploit qu’il vient d’accomplir était déjà écrit quelque part.» RDS.ca; jeudi 24 avril
  • Jonathan Bernier: «Pas facile de jeter l’ancre pendant une semaine lorsque la croisière vers la Terre promise s’est amorcée à toute vapeur.» Le Journal de Montréal; jeudi 24 avril
  • Marie-Ève Dumont: «Sa passion, elle l’a transmise à ses enfants, qui suivent eux aussi religieusement les performances de la Ste-Flanelle. […] Avant chaque match, leur rituel s’enclenche.» Le Journal de Montréal; jeudi 24 avril
  • Ronald King: «En voyant apparaître Ginette Reno sur la divine patinoire.» La Presse +; jeudi 24 avril
  • Nathalie Petrowski (à propos de la chanson Le but de Loco Locass): «Cette chanson est un vrai miracle. […] Pour que cet hymne […] résonne entre les colonnes du temple. […] L’organisation même du Canadien […] a fini par voir la lumière.» La Presse +; mercredi 23 avril
  • Jonathan Bernier: «L’aura de Ginette. […] L’effet Ginette Reno. […] Le pouvoir de la grande dame.» Le Journal de Montréal; mercredi 23 avril
  • Philippe Cantin: «Le Lightning compose une solide formation, mais on voit mal comment ses joueurs se remettront de la déception de dimanche. Comme si les dieux du hockey les avaient abandonnés.» La Presse; mardi 22 avril
  • Ginette Reno: «J’ai failli crier: le Christ est ressuscité. Go Habs, Go.» C’est pas trop tôt; Ici, Radio-Canada La Première; mardi 22 avril.
  • Jean-François Chaumont: «Malgré cette amélioration, il n’y a aura pas de retour miraculeux immédiat pour Bishop.» Le Journal de Montréal; mardi 22 avril
  • Yvon Pednault: «On serait porté à croire que les fantômes du vieux Forum avaient hâte que les séries éliminatoires s’ébranlent. C’est la période de l’année qu’ils affectionnent particulièrement. Ils adorent compliquer l’existence de l’équipe adverse.» Le Journal de Montréal; lundi 21 avril
  • Ginette Reno: «Quand j’ai fini l’hymne, j’ai fait une autre petite prière au Bon Dieu pour que les garçons gagnent et je suis repartie vers la loge.» Le Journal de Montréal; lundi 21 avril
  • René Bourque: «Ce n’était rien de planifié. Nous avons profité d’un bond favorable de la rondelle.» La Presse Canadienne dans Le Devoir; lundi 21 avril 2014
  • Chantal Macchabée: «Malgré un retard de 0-3, le Lightning y croit.» RDS.ca; lundi 21 avril
  • Pierre Durocher: «La résurrection de Bourque.» Le Journal de Montréal; dimanche 20 avril
  • Matthieu Boulay: «Deux joueurs ressuscités.» Le Journal de Montréal; samedi 19 avril
  • Catherine Brisson: «Quand les séries commence, je recommence à vivre.» Isabelle Maréchal; 98,5; vendredi 18 avril
  • Vincent Brousseau-Pouliot: «Unir les fidèles du Canadien.» La Presse; mercredi 16 avril 2014

2. Initiatives:


3. Images:

  • Des pèlerins:

20140513-060445.jpg
20140512-210823.jpg
20140513-080343.jpg

  • Des autels:

20140513-060435.jpg
20140501-083121.jpg

20140517-133109.jpg

  • Du vaudou:

20140501-083519.jpg

20140526-203404-74044289.jpg

20140503-125233.jpg

20140514-042706.jpg

  • Des professions de foi

20140507-205630.jpg

20140503-072018.jpg

20140523-064407-24247388.jpg

20140515-090750.jpg

  • Des prières

20140523-064407-24247086.jpg

20140523-083550-30950604.jpg

20140525-193616-70576665.jpg

20140529-204633-74793988.jpg

Acheter un lampion ou se payer la tête des gens?

Le diocèse catholique-romain de Montréal a créé une activité interactive pour sa collecte annuelle. Intitulée « La flamme des séries« , elle vous permet en échange d’un don de 1$ d’allumer un lampion virtuel pour « encourager la Sainte-Flanelle ». Bien sûr, c’est pour rire! Bien sûr, c’est de l’humour! Je doute que l’Archevêque Christian Lépine y croie vraiment. À la question « Si j’allume au lampion est-ce que la Sainte-Flanelle remportera la coupe? », il est d’ailleurs répondu en anglais, parce qu’au moment où j’écris (lapsus révélateur?), la réponse en français correspond à la question suivante: « Not necessarily, but if you truly believe in it, who knows? » (« Pas forcément, mais si vous y croyez vraiment, qui sait? »). J’imagine que le même humour prévaut dans toutes les églises catholiques-romaines de Montréal. Que c’est aussi pour rire et pour faire sourire que les fidèles souffrants, découragés, désespérés y sont encouragés à acheter des lampions pour accompagner ou renforcer leurs prières. Finalement, 1$ ne me semble pas si cher pour se payer la tête des gens. Surtout quand ce sont ceux-ci qui le paye!

_____

Lire aussi: