transmission de la foi

V-46 (mercredi des Cendres)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


À la messe du matin, Christelle s’est fait marquer le front d’une croix de cendre. Aujourd’hui, elle jeûne et pendant les 40 prochains jours — car « le dimanche, maman Christelle mange comme nous » —, elle « fera maigre, » se privant de viande, d’œuf, d’alcool et de sucre, sauf un peu de sirop d’érable en suivant saint Thomas pour qui « seul ce qui se croque rompt le jeûne ». Maman Kerstin quant à elle continuera à exercer sa liberté protestante, mais veillera à ne pas choquer sa compagne. Les deux mamans feront de leur mieux pour Christopher, ce qui n’implique pas forcément de le gaver de bonbons, comme Christelle doit parfois le rappeler.


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)

V-47 (Mardi gras)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


Christopher se déguise en superhéros. Ses deux mamans font frire tous les beignets qu’elles savent cuisiner : bugnes, beignes, beugnons, boules de Berlin ou schenkele, donuts, chichifregi, fritelles croustillons et des merveilles. Il faut en profiter puisque dès demain, maman Christelle fera le carême des catholiques.


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)

Carte d’identité des protestant·es suisses

Le 14 décembre 2020, l’Office fédéral de la statistique en Suisse a publié les « Premiers résultats de l’Enquête sur la langue, la religion et la culture 2019 ». Ils concernent la « Population résidante permanente âgée de 15 ans ou plus ».

Il m’a semblé utile d’en extraire les chiffres concernant la « Communauté protestante ». Elle réunit les « Églises nationales protestantes ou Réformés » distinguées des « Autres communautés évangéliques ou évangéliques libres » (1,5 %) et des « communautés luthériennes et des autres églises remontant à la Réforme ou des communautés chrétiennes internationales » (1,1 %) incluses parmi les « Autres communautés chrétiennes ».

Je recopie les chiffres bruts (complétés par quelques « données relatives au graphique ») en les classant dans l’ordre décroissant.

« Appartenance religieuse »

  • La communauté protestante représente 23,1 % de la population suisse.
  • Les 65 ans ou plus représentent 34,5 % de la communauté protestante. Les 50-64 ans 25,3 %. Les 15-34 ans 21,4 %. Les 35-49 ans 18,8 %.
  • La communauté protestante se compose à 87,2 % d’une « population non issue de la migration ». À 10,7 % d’une « population issue de la migration de 1re génération ». À 2,1 % d’une « population issue de la migration de 2e génération ou plus ».

« Pratiques religieuses et spirituelles » pendant les 12 deniers mois

  • 49,1 % de la communauté protestante a participé « aux services religieux collectifs » entre une et cinq fois par année. 24,6 % n’y a jamais participé. 19,6 % a participé entre six fois par an et au moins une fois par mois. 6,7 % au moins une fois par semaine.
  • 28,2 % de la communauté protestante a suivi une célébration religieuse « au moins sur un média ». 20,8 % « à la TV ». 9,2 % « à la radio ». 7,9 % « sur Internet ».
  • 38,1 % de la communauté protestante n’a « jamais prié ». 22,7 % a prié « tous les jours ou presque ». 21,6 % a prié « entre au moins une fois par semaine et au moins une fois par mois ». 14,1 % a prié « entre une et onze fois par année ». 3,1 % a prié « plusieurs fois par jour ».
  • Les membres de la communauté protestante ont déclaré être des personnes :
 TrèsPlutôtPlutôt pasPas du tout
Religieuses11,7 %28,3 %40,4 %19,6 %
Spirituelles6,7 %24,2 %35,0 %34,0 %
  • 22,3 % de la communauté protestante a « pratiqué de façon rituelle une technique basée sur le mouvement/la respiration ». 20,3 % a « utilisé des objets apportant chance, protection ou guérison ». 20,0 % a « entrepris des démarches allant dans le sens du développement personnel ». 15,9 % a « lu régulièrement un ou des livre(s) religieux, tels que la Bible, le Coran, la Torah ou un autre livre sacré ». 10,6 % a « lu régulièrement un ou des livre(s) ou magazine(s) traitant d’ésotérisme ou de spiritualité ». Personne n’a « recouru à un/une guérisseur/-euse », « demandé à se faire établir son horoscope ou recouru à un/e voyant/e », ni « participé à un rituel ésotérique, magique ou chamanique ».

« Croyances »

  • 39,7 % de la communauté protestante croit en un Dieu unique. 31,3 % ne croit « ni en un Dieu unique ni en plusieurs dieux », mais croit « en une puissance supérieure ». 18,9 % ne sait pas « si un Dieu unique ou plusieurs dieux existent » et ne croit pas « qu’on puisse le savoir ». 9,1 % ne croit « ni en un Dieu unique ni en plusieurs dieux ». 1,1 % croit « en plusieurs dieux ».

« Importance de la religion ou de la spiritualité »

  • 19,0 % des parents de la communauté protestante déclarent que leurs enfants appartiennent à la communauté protestante.
  • Pour 59,8 % de la communauté protestante, la religion ou la spiritualité joue « un rôle plutôt pas important ou aucun rôle » dans l’éducation des enfants. Pour 40,2 %, elles jouent « un rôle plutôt ou très important ».
  • 49,1 % de la communauté protestante « tient à transmettre d’autres valeurs qui ne soient ni religieuses ni spirituelles à ses enfants ». 22,9 % « tient à éduquer ses enfants selon les principes de sa religion ». 16,3 % n’est d’accord avec aucune des trois affirmations. 11,7 % « tient à transmettre des valeurs spirituelles à ses enfants ».

« Valeurs et attitudes »

  • 4,6 % de la communauté protestante a « fait l’expérience de la discrimination au cours des douze derniers mois dans au moins une situation concrète ».

Lire aussi: Carte d’identité des protestant·es français·es

« Les meilleures ventes en christianisme »: décembre 2020

J’aurais préféré un livre sur Noël, mais la divine providence a choisi de me faire lire le Missel catholique des dimanches, numéro 1 des ventes dans la catégorie « Christianisme » sur Amazon.fr au mois de décembre.

  • À découvrir le 15 décembre : Le Missel des dimanches 2021. Cerf, 685 pages.

Rappel du projet :

Pour l’année universitaire 2020-2021, je me lance un défi : lire, présenter et commenter chaque 15 du mois le livre classé numéro 1 dans « Les meilleures ventes en christianisme » sur Amazon.fr. Je souhaite ainsi mieux comprendre ce qui du christianisme intéresse les lectrices et les lecteurs. J’ai choisi ce site de vente par correspondance en pensant que son volume de ventes garantit la représentativité du meilleur vendeur. Et je précise que je ne reçois rien, mais que je paye tous les livres que je n’achète pas forcément par correspondance.

Lire mon blogue pour sauver votre Noël!

Depuis quelques jours, on consulte beaucoup ce que j’ai écrit sur Noël. Pour vous faciliter la vie, je propose une sélection d’articles regroupés en trois thèmes.

Théologie

« Comment sauver Noël? (#Covid19) »

« Le point sur la conception, la naissance et l’enfance de Jésus »

Crèche

« Faites vous-mêmes votre crèche ! (théologie très pratique) »

« Placez des bergers dans votre crèche! »

« Placez des mages dans votre crèche! »

« Placez Joseph dans votre crèche! »

« Placez Marie dans votre crèche! »

« Quand faut-il placer le bébé Jésus dans la crèche ? »

« Ne placez pas de chien dans votre crèche! »

Gastronomie

« Les papilles de Noël » (1/3): Cannelle, anis, gingembre et autres épices (2e dimanche de l’Avent)

« Les papilles de Noël » (2/3): Chapon, oie, dinde et autres volailles (3e dimanche de l’Avent)

« Les papilles de Noël » (3/3): Bûche de Noël, Christmas pudding et autres sucreries (4e dimanche de l’Avent)

Livre # 1 le 1er octobre 2020 : « La Bible Segond 1910 »

Pour l’année universitaire 2020-2021, je me lance un défi : lire, présenter et commenter chaque 15 du mois le livre classé numéro 1 dans « Les meilleures ventes en christianisme » sur Amazon.fr. Je souhaite ainsi mieux comprendre ce qui du christianisme intéresse les lectrices et les lecteurs. J’ai choisi ce site de vente par correspondance en pensant que son volume de ventes garantit la représentativité du meilleur vendeur. Et je précise que je ne reçois rien, mais que je paye tous les livres que je n’achète pas forcément par correspondance.

Octobre 2020

La Sainte Bible. Texte Segond 1910 (L. Segond, Trad.). (2008). Bibli’O.

Une citation percutante

« Va, mange avec joie ton pain, et bois gaiement ton vin ; car dès longtemps Dieu prend plaisir à ce que tu fais. Qu’en tout temps tes vêtements soient blancs et que l’huile ne manque point sur ta tête. Jouis de la vie avec la femme que tu aimes, pendant tous les jours de ta vie de vanité, que Dieu t’a donnés sous le soleil, pendant tous les jours de ta vanité ; car c’est ta part dans la vie, au milieu de ton travail que tu fais sous le soleil. » pp. 672–673 (Ecclésiaste chapitre 9, versets 7 à 9)

Le livre

  • Le livre : souple, grand comme un livre de poche.
  • La couverture : sobre, avec pour seule indication « LA SAINTE BIBLE » en lettres dorées.
  • Les pages : réimpression sur « papier Bible », très fin, de la traduction de Louis Segond revue et publiée en 1910, sans les notes de bas de page.
  • Le texte : comme toutes les Bibles, la Bible Segond 1910 (BS1910), contient les 39 livres de l’Ancien et les 27 livres du Nouveau Testament (qui commence avec la naissance de Jésus) ; comme toutes les Bibles, elle répartit les livres de l’Ancien Testament en quatre collections : le Pentateuque, les livres historiques, les livres poétiques et les livres prophétiques ; mais, pas comme toutes les Bibles, elle est une Bible protestante qui ne contient pas les livres deutérocanoniques (pour en savoir plus, lire mon article «La Bible. Brève présentation»). La BS1910 donne des titres aux épisodes et propose des « parallèles », c’est-à-dire qu’elle indique d’autres passages bibliques sur le même thème. Pour le premier verset du premier chapitre du livre de la Genèse (Genèse 1,1), il renvoie par exemple à Né [hémie] 9:6 (qui évoque ce que l’Éternel a créé) et propose d’autres références spécifiquement liées au terme « commencement ».

BibleSegond1910_Genese1

Pour mémoire, les 66 livres de la Bible ont été écrits en hébreu pour l’Ancien Testament et en grec pour le Nouveau Testament ; ils sont régulièrement retraduits. Toute traduction étant une trahison, le choix des mots n’est pas indifférent ; il dépend de la langue originale, évidemment, mais aussi de choix théologique. Genèse 1,1 en offre un bon exemple.

Traduction Bible Segond 1910 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. »

Traduction œcuménique de la Bible 2010 : « Commencement de la création par Dieu du ciel et de la terre. »

La traduction de la BS1910 évoque une création qui s’est produite une seule fois (« au commencement ») dans le passé (« Dieu créa »). Celle de la TOB donne une tout autre impression, celle d’une création dynamique, d’une création qui est encore dans son commencement, d’une création dont le commencement ne sera jamais fini.

Ce qui peut séduire

Qu’est-ce qui peut séduire dans la Bible, cette collection de livres probablement écrits il y a près de 3000 ans pour le plus ancien et 2000 ans pour le plus récent (pour en savoir plus, lire mon article « La Bible. Brève chronologie ») ? Je crois que certain·es la lisent par devoir, parce que c’est ce que l’on doit faire quand on est chrétien·ne, parce que c’est ce que l’on doit lire pour savoir comment se comporter dans l’existence, pour être sauvé·e, pour aller au paradis. Je crois que d’autres la lisent ou lisent certains textes par plaisir, pour leur intrigue ou leur poésie et surtout parce qu’on peut se reconnaître dans les grandeurs et les petitesses des personnages, parce qu’on peut y trouver l’ébauche d’un sens à ce qui nous arrive à nous les êtres humains.

Qu’est-ce qui peut séduire dans la BS1910 ? Souple, bien reliée, elle réussit un bon compromis entre la taille du livre et celle des caractères  ce qui la rend pratique à lire et à transporter. On peut la mettre dans un sac et la lire n’importe où ; elle reste ouverte tenue dans la main. Mais la séduction est plus profonde. La « traduction Segond » s’est vite imposée comme la Bible protestante. Car jusqu’à la parution de la Traduction œcuménique de la Bible (1975) et de la Bible en français courant (1982), c’est elle que les Églises protestantes francophones ont utilisée presque exclusivement. Depuis près de 150 ans, elle a ainsi forgé l’imaginaire protestant. Pour les chrétien·nes à tendance conservatrice ou évangélique, pour beaucoup de protestant·es d’Afrique et des Caraïbes, elle est « la vraie version de la Bible » ; en caricaturant un peu, Dieu a littéralement dicté sa Parole dans les lettres, les mots, les phrases et les chapitres de la BS1910.

Qui la BS1910 peut-elle séduire? Le document « Les bibles françaises comment choisir ? » (télécharger le document sur le site de la Maison de la Bible), véritable test comparatif des différentes versions, caractérise la BS1910 ainsi : « volonté de respecter la structure de la phrase originale ; emploi d’un vocabulaire et de conjugaisons vieillis. Niveau de langage : élevé. Convient plus particulièrement à : des adultes habitués des bancs d’église. »

Mon avis

Je suis franc, je n’ai pas relu la Bible pour rédiger cet article ; je suis honnête, je ne l’ai même jamais lue en entier ; ce qui me permet d’être encore surpris.

(+) Sur la Bible : je l’aime comme œuvre de fiction — sa vérité ne dépend pas du fait que ce qu’elle raconte se soit vraiment passé —, qui fait partie des grandes œuvres littéraires ; j’aime les mythes qu’elle propose, car ils m’aident à comprendre ce qui se joue dans mon existence : par exemple pourquoi puis-je aimer et haïr tout à la fois et en même temps ? Comment puis-je vivre avec mes échecs ? Je l’aime quand elle m’aide à devenir meilleur.

(+) Sur la BS1910 : je l’aime bien, surtout par attachement sentimental, car c’est la version que j’ai entendue puis lue depuis mon enfance ; et c’est dans cette version que je récite les quelques passages que je connais par cœur.

(–) Sur la Bible : je n’en aime pas tous les textes. Je n’aime pas les passages qui justifient des comportements inhumains en les prétendant voulus par Dieu ; je n’aime pas qu’on en fasse un livre historique qui raconterait des faits qui se sont « vraiment » passés ; je n’aime pas qu’on la sacralise ou la fétichise en prétendant qu’elle est littéralement la Parole de Dieu ; je n’aime pas qu’on y enferme Dieu et je ne souscris donc pas au principe protestant de la Sola scriptura, de l’Écriture seule (pour en savoir plus sur ma relation à la Bible, lire ma prédication «“La Bible ne parle pas, la Bible ne dit rien !” [1 prédication en 5 images seulement]»).

(–) Sur la BLS1910 : je n’apprécie pas ou plus son langage vieillot qui donne l’impression que la place de la Bible est dans un musée ; je n’aime pas son « Harmonie des Évangiles », cette annexe qui reconstruit une vie rêvée de Jésus en additionnant tous les récits des 4 évangiles ; elle gomme la richesse et la relativité de 4 évangiles différents coexistant dans un seul Nouveau Testament ; je n’aime pas la carte de géographie qui historicise un récit mythique, celui de la « marche d’Abraham » ; je me demande comment elle peut proposer une « variante d’itinéraire » pour un voyage qui ne s’est jamais produit ?

BibleSegond1910_CarteVoyageAbraham

Les auteur·es

Je sais — pas je crois ! — que les auteur·es des livres bibliques sont toutes et tous des êtres humains qui ont mis par écrit des expériences avec ce qu’elles et ils appelaient de noms que le français traduit par « Dieu » ; leurs propres expériences et celles de leurs communautés, en intégrant, arrangeant et réécrivant des récits qui en racontaient.

Le traducteur

Louis Segond est une figure importante du protestantisme francophone. Dans mon histoire de la Suisse romande protestante, j’ai écrit à son propos : « La Compagnie des pasteurs [de Genève] poursuit son œuvre de traduction biblique, confiant cette tâche à Jacques-Jean-Louis Segond (1810-1885), pasteur, professeur et hébraïsant. Sa traduction de l’Ancien Testament paraît en 1874 et celle du Nouveau Testament en 1880. Jugée d’abord “libérale”, la “Bible Segond” deviendra rapidement la Bible de référence de tous les courants protestants, appréciation unanime qui en fera un grand succès de librairie. » Bauer, O. (2020). 500 ans de Suisse romande protestante (1526-2019). Alphil Presses universitaires suisses, page 89 (télécharger gratuitement le livre sur le site de l’éditeur).

La maison d’édition

Bibli’o est la maison d’édition de l’Alliance biblique française. Sur son site www.editionsbiblio.fr, elle se présente ainsi : « La maison d’édition BIBLI’O est née en 2005. Elle est le fruit de la collaboration existante des Sociétés bibliques de France, Suisse, Belgique et Canada au sein de l’Alliance biblique universelle. » La version brochée de la BS1910 n’était pas la meilleure vente sur le site de l’éditeur le 1er octobre. C’était toujours une BS1910, mais l’« édition gros caractères en coffret », plus chère évidemment.


Ouvrages déjà  présentés: