Théologie protestante

Pour une fois, je suis heureux de ne pas voir le christianisme

La banque suisse Cler est fière de proposer des intérêts à ses client·es. Pour le faire savoir, elle lance une campagne de publicité conçue par l’agence zurichoise Heimat.

  • Son message: pour gagner de l’argent, il vaut mieux ouvrir un compte bancaire que faire confiance à de belles promesses.
  • Son slogan: « La pensée positive, c’est bien. Un bon taux d’épargne, c’est mieux. »
  • Son visuel: trois personnes qui, chacune à sa manière, promettent d’augmenter votre richesse.
Publicité de la banque Cler: une radiesthésiste, un gourou et un coach

Si je regrette parfois que le christianisme disparaisse de la place publique, pour une fois, son absence me réjouit. S’il ne figure pas dans la campagne de publicité, c’est peut-être qu’il ne joue pas sur ce terrain, que son objet n’est pas la richesse matérielle.

Pour le christianisme, je proposerais comme slogan:

« Un bon taux d’épargne, c’est bien. Une bonne vie, c’est mieux. »

En bonus: saurez-vous proposer à chaque personne sa promesse?

  • « L’argent vient miraculeusement à moi »
  • « J’attire l’argent comme un aimant »
  • « L’argent va me trouver »

Mon programme de février 2023: alimentation, catéchèse et théologie interculturelle

Je serais heureux d’accueillir celles et ceux qui sont à Lausanne ou peuvent y passer dans mes activités du mois de février. Elles prolongent la théologie que je fais sur mon blogue.

Conférences

Le matin du jeudi 2 février à l’Université de Lausanne, je présente le carnisme chrétien et sa contestation dans une formation continue « Alimentation et société: du Moyen Âge à nos jours » organisée par la Section d’histoire de l’Université de Lausanne.

Le lundi 27 février à 14h30 à Lausanne, je donne une conférence sur les relations entre alimentation et religions à Connaissance 3, l’Université des seniors du canton de Vaud.

Cours

Dès le 20 février, je recommence à donner des cours de théologie pratique. Ils sont ouverts aux auditrices et aux auditeurs libres.

Au Bachelor/Premier cycle:

Et pour la seconde fois, un cours transdisciplinaire « Penser le sport en le pratiquant » où une vingtaine d’étudiant·es et une douzaine de spécialistes du sport apprennent et enseignent tout en courant au bord du lac Léman! (voir la présentation du cours en 2022)

Au Master/Cycles supérieurs:

  • « Produire un épisode de sa propre websérie théologique, » un tout nouveau cours à option pour les étudiant·es de 4e et 5e années.

Colloque

Enfin, j’organise un colloque sur la théologie interculturelle » avec des chercheur·es venant de Suisse, de France, du Cameroun, de la République du Congo et du Québec (8-10 février à l’Université de Lausanne).

Programme du colloque "Dresser un état de la recherche en théologie interculturelle" Université de Lausanne du 8 au 10 février 2023

Celles et ceux que cela intéresse peuvent lire mon billet Voici comment un professeur à l’Université de Montréal occupe son temps de travail. où j’expliquais la répartition de mon temps de travail alors que j’étais professeur à l’Université de Montréal en 2014.

Vendredi 13 : un peu de culture chrétienne

Nos sociétés occidentales sont sans doute plus influencées par la culture chrétienne qu’elles ne le savent. Ainsi, que le vendredi 13 soit réputé jour de chance doit beaucoup au christianisme.

  • Le chiffre 13 porte malheur parce que 13 convives ont partagé la Cène, le dernier repas que Jésus a pris avant d’être arrêté, torturé et exécuté et que l’un d’eux, le treizième forcément, Judas exactement, a trahi Jésus.
  • Le vendredi est un jour de malheur, puisque Jésus est exécuté la veille d’un sabbat, donc un vendredi. Pour mémoire, en judaïsme, le jour commence à la tombée de la nuit.

Mais pourquoi deux malédictions vaudraient-elles une bénédiction ? De la même manière que deux négations s’annulent, que moins par moins égale plus et que les ennemi·es de mes ennemi·es sont mes ami·es.


P.S. Selon les évangiles, Judas joue de malchance puisqu’il est celui qui il se sert à manger au moment où Jésus déclare que celui qui plonge la main dans le plat en même temps que lui le trahira.

Appropriation bernoise d’un patrimoine vaudois

Pour les quatre jours d’un cours intensif sur « Les figures vétérotestamentaires de la cathédrale de Lausanne » donné à l’Université de Lausanne avec ma collègue Ruth Ebach (Bible hébraïque), je propose quatre billets appliquant deux concepts à la mode — l’appropriation culturelle et la culture de l’annulation — à cet édifice. Que celles et ceux que les deux expressions fâchent pourraient ou devraient lire ces quatre courtes chroniques, ne serait-ce que pour savoir si leur colère est fondée !


Il n’est pas possible de voir à la cathédrale de Lausanne toutes les figures vétérotestamentaires de la cathédrale de Lausanne. À cause de l’iconoclasme protestant et des ravages du temps qui ont irrémédiablement fait disparaître certaines œuvres, mais aussi parce que lors de la conquête du Pays de Vaud, Berne s’est approprié le trésor de la cathédrale.

En 1537, Berne a détruit ce qui lui était théologiquement insupportable, notamment la statue de la Vierge Marie, patronne de la cathédrale Notre-Dame-de-Lausanne. La ville a utilisé ce qui était utilisable : elle a fondu le métal précieux et posé le plateau en pierre de l’autel sur l’autel de sa collégiale. Elle a conservé le reste, notamment six tapisseries jadis suspendues dans le chœur et des vêtements liturgiques. Le stockage de ces textiles a permis de les conserver dans un excellent état, alors que d’autres tapisseries et d’autres vêtements semblables ont été abîmés et dégradés par l’usage liturgique. Depuis 1894, le trésor de la cathédrale de Lausanne est exposé au Musée d’histoire de Berne, dans une section consacrée — titre très honnête, mais très lourd — aux Trésors de guerre !

En conclusion

Une appropriation bernoise d’un patrimoine vaudois représente-t-elle une appropriation culturelle ?

Oui ! D’ailleurs, le Musée d’histoire de Berne le reconnaît explicitement :

« Laissez-vous émerveiller par la splendeur de nos plus belles pièces et plongez dans l’univers fastueux des rois et des princes du bas Moyen Âge. L’exposition montre, sur près de 360 m², des œuvres qui sont arrivées ici suite à des campagnes militaires victorieuses et à l’expansion territoriale de Berne au XVe et au début du XVIe siècle. Ce fut un riche butin qui tomba aux mains des Bernois après la conquête de l’Argovie et du pays de Vaud, ainsi qu’à l’occasion de la victoire des Confédérés sur le duc de Bourgogne Charles le Téméraire. De par leurs matériaux somptueux, leur raffinement technique et leur esthétique souvent inhabituelle, ces pièces se différencient des objets alors connus ou fabriqués sur place. » Musée d’histoire de Berne, TRÉSORS DE GUERRE — L’ART COURTOIS À BERNE (1250–1520).

Tout est écrit : la valeur des œuvres — « splendeur », « fastueux », « somptueux » —, la manière dont elles ont été acquises — « campagnes militaires victorieuses », « riche butin » — et même le goût des Bernois pour des objets qu’ils étaient incapables de fabriquer et dont ils ignoraient jusqu’àé l’existence. Mais tout est écrit sans jamais reconnaître que Berne s’est délibérément approprié des objets qui ne lui appartenait pas : les œuvres « sont arrivées ici » magiquement, par elles-mêmes, sans que personne ne les apporte ; le riche butin « tomba aux mains des Bernois », de pauvres Bernois qui ont dû vider les coffres et les armoires, identifier les objets de valeur, décrocher les tapisseries, de pauvres Bernois qui ont dû porter de lourds objets — dont une pierre d’autel —, les emballer, les charger sur des chariots qu’il a fallu conduire sur des routes difficiles et peut-être dangereuses, de pauvres Bernois qui ont dû fondre le métal pour en faire des pièces d’or ou d’argent, de pauvres Bernois qui ont dû ranger et conserver les œuvres, de pauvres Bernois qui doivent exposer et encaisser de l’argent pour faire voir ce que le musée appelle « nos plus belles pièces ».

Faut-il annuler l’appropriation bernoise d’un patrimoine vaudois ?

Oui ! Et la question s’est déjà posée en 2001, quand est créé un « Mouvement vaudois pour la récupération du trésor de la Cathédrale de Lausanne » ; le quotidien suisse Le Temps traite l’information sur le mode humoristique (lire l’article « Provocation ? Des Vaudois réclament aux Bernois le trésor de la cathédrale ») probablement parce que le Mouvement lui-même revendique sur le mode humoristique. La même année, une partie du trésor de la cathédrale revient d’ailleurs brièvement à Lausanne, quand le Musée historique de Berne prête ses textiles au Musée historique de Lausanne le temps d’une exposition (du 12 octobre 2001 au 24 février 2002) intitulée « Orfrois et brocards. Vêtements et parements liturgiques du trésor de la Cathédrale de Lausanne ». Pour l’occasion, Le Temps et l’agence de presse catholique Apic avaient interrogé Peter Jezler, le directeur du Musée d’histoire de Berne. Les deux médias lui avaient notamment demandé si Berne envisageait de rendre à Lausanne, le trésor de la cathédrale. Avec vingt ans de recul, ses réponses sont consternantes, mais édifiantes quant à la légèreté avec laquelle nous prenions – mes reproches ne s’adressent pas à une personne, mais à une manière de penser, que j’ai moi aussi partagée – la problématique de l’appropriation et de la restitution. Or que dit « le Peter Jezler de l’époque » ? Il utilise trois mauvais arguments :

Un peu de morale

« Même si on peut saluer l’intérêt que le “Mouvement” suscite pour nos trésors artistiques et pour les événements de 1536, il n’est guère envisageable, tant d’un point de vue juridique que d’un point de vue moral, de donner suite à ces exigences. »

Je ne sais pas ce que disait le droit en 2001 ni comment il a évolué depuis, donc je n’en dis rien. Mais invoquer la morale me semble déplacé. Serait-il plus moral de garder des biens saisis ou volés que de les restituer ? Il faudrait au moins en discuter. Je ne m’étonne pas. Un tel retournement des valeurs est un procédé classique pour discréditer une demande qui précisément se fonde sur la morale.

Un peu de paternalisme

« Disperser aujourd’hui de telles œuvres serait culturellement criminel, comme ce le serait pour les collections du Louvre. Nous sommes en présence d’œuvres majeures de la civilisation européenne. Ce qui importe, c’est que nous ayons conscience de la valeur de cet ensemble, que nous le gardions accessible aux scientifiques et au public. »

Que le trésor de la cathédrale de Lausanne quitte la ville de Berne et son Musée historique serait un crime, plus encore une catastrophe. Pas pour Berne ni pour son musée, mais pour la civilisation européenne. Rien de moins. On pourrait ajouter : « Faites donc un peu attention, arrêtez de jouer, car il s’agit de choses sérieuses, que nous traitons en adultes, nous et le Louvre ! ». Pense-t-il vraiment qu’à Lausanne, de telles œuvres ne seraient plus accessibles aux scientifiques et au public ?

Un peu d’ironie

« En prétendant rétablir la situation primitive, on devrait aussi, pour pousser la logique jusqu’au bout, admettre l’idée d’une restitution de la cathédrale de Lausanne aux catholiques. »

L’idée n’est pas illégitime comme je l’ai discutée dans le premier billet de cette série (« Appropriation protestante d’une cathédrale catholique »). Mais une telle généralisation permet surtout de clore facilement le débat : « Commencez et nous suivrons ! ». Et si c’est là à la fois le problème et la solution, Berner devrait peut-être rendre une tapisserie à Lausanne, maintenant que l’Église évangélique réformée du canton de Vaud a commencé à « rendre la cathédrale aux catholiques » en leur permettant de célébrer la messe.

Avoir soutenu cette position en 2001 est certes regrettable. Mais c’est le soutenir encore en 2022 qui serait inadmissible.

Note : J’ai tiré les deux premières citations de Peter Jezler de Vincent Monnet, « Le trésor de la Cathédrale revient à Lausanne le temps d’une exposition », Le Temps, 7 septembre 2001, la troisième de Apic, « Pas question, pour Berne, de restituer son butin », 19 octobre 2001.


Après avoir lu l’excellent ouvrage Judith Lussier, Annulé(e). Réflexions sur la cancel culture, Montréal, Cardinal, 2021, je précise que ni l’Église catholique-romaine, ni la communauté juive, ni la paroisse de la cathédrale, ni les musées lausannois n’ont demandé à récupérer quoi que ce soit (ajout le 6 janvier 2023).

Appropriation civile d’une manière protestante de s’asseoir

Pour les quatre jours d’un cours intensif sur « Les figures vétérotestamentaires de la cathédrale de Lausanne » à l’Université de Lausanne avec ma collègue Ruth Ebach (Bible hébraïque), je propose quatre billets appliquant deux concepts à la mode — l’appropriation culturelle et la culture de l’annulation — à cet édifice. Que celles et ceux que les deux expressions fâchent pourraient ou devraient lire ces quatre courtes chroniques, ne serait-ce que pour savoir si leur colère est fondée !


Dès 1536, le protestantisme s’approprie la cathédrale de Lausanne. Il l’aménage conformément à sa théologie et l’adapte à son propre — appropriation ! — usage liturgique. Il en fait un lieu unique pour le culte communautaire. Pour ce faire, il ferme complètement le chœur — pour quelques années, il devient la salle de cours pour former les pasteurs —, ouvre les chapelles latérales, ce qui empêche ou évite les dévotions privées. Il installe contre un pilier de la nef une chaire d’abord en bois puis en pierre où le pasteur monte pour prêcher. Il dispose des bancs en carré autour de la chaire et récupère les stalles des chanoines pour faire asseoir les autorités.

Manière protestante de s’asseoir

Le protestantisme met ainsi en scène dans la cathédrale de Lausanne sa conception du culte : il en va d’annoncer « la Parole de Dieu », que les fidèles chantent dans les Psaumes, que l’instituteur — le régent — lit dans la Bible et que le pasteur prêche dans son sermon. Il choisit l’aménagement qui permet de rassembler « le plus de fidèles le plus près du prédicateur », celui qui permet au prédicateur d’être vu, entendu et surtout compris par le maximum de paroissien·nes. Une table en bois placée sous la chaire permet de célébrer la cène, quatre fois par an. Que la chaire domine la table de communion montre que l’annonce de l’Évangile supplante maintenant l’administration du sacrement. Techniquement, on parle de « disposition centrée des bancs », mais le théologien protestant suisse romand Bernard Reymond — L’architecture religieuse des protestants. Genève : Labor et Fides, 1996 — nomme cet aménagement « quadrangle choral » et le juge « typiquement réformé ».

Pendant des siècles de culte protestant, la cathédrale de Lausanne conserve le même aménagement intérieur. On le retrouve encore en 1960, lors des « funérailles nationales » pour Henri Guisan, général de l’armée suisse pendant la Seconde Guerre mondiale.

Alexandre Cornu, « Général Guisan, obsèques », avril 1960. Crédit : https://notrehistoire.ch/entries/xXYq4oApWrk

Manière civile de s’asseoir

Aujourd’hui — je n’ai pas trouvé la date de la transformation —, la cathédrale de Lausanne propose un autre aménagement. Les bancs — qui en 2022 ont remplacé les chaises de 1913 — sont alignés les uns derrière les autres. Tous regardent vers le chœur où se trouve le « mobilier liturgique », quatre éléments amovibles : au centre une table derrière laquelle la pasteure célèbre la cène ; à droite (côté jardin), un pupitre pour prêcher et pour la liturgie ; à gauche (côté cour), des fonts baptismaux pour célébrer un baptême. Bernard Reymond qualifie ce dispositif en rangées de « perspectivisme romantique » en soulignant qu’il donne à voir dès l’entrée une perspective sur le lieu de culte et sur le culte.

J’ai écrit « tous regardent vers le chœur », mais ce n’est pas tout à fait exact puisque le dossier des bancs est amovible et qu’il peut être basculé pour « renverser le sens des bancs » et les faire regarder vers le chœur les jours de concerts.

En conclusion

  • Une appropriation civile d’une manière protestante de s’asseoir représente-t-elle une appropriation culturelle ? J’aurais tendance à répondre oui pour deux raisons. La première correspond à une certaine « culture du patrimoine » qui privilégie l’état original des bâtiments. Le dispositif catholique serait plus légitime parce qu’il serait plus ancien. Mais qu’est-ce qui est légitime, l’ancienneté ou la durée ? Cette cathédrale de Lausanne — elle est la troisième du nom — a été catholique pendant trois siècles et protestante pendant presque cinq, ce qui la rend autant protestante que catholique. Et quel est son « état original », puisqu’elle a été construite et profondément reconstruite : au 15e siècle on supprima par exemple la route couverte qui séparait la tour et la cathédrale et au 19e siècle, on reconstruisit la flèche deux fois ? La seconde raison vient de la fonction culturelle dévolue à la cathédrale. Des rangées de sièges tournés vers le chœur sont mieux adaptées aux spectacles. Et pour les concerts d’orgue, renverser les dossiers des bancs plus faciles à faire que retourner des centaines de chaises. Mais le changement de dispositif n’est pas seulement civil. Il vient aussi d’une réappropriation protestante de la manière de célébrer le culte. Dans la foulée du mouvement Église et liturgie, un certain protestantisme a voulu revenir à un dispositif plus solennel, plus pastoral et plus sacramentaire qu’on a parfois dit plus catholique. En créant une longue allée centrale, des bancs en rangées offrent à la ou au pasteur·e et aux officiant·es, la possibilité de faire une entrée procession. Placer la table de la cène au centre et déplacer la chaire sur le côté centre le culte sur la cène et décale la prédication. Installer les célébrant·es dans le chœur les valorise et rend l’assemblée plus passive, plus auditrice et spectatrice que partie prenante du culte.
  • Faut-il annuler l’appropriation civile d’une manière protestante de s’asseoir ? Non ! D’abord parce qu’il faut reconnaître que la cathédrale de Lausanne est davantage qu’un lieu de culte protestant. Aujourd’hui qu’elle accueille des cérémonies publiques, des manifestations culturelles et des célébrations œcuméniques, il serait illégitime et injuste de vouloir conserver un aménagement qui ne satisferait que le protestantisme. Et encore, les protestant·es apprécient le dispositif en rangées, y compris pour célébrer le culte. Peut-être parce simplement parce qu’il est le mieux adapté à l’architecture du lieu. Mais aussi parce qu’il dégage de l’espace et qu’il permet de déployer de la créativité cultuelle et de varier les formes d’un culte quand on cherche à le renouveler.

Après avoir lu l’excellent ouvrage Judith Lussier, Annulé(e). Réflexions sur la cancel culture, Montréal, Cardinal, 2021, je précise que ni l’Église catholique-romaine, ni la communauté juive, ni la paroisse de la cathédrale, ni les musées lausannois n’ont demandé à récupérer quoi que ce soit (ajout le 6 janvier 2023).

Appropriation chrétienne de la Bible juive

Pour les quatre jours d’un cours intensif sur « Les figures vétérotestamentaires de la cathédrale de Lausanne » à l’Université de Lausanne avec ma collègue Ruth Ebach (Bible hébraïque), je propose quatre billets appliquant deux concepts à la mode — l’appropriation culturelle et la culture de l’annulation — à cet édifice. Que celles et ceux que les deux expressions fâchent pourraient ou devraient lire ces quatre courtes chroniques, ne serait-ce que pour savoir si leur colère est fondée !


Le rapport que le christianisme entretient avec le judaïsme est terriblement — au sens fort du mot « terrible » — ambigu : il reconnaît ce qu’il lui doit, mais s’estime supérieur à lui. Ce mélange de reconnaissance et de jalousie a conduit des chrétien·nes à discriminer, mépriser, maltraiter et persécuter des juives et des juifs.

Pourtant, Jésus, ses disciples et celles et ceux qui font partie du « mouvement de Jésus » sont juives et juifs, dans une forme un peu particulière du judaïsme. Mais, dès les années 50, des personnes extérieures au judaïsme vont confesser que Jésus est le Messie ou le Christ, ce qui entraîne la création d’une nouvelle religion. Se comprenant comme l’accomplissement de la révélation divine, le christianisme s’approprie le judaïsme et notamment sa Bible, son livre de référence. Mais il le juge partiel ou incomplet et croit que par Jésus le Christ, Dieu établit une nouvelle alliance avec les êtres humains. Il fait alors de la Bible juive son Ancien Testament et lui ajoute un Nouveau Testament.

Il diffuse largement ces deux Testaments celui qu’il a créé et celui qu’il s’est approprié : il les copie, puis les imprime, puis les met en ligne ; il les lit, les raconte, les chante, les met en scène et les illustre.

Ce qui explique que l’on trouve dans la cathédrale de Lausanne — comme ailleurs, évidemment — de nombreuses images de l’Ancien Testament, sculptées dans la pierre et dans le bois, peintes sur les murs et sur des vitraux, créées au Moyen-Âge et jusqu’au 20e siècle. Elles ont une valeur esthétique, bien sûr. Elles racontent à leur manière l’histoire de la cathédrale et de son environnement, mais elles indiquent aussi toute l’ambiguïté des rapports du christianisme au judaïsme et à sa Bible. J’ai donc choisi quelques images pour dresser une liste de quelques-uns de ces rapports.

Blasphémer

Si le judaïsme s’est toujours méfié des images, il a posé un interdit fondamental, celui de représenter D.ieu. Il est interdit de le représenter par une image et même d’écrire son nom d’où le point entre le « D » et le « ieu ». Le christianisme ne se soucie guère de respecter cet interdit et a volontiers représenté Dieu, souvent comme un homme blanc vieux et barbu.

C’est le cas de ce vitrail qui montre un Dieu créateur grognon, assis sur son trône quelque part dans le ciel, illustration du premier chapitre du livre « Au commencement » ou Genèse pour le christianisme.

Édouard Hosch, Dieu créateur, 1899-1909. Rose de la cathédrale de Lausanne.
Édouard Hosch, Dieu créateur, 1899-1909. Rose de la cathédrale de Lausanne.

Condamner

Le christianisme juge que Dieu a condamné le judaïsme et montré sa préférence pour le christianisme. Il estime même que le judaïsme s’est condamné lui-même, lorsqu’il a crucifié le fils de Dieu. Certaines images illustrent la condamnation des juives et des juifs, souvent reconnaissable à certains traits particuliers : la couleur jaune de leurs vêtements, un chapeau pointu, des cheveux roux, une rouelle, etc.

C’est le cas de cette broderie sur la chasuble d’Aymon de Montfalcon, le dernier évêque de Lausanne, où l’on devine Anne, la future mère de Marie piétiner un juif à terre.

La conception de Marie, Chasuble de l’évêque Aymon de Montfalcon, vers 1500 (détail). Musée d’Histoire de Berne, Trésor de la cathédrale de Lausanne.
La conception de Marie, Chasuble de l’évêque Aymon de Montfalcon, vers 1500 (détail). Musée d’Histoire de Berne, Trésor de la cathédrale de Lausanne.

Hiérarchiser

Deux images parallèles et côte à côte permettent de comparer facilement judaïsme et christianisme et de rendre évidente la supériorité du christianisme.

C’est le cas de ce vitrail qui associe Moïse — et le judaïsme — à la loi et Paul — et le christianisme — à la grâce. La hiérarchisation est manifeste : ciel d’orage du côté de l’Ancienne Alliance, ciel paisible du côté de l’Alliance Nouvelle ; Moïse ne peut que désigner les tables des dix commandements qui restent au ciel, tandis que Paul qui reçoit directement d’un ange le texte de l’évangile de la grâce.

Paul Robert, La Loi et la Grâce, 1892. Cathédrale de Lausanne. Crédit: http://www.mesvitrauxfavoris.fr/Supp_a/cathedrale_lausanne_suisse_
Paul Robert, La Loi et la Grâce, 1892. Cathédrale de Lausanne. Crédit: http://www.mesvitrauxfavoris.fr/Supp_a/cathedrale_lausanne_suisse_suite.htm

(Dés) orienter

Sélectionner dans un récit de quoi fabriquer une image permet d’en orienter la lecture, de diriger qui la regarde vers un sens particulier — qui peut même être un contresens voire un non-sens. Ainsi, le christianisme choisit d’illustrer certains passages de la Bible juive, par exemple ceux dans lesquels il lit une allusion à la Vierge Marie ou à Jésus Christ. Il peut ainsi affirmer, images à l’appui, que le Nouveau Testament est la simple continuation de l’Ancien.

C’est le cas de cette image du prophète Isaïe. D’un livre qui contient 66 chapitres, l’artiste choisit d’illustrer un seul verset : « Ah certes ! Le Seigneur vous donne de lui-même un signe : Voici, la jeune femme est devenue enceinte, elle va mettre au monde un fils, qu’elle appellera Immanouel » (chapitre 7, verset 14; traduction de la Bible du Rabbinat). La tradition chrétienne le lit comme une annonce de la naissance virginale de Jésus. L’artiste, Louis Rivier figure donc deux personnages: un vieux prophète écrivant son livre en même temps qu’il regarde Jésus le Christ lui apparaître.

Louis Rivier, La prophétie d’Ésaïe, 1930-1931. Cathédrale de Lausanne. Crédit: carte postale « Promenades angéliques ».
Louis Rivier, La prophétie d’Ésaïe, 1930-1931. Cathédrale de Lausanne. Crédit: carte postale « Promenades angéliques ».

Illustrer

Une image peut illustrer un texte, le donner à voir pour celles et ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas les lire. Les images remplissent alors une fonction plutôt neutre, une fonction pédagogique. Elles sont la Bible des pauvres ou des illettrés. Évidemment, elles ne peuvent remplir cette fonction que si la personne qui regarde l’image connaît déjà un peu le texte ou si on le lui raconte. Une telle illustration est toujours seconde par rapport au texte qu’elle interprète et dont elle sélectionne un instant. Mais elle peut en rester proche et le donner « simplement » à voir.

C’est le cas de cette représentation du petit David et du géant Goliath ou les deux personnages sont représentés sans jugement… à mon avis qui est celui d’un chrétien (Premier livre de Samuel, chapitre 17).

David et Goliath, 13e siècle. Stalles de l’ancien chœur capitulaire, cathédrale de Lausanne.
David et Goliath, 13e siècle. Stalles de l’ancien chœur capitulaire, cathédrale de Lausanne.

Instrumentaliser

Le christianisme considère que le Nouveau Testament réalise ce qui est annoncé dans l’Ancien Testament. Par conséquent, il instrumentalise la Bible juive où il cherche des épisodes, des situations ou des personnages — des « types » — qu’il couple avec des épisodes, des situations ou des personnages du Nouveau Testament, et notamment de la vie et de la mort de Jésus.

C’est le cas de cette représentation du roi Joab qui étreint son rival Abner en même temps qu’il le poignarde (deuxième livre de Samuel, chapitre 3), préfiguration de Judas qui embrasse Jésus quand il le trahit (évangile de Luc, chapitre 22).

Joab tuant Abner, 1515-1536. Portail médiéval Montfalcon, cathédrale de Lausanne (Reconstitution de Raphaël Lugeon, Dépôt lapidaire).
Joab tuant Abner, 1515-1536. Portail médiéval Montfalcon, cathédrale de Lausanne (Reconstitution de Raphaël Lugeon, Dépôt lapidaire).

En conclusion

  • Des images chrétiennes de la Bible juive représentent-elles une appropriation culturelle ? Oui ! Elles témoignent que le christianisme s’est approprié la Bible juive. Mais elles témoignent aussi qu’il a déclassé la Bible juive en lui ajoutant un Nouveau Testament, qu’il l’interprète dans son propre sens y compris contre le judaïsme.
  • Faut-il annuler les images chrétiennes de la Bible juive ? Tous les christianismes n’ont pas toujours apprécié toutes les images. Les iconoclastes ont annulé les images qu’ils n’apprécient pas en les détruisant, des gens plus civilisés les annulent en les remplaçant plus ou moins soigneusement. Cependant, la destruction des images polémiques ou haineuses efface aussi un pan de l’histoire, en l’occurrence de l’histoire d’un christianisme parfois polémique et haineux. Il serait regrettable de ne plus avoir à s’en souvenir et à l’assumer. Je suggère donc de demander à nos sœurs juives et nos frères juifs quelles sont les représentations de la Bible juive qui leur sont insupportables et de les retirer des Bibles ou des églises. Mais de les conserver dans un lieu de mémoire et de les accompagner d’une mise en garde, coécrite par des membres des deux religions. Parce que les temps et les sensibilités changent, ce travail de mémoire n’aura jamais de fin. Il faut régulièrement se redemander — peut-être tous les dix ans — quelles images sont acceptables et lesquelles ne le sont plus. Enfin, il convient d’élargir cette procédure à ce qui peut choquer d’autres communautés que le christianisme a discriminées, méprisées, maltraitées et persécutées.

Après avoir lu l’excellent ouvrage Judith Lussier, Annulé(e). Réflexions sur la cancel culture, Montréal, Cardinal, 2021, je précise que ni l’Église catholique-romaine, ni la communauté juive, ni la paroisse de la cathédrale, ni les musées lausannois n’ont demandé à récupérer quoi que ce soit (ajout le 6 janvier 2023).