Théologie protestante

Donner sens ou donner vie à l’Évangile?

Juste après avoir publié mon article sur mes deux prédications (Du sel et des pécheurs malades; 2 prédications), je faisais passer un examen de théologie pratique. L’étudiante évaluait la pertinence d’une prédication olfactive. Elle a utilisé cette expression:

« La prédication doit donner sens à l’Évangile. »

Immédiatement m’est venue cette idée:

« La prédication doit donner vie à l’Évangile. »

Et à votre avis? Conceptions complémentaires? Conceptions contradictoires? Une autre conception? Utilisez l’outil « Laissez un commentaire » pour écrire ce que vous pensez!

Du sel et des pécheurs malades; 2 prédications

Certaines paroisses me confient la responsabilité de prêcher; et certaines paroisses font figurer ma prédication sur leur site Internet.

En voici deux, l’une prononcée à l’Esprit sainf à Lausanne, un « lieu-phare » de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud et l’autre à Bois-Colombes, dans la paroisse d’Argenteuil, Asnières, Bois Colombes et Colombes de l’Église protestante unie de France.

On peut les lire ou les télécharger – et les garder pour un dimanche sans culte! – sur les sites du lieu-phare et de la paroisse en cliquant sur le titre de chaque prédication.

  • « Être le sel de la terre » Prédication à partir de Matthieu 5,13, Marc 9,49-50 et Luc 14,34-35 (10 février 2018)

Ça commence comme ça…

« Un homme partit de Dorigny pour se rendre à Bex, auprès de Pasteure Marcelle, une femme connue pour son intelligence, sa sagesse et sa clairvoyance. Quand il arriva devant elle, il lui dit :

  • Pasteure Marcelle, toi qui es connue pour ton intelligence, ta sagesse et ta clairvoyance, dis-moi comment être le sel de la terre ?
  • Homme, répondit Pasteure Marcelle ! Quand tu cuisines, pourquoi ajoutes-tu du sel à tes plats ?
  • Pour renforcer leur goût, dit l’homme.
  • Et bien va et fais de même ! Donne du goût à la vie ! Donne du goût à ta vie, à la vie de tes proches et à la vie de celles et ceux que tu rends lointaines et lointains ! Et pour ne pas oublier ta tâche, prends une cuillère de sel et dissous-la dans un peu d’eau ! Seulement, garde-toi bien de boire ce breuvage ! Et quand tu auras fait cela, reviens me voir ! »

Ça commence comme ça…

« Le chapitre 9 de l’Évangile attribué à Matthieu raconte des histoires de gens divers : des histoires d’hommes et des histoires de femmes, des histoires d’adultes et des histoires d’enfants, des histoires de malades et des histoires de bien portants, des histoires d’individus et des histoires de foules, des histoires de disciples de Jésus et des histoires disciples de Jean, des histoires de pharisiens et des histoires de collecteurs d’impôts.

Matthieu 9, ce sont des histoires de maladie, mais surtout des histoires de guérison. Des guérisons aux motifs divers : une guérison demandée, celle des deux aveugles ; une guérison espérée, celle de la fille d’un chef ; une guérison par défi, dans le cas du paralysé ; une guérison par compassion, dans le cas des foules blessées et abattues ; une guérison en plus, dans le cas du démoniaque muet qui retrouve la parole quand son démon le quitte ; même une autoguérison, dans le cas de cette femme qui perd son sang. »


P.S. Lorsqu’il s’agit de prédication, le texte n’est que la partition; il ne dit rien de l’interprétation par la prédicatrice ou le prédicateur.

Comment évangéliser les bons chrétiens?

Non, il n’y a pas d’erreur dans le titre.

On se demande souvent comment évangéliser les non chrétiens.

On se demande rarement comment évangéliser les bons chrétiens (et les bonnes chrétiennes, mais on manque alors le jeu de mot).

C’est-à-dire comment faire comprendre qu’être chrétien·ne, ce n’est pas un état mais un processus?

Pour paraphraser Nietzsche: « Il n’y a eu qu’un seul bon chrétien et il est mort sur la croix. »

Qui me dira alors comment rendre les mauvais·es chrétien·nes dont je suis le premier meilleur·es ou moins pires?

Encore une grande question théologique induite par une publicité

En Suisse, le Bureau de prévention des accidents lance une campagne d’affichage contre les distractions au volant. On y voit cette image:

Pour le théologien du quotidien, il n’y a pas besoin d’inventer un diable pour expliquer la distraction au volant; elle relève simplement de la nature humaine; et l’être humain détient la capacité de se monter plus fort que sa propre nature.

Une boîte d’œufs comme microcosme d’un monde idéal

Une boîte d’œufs pour confesser ma foi:

« Je crois en un monde ou les œufs blancs et les œufs bruns vivent ensemble.

Je crois en un monde où les œufs cassés ont leur place.

Je crois en un monde où les œufs qui sont dans la lumière ne font pas d’ombre aux autres oeufs.

Je crois en un monde où le sexe des œufs n’a pas d’importance.

Je crois en un monde qui aide les œufs à tenir debout. »

«Il n’est pas juste d’attribuer à Dieu ce qui vient des hommes» #ÉvangileSelonMoi

La Gare de Lyon à Paris propose une exposition sur les Luttes féministes au XXe siècle (voir le site de l’exposition). Le théologien du quotidien y a lu cette citation de Gisèle Halimi, militante féministe, entre autre causes (lire sa biographie sur le site du magazine Elle).

Si elle a raison quant à la condition des femmes — théologiquement, être femme n’est pas un péché qui nécessite un pardon —, elle a tort sur le plan théologique. Car il n’est pas juste d’attribuer à Dieu ce qui relève de la responsabilité des hommes.

Pour sa part, le théologien du quotidien écrirait plutôt: «Le rôle que les hommes nous attribuaient et qu’ils justifiaient au nom de Dieu…» Ce serait un peu plus long, mais ce serait beaucoup plus juste. Et ce serait infiniment plus prudent!

Le théologien du quotidien essaye d’éviter d’utiliser Dieu pour justifier ses propres opinions. Et il vous conseille d’en faire autant…