#TheologieDeLaVieDeJC

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Romance à Tibériade

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Romance à Tibériade» (27 novembre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/la-vie-de-jc/video/don-corleus?urn=urn : rts:video:12562307

« Marie-Madeleine essaie de convaincre J.C. qu’il se­rait temps de passer à la vitesse supérieure. Elle va bientôt avoir 25 ans. Ils pourraient faire une seule chair, comme le suggère le texte de la Genèse… J.C. ne comprend pas. Et puis, il y a sa mission. Marie-Madeleine va devoir passer aux explications concrètes. »

Ma vision

Quand Marie-Madeleine tente de convaincre JC de la connaître charnellement, comme il est pudiquement écrit dans plusieurs traductions de la Bible, JC voit ce qu’elle veut dire, mais ne veut pas faire ce qu’elle veut faire. Car il préfère accomplir sa mission : «sauver les hommes, les ramener vers Dieu», «guérir les hommes, construire le Royaume de Dieu».

L’intérêt théologique ?

  • Deux plus

Marie-Madeleine est la première figure saine, honnête, bref humaine de la série. Elle a les pieds sur terre, elle cherche à être heureuse. Elle aime JC, elle sait que JC l’aime et elle voudrait qu’ielles puissent vivre ensemble. Que ce personnage soit une femme, et même si elle n’a qu’un rôle secondaire (jusqu’à présent, elle était apparue dans un seul épisode, Maman), est un plus !

Marie-Madeleine transmet véritablement l’évangile, l’essentiel ; elle aime son prochain comme elle-même et peut-être même plus qu’elle-même. C’est un deuxième plus !

  • Un moins

Certes les scénaristes ne lient pas directement la conscience messianique de JC — pour faire court, c’est la conscience qu’il a de devoir accomplir une mission, celle du Messie — à sa virginité ; «techniquement», «avoir une femme» ne l’empêche pas. Mais que Marie-Madeleine lui parle de sexe met leur JC plutôt mal à l’aise. Je rappelle toutefois que les évangiles ne disent jamais ni explicitement ni même implicitement que JC ait renoncé à avoir une vie sexuelle.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)
  7. Le possédé (6 novembre 2021)
  8. Don Corléus (13 novembre 2021)
  9. J.C. marche sur l’eau (20 novembre 2021)
  10. Romance à Tibériade (27 novembre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – JC marche sur l’eau

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« J.C. Marche sur l’eau » (20 novembre 2021)

« J.C. est sur la barque de Pierre et Simon. Dieu lui parle et lui ordonne de marcher sur l’eau pour montrer au monde qu’avec la foi, rien n’est impossible. Mais les voies du Seigneur sont impénétrables… »

Ma vision

Si les voies du Seigneur sont impénétrables, l’eau n’est pas suffisamment porteuse pour qu’on y marche dessus. JC en fait l’humide expérience à trois reprises. Tout ça parce qu’une voix off, une voix qu’il identifie comme celle de son père, le lui suggère fortement puis ordonne impérieusement. Si JC accepte de tenter le coup, c’est un peu par confiance – « rien n’est impossible en s’appuyant sur la foi » – et beaucoup parce qu’une « foi qui permet de marcher sur les eaux » serait « spectaculaire », serait « un symbole fort ».

L’intérêt théologique ?

  • Un plus

En proposant une critique radicale du christianisme et de la confiance en Dieu, cette épisode me paraît le plus féroce de la série.

Critique radicale de la confiance en Dieu, puisque trois fois Jésus compte sur son père et que trois fois sa confiance est trahie. Critique radicale du christianisme, puisque la toute petite foule et les deux disciples applaudissent sans avoir rien compris : « Tu sais ce qu’il fait ? Non, mais ça doit avoir un sens. Oui, je pense. »

Qu’on me comprenne bien. Cette critique radicale est un plus ! Car nous devons aimer Dieu de tout notre cœur mais aussi de toute notre pensée. Foi et raison, croire et comprendre. Que ce soit comme pasteur ou comme professeur de théologie, je forme des gens à réfléchir ce qu’ils croient, j’encourage des personnes à penser par elles-mêmes, y compris contre les autorités religieuses, Bible comprise.

  • Un moins

Si Dieu fait des « petites farces » pour pousser l’être humain à changer – Job et Jonas et peut-être même Abraham peuvent en témoigner –, celle qu’il fait à JC me semble totalement gratuite. Or, dans la culture biblique, c’est Satan qui aime humilier ses victimes, pas Dieu.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)
  7. Le possédé (6 novembre 2021)
  8. Don Corléus (13 novembre 2021)
  9. J.C. marche sur l’eau (20 novembre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Don Corléus

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Don Corléus » (13 novembre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/la-vie-de-jc/video/don-corleus?urn=urn : rts:video:12562307

« Judas introduit J.C. auprès de Don Corléus, chef de la mafia locale. Il est prêt à soutenir ce jeune leader politique qui pourrait l’aider à renverser le Consul Pilate. Mais J.C. n’entend rien à la politique et veut transmettre un message d’amour et de paix. Don Corléus va lui faire une proposition qu’il ne peut refuser… »

Ma vision

Pourquoi JC finit-il son sermon – « Heureux les simples d’esprit, car ils hériteront du Royaume des cieux ! » etc. (le lire dans l’évangile de Matthieu, chapitre 5) – par un timide « Le consul, on l’encule » ? Parce qu’il a besoin du soutien de Don Corléus. Pourquoi a-t-il besoin de son soutien ? Parce que Judas l’a convaincu qu’il voulait « faire dégager l’empereur romain » et qu’il pouvait donc financer sa mission.

Accessoirement, quel est l’effet du slogan ? Il provoque l’enthousiasme des « loquedus de la région », la petite foule que le sermon avait laissée plutôt indifférente.

L’intérêt théologique ?

  • Trois plus

Que Judas ait métaphoriquement « vendu Jésus » comme « un leader politique » annonce – ou rappelle, puisque nous connaissons la fin de l’histoire – qu’il le vendra plus tard pour de vrai.

Que le parrain soit Romain et non Juif supprime l’antisémitisme des évangiles.

Que le JC de la série réussisse à désamorcer et retourner une insulte homophobe – « Heureux les consuls qu’on encule ! » – montre son habileté et son amour incontionnel… ou celle et celui des scénaristes.

  • Un plus qui révèle un moins

Prononcées exactement comme dans les évangiles, les phrases du sermon sur la montagne sonnent creuses. Je comprends qu’elles soient devenues irrelevantes pour beaucoup de mes contemporain·es.

  • Deux moins

Le JC des évangiles n’abandonne pas ses convictions contre le soutien des puissants.

Il refuse de placer son combat sur le plan politique, comme si un changement de régime ne pouvait pas changer l’essentiel.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)
  7. Le possédé (6 novembre 2021)
  8. Don Corléus (13 novembre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Le possédé

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« Le possédé » (6 novembre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/la-vie-de-jc/video/le-possede?urn=urn:rts:video:12562333

« J. C., assisté de Simon et de Pierre, va à la rencontre d’un homme possédé par de multiples démons. De nombreuses voix sortent de sa bouche et ça fait flipper grave. J.C. va ordonner à ces démons de quitter ce corps… Mais pour aller où ? »

Ma vision

Le signe de la possession, ce qui « fout les j’tons », ce sont les nombreuses voix qui parlent à travers le possédé ; les démons sont ici les multiples héros de cinéma qui enchaînent leurs répliques célèbres. JC l’exorcise par la parole et le geste (la recette : dire «esprit impur, au nom du Seigneur, quitte ce corps» en tendant le bras droit, la main ouverte pour saisir les démons puis les lancer vers une cible).

L’ex-possédé veut suivre JC et «dire au monde ce que le Seigneur a fait pour moi». Mais, probablement parce que cet homme a la voix d’une grande bourgeoise (voir le bonus), JC refuse — «on est complet» — et lui recommande de rester chez lui, d’aller en paix… mais de son côté.

L’intérêt théologique ?

  • Deux plus

Le JC des évangiles avait le souci de la santé physique, psychosociale et spirituelle. On a même proposé de l’appeler «le Thérapeute» ou «le Guérisseur». Et dans un monde où l’on pensait que la maladie était causée par les démons, il, pratiquait l’exorcisme comme une médecine de pointe.

Il est exact que le JC des évangiles ne souhaite pas que les malades qu’il guérit le fassent savoir. Non pas qu’il ait honte ou qu’il craigne de crouler sous les demandes, mais parce qu’il a peur d’un malentendu ; car il n’est pas tout puissant ; et la fin, le héros meurt (voir le premier épisode). On a même proposé de l’appeler « le Guérisseur blessé ».

  • Un moins

À titre de professeur de théologie qui m’intéresse à l’alimentation, je me permets de dire au scénariste que la carpe et la perche ne sont pas des animaux impurs, selon les lois de la cacherout, puisqu’ils ont des nageoires et des écailles. La carpe est même un mets de choix dans la cuisine juive.

Le bonus

Quand j’ai lu que le possédé était joué par Joseph Gorgoni, j’ai mis un nom sur la voix naturelle, la voix féminine, avec laquelle il parle après l’exorcisme. C’est celle de son personnage de scène, Marie-Thérèse Porchet née Bertholet (voir son spectacle La truie est en toi sur YouTube ; lire sa biographie sur Wikipédia). Petit clin d’œil entre humoristes suisses romands.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)
  7. Le possédé (6 novembre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Relâche

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

Pas de nouvel épisode de La vie de JC samedi dernier. La RTS faisait relâche. Rendez-vous donc lundi prochain 8 novembre, pour un épisode intitulé « Le possédé » qui, soit dit en passant, aurait été parfait pour la veille d’Halloween !


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)

L’intérêt théologique de la série « La vie de JC » – Le baptême de Jean-Ba’

Depuis le 18 septembre 2021, la Télévision suisse romande diffuse une série parodique en 20 épisodes — un « Kaamelott évangélique suisse » — intitulée La vie de JC :

Le théologien du quotidien décrypte chaque lundi l’intérêt théologique de l’épisode diffusé le samedi précédent (voir la page « La vie de JC »).

« le baptême de Jean-Ba’ » (23 octobre 2021)

Voir l’épisode sur le site de la RTS (en Suisse seulement): https://www.rts.ch/play/tv/redirect/detail/12528148

« Jean le Baptiste développe son business de baptême par immersion. Mais ça marche moyen. Il lui faut un signe fort : un messie qui accepterait de mettre la tête sous l’eau. J.C. déteste ça, et en plus, la rumeur dit qu’un baptisé se serait fait bouffer par un crocodile… mais bon, c’est son cousin. »

Ma vision

Jean-Ba [ptiste] et JC discutent «niveau com» de la meilleure manière d’améliorer leurs images. Ils tombent d’accord sur un geste gagnant-gagnant. Jean-Ba dont le baptême ne «marche pas de ouf» baptisera JC, «un messie, un type populaire» et, malgré ses réticences — il ne met pas la tête sous l’eau à cause de ses cheveux —, JC sera baptisé par Jean-Ba ce qui fera de lui «un messie proche du peuple d’en bas cousin des cradingues».

L’intérêt théologique?

  • Deux plus

Jean-Ba en rasta avec ses dreadlocks est une excellente actualisation du personnage.

Sans en avoir l’air, les scénaristes exposent une théologie du baptême, d’un «baptême deux phases»: première phase, Jean-Ba purifie symboliquement en plongeant dans l’eau; seconde phase, JC purifie l’esprit, on ne sait pas comment. Ce qui dans les Églises chrétiennes se traduit par un baptême d’eau très ritualisé, et un baptême d’esprit le plus souvent laissé au secret de la relation entre Dieu et celles et ceux qui lui font confiance.

  • Un moins (qui n’est pas vraiment un moins)

Peut-être sans en avoir conscience, les scénaristes tranchent une question christologique (quel Christ ou quel messie JC est-il?) — fondamentale: le JC des évangiles est-il fils de Dieu quand il est baptisé par Jean-Ba? Dans le Nouveau Testament, les réponses divergent. Au fil du temps, la messianité de Jésus devient toujours plus précoce. Vers 50, dans les lettres de Paul, J [ésus] devient C [hrist] quand Dieu le ressuscite; vers 60, dans l’évangile de Marc, J devient C quand Dieu l’adopte à l’instant de son baptême; vers 80 dans les évangiles de Matthieu et Luc, J devient C quand Dieu le conçoit dans l’utérus de Marie; vers 100, dans l’évangile de Jean, J est C depuis le commencement du monde.


  1. Medicine Man (18 septembre 2021)
  2. L’apprenti paraboliste (25 septembre 2021)
  3. Maman (2 octobre 2021)
  4. Judas Guevara (9 octobre 2021)
  5. Transversalité (16 octobre 2021)
  6. Le baptême de Jean-Ba’ (23 octobre 2021)