publicité

On sait en qui croient les Suisse·sses

Publicité pour le fromage Tilsit: un chien saint-bernard portant un tonneau avec un drapeau suisse avec cette légende: "Notre sauveur".
Vu à Lausanne le 27 avril 2021. (c) Olivier Bauer

Par contre, on ne sait pas s’ielles communient avec du fromage…


Au risque de gâcher tout mon effet, je me dois de contextualiser cet article. On raconte que les moines de l’hospice du Grand-Saint-Bernard (située à 2473 mètres d’altitude sur un col entre le Valais et la Vallée d’Aoste) utilisait des chien·nes pour sauver les personnes égarées. On raconte aussi que les chien·nes portaient autour du cou un tonneau plein d’alcool pour permettre de revigorer sans délai les personnes retrouvées. On raconte enfin que le chien Barry aurait été le plus grand de tous les sauveurs (lire sa notice sur Wikipédia).

Inventer une fête des abeilles plutôt que fêter Pâques

Plutôt que de proposer de les cuisiner pour Pâques, le supermarché suisse Aligros préfère inventer une fête pour vendre du gigot d’agneau et des œufs. Étonnant, non?

Satan shoes, une chaussure qui se vend diablement bien

Après sa Jesus shoes crée en 2019 (voir mon article Jesus shoes, une chaussure déjà culte), MSCHF, un digital culture studio de Brooklyn, propose cette année des « Satan shoes », imaginées le rapeur Lil Nas X sans l’accord de Nike. Décryptage:

Vous pouvez tenter de l’acheter. Sur le site du fabricant, après trois jours, il reste encore une paire à vendre. À 1018$!

Dernière minute: Noël est sauvé!

Je viens de l’apprendre, Noël est sauvé. Et c’est IKEA qui le dit. Certainement que le marchand de meuble choisirait l’option une dans mon sondage « Comment sauver Noël? (Covid-19) ».

Prévention évangélique de la #COVID-19

À utiliser librement!

Il ne suffit pas de mettre Jésus dans une blague pour qu’elle soit drôle (âmes sensibles s’abstenir)

J’ai vu cette affiche dans la région de Lausanne :

C’est de l’humour évidemment. Mais le jeu de mot est si approximatif que la blague est nulle. Le Montreux Comedy (un festival d’humour) a sans doute pensé que faire une blague sur Jésus lui assurerait un maximum de publicité, surtout si des chrétien·nes fondamentalistes ou intégristes avaient la bonne idée de dénoncer leur publicité…

Mais il ne suffit pas de mettre Jésus dans une blague pour qu’elle soit drôle. L’agence de publicité aurait dû demander de l’aide. En matière de blague sur Jésus, les théologien·nes s’y connaissent. Permettez-moi d’en proposer quatre, que les âmes sensibles devraient s’abstenir de lire :

  1. Une toute simple mais subtile : Jésus Christ et la caravane passe.
  2. Une pour celles et ceux qui aiment le sport : Jésus va-t-il jouer dimanche prochain ? Non, il a été suspendu.
  3. Une devinette médicale un peu éculée : Pourquoi Jésus ne pouvait-il pas mettre de suppositoire ? Parce que les voies du Seigneur sont impénétrables !
  4. Une dernière, graveleuse : Deux prostituées se rencontrent. L’une porte un T-shirt sur lequel est écrit « Jésus ». L’autre lui dit : « Ça ne s’écrit pas comme ça, je suce ! »