Théologie protestante

Guide pour célébrer une cène (aussi) sans gluten

Proposer du jus de raisin ouvre la communion aux enfants et aux personnes ne désirant pas consommer d’alcool. Offrir du pain sans gluten permet d’inclure dans la communion les malades cœliaques et les personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas consommer de gluten. On peut évidemment célébrer la cène uniquement avec du pain sans gluten. C’est un beau geste de respect et d’inclusion. On peut aussi proposer un choix. Pour éviter les accidents et les contaminations croisées, il convient alors de prendre des précautions. Car une seule miette de pain, une légère trace de farine avec gluten suffit à rendre malades les personnes sensibles. Il convient donc de respecter une règle fondamentale : que le pain sans gluten n’entre jamais en contact ni ne soit jamais proche d’un pain avec gluten ou de quelque chose qu’il a touché ou qui l’a touché, les mains, une assiette, un couteau, un torchon, etc.

Voici un guide qui devrait permettre d’accueillir à la cène les « personnes sans gluten », de leur permettre de communier sans angoisse :

Avant

  1. Choisir du pain sans gluten ou des galettes de riz, de sarrasin ou de châtaigne qui ont l’avantage de bien se conserver.
  2. Si l’on confectionne soi-même du pain sans gluten, veiller à ce que tous les ingrédients soient certifiés sans gluten, que la cuisine et les ustensiles soient totalement exempts de gluten, y compris le four.
  3. Transporter et conserver le pain ou les galettes séparément dans un contenant spécifique, fermé et clairement identifié.

Juste avant

  1. Préparer la « cène sans gluten » avant la « cène avec gluten ».
  2. Charger une seule personne de la cène sans gluten et lui confier uniquement cette tâche.
  3. Limiter les manipulations du pain sans gluten et des ustensiles.
  4. Utiliser des ustensiles spécifiques — assiette, corbeille, planche, couteau, torchon, éponge, etc. — ; les réserver au seul pain sans gluten et les identifier clairement.
  5. Se laver les mains, laver l’assiette et les autres ustensiles, même s’ils paraissent propres.
  6. Partager le pain ou les galettes et déposer les morceaux sur l’assiette ou dans la corbeille.
  7. Porter séparément l’assiette ou la corbeille ; la poser sur la table de communion à l’écart du pain avec gluten.

Pendant

  • Éviter de rompre le pain ou la galette sans gluten ; en tous les cas, les rompre après s’être lavé les mains et avant le pain avec gluten.
  • Ne pas rompre le pain avec gluten au-dessus ou près du pain sans gluten.
  • Charger une personne de distribuer le pain sans gluten.
  • Pour éviter les contacts, déposer un morceau de pain ou de galette dans la main des « communiant·es sans gluten ».
  • Comme les « coupes générales » peuvent contenir des miettes de pain, proposer deux coupes — avec et sans alcool — réservées aux seul.es communiant·es sans gluten ; les faire porter par la personne responsable du pain sans gluten.

Après

  1. Distribuer les éventuels restes de pain ou de galettes sans gluten.
  2. Laver les ustensiles ; les ranger dans un endroit spécifique en les identifiant clairement.

Avec l’aide de Patricia Bauer

À utiliser librement, à partager et afficher dans les lieux où se prépare la cène

Combien de temps doit durer un culte?

Hier, à la fin du premier cours de théologie pratique en présence, deux étudiantes m’ont posé des questions très pratiques. Je relaye ici une discussion que nous n’aurions sans doute pas eu en visioconférence.

  • Faut-il bénir avec les doigts écartés ou les doigts serrés? J’ai des choses à écrire, mais ce sera pour une autre fois.
  • Combien de temps doit durer un culte? Je réponds à celle-ci.

La bonne durée est celle qui convient au public. Et ce qui convient au public change selon les contextes et les époques.

Pour un culte évangélique ou pentecôtiste africain ou caribéen, la bonne durée se compte plutôt en heures, au pluriel. Pour un culte réformé occidental, elle se compte plutôt en heure, au singulier. L’usage veut que le culte réformés occidental ordinaire dure autour de 60 minutes et qu’il se prolonge pour des occasions spéciales: un baptême, le culte de Pâques, la participation d’une chorale, etc.

Mais pour estimer la durée du culte, il convient d’intégrer la durée de « l’après-culte », c’est à dire de l’apéritif, du goûter ou du repas qui doivent prolonger le culte et qui font encore partie du culte. Ce qui porte donc la durée totale du culte à 1 heure et demi voire 2 heures. Ce qui me semble une bonne durée.

De manière générale, je ne pense pas que raccourcir le culte soit une bonne chose. Un culte trop court me donne moins envie de me déplacer, surtout si les déplacements sont longs. Mais évidemment, il faut que le culte soit de qualité. Et j’inclus dans la qualité aussi bien la théologie transmise, que l’émotion procurée ou les échanges rendus possibles.

Bref, un bon culte sera toujours trop court et un mauvais culte toujours trop long!

On sait en qui croient les Suisse·sses

Publicité pour le fromage Tilsit: un chien saint-bernard portant un tonneau avec un drapeau suisse avec cette légende: "Notre sauveur".
Vu à Lausanne le 27 avril 2021. (c) Olivier Bauer

Par contre, on ne sait pas s’ielles communient avec du fromage…


Au risque de gâcher tout mon effet, je me dois de contextualiser cet article. On raconte que les moines de l’hospice du Grand-Saint-Bernard (située à 2473 mètres d’altitude sur un col entre le Valais et la Vallée d’Aoste) utilisait des chien·nes pour sauver les personnes égarées. On raconte aussi que les chien·nes portaient autour du cou un tonneau plein d’alcool pour permettre de revigorer sans délai les personnes retrouvées. On raconte enfin que le chien Barry aurait été le plus grand de tous les sauveurs (lire sa notice sur Wikipédia).

Dieu=main+agneau+colombe

De passage à Vaduz, j’ai vu dans la cathédrale Sankt Florin (voir le site de la paroisse) cet immense chandelier portant le cierge pascal. J’ai été frappé par les trois motifs y figurant.

Un chandelier pascal dans la cathédrale Sankt-Florin à Vaduz, Liechtenstein. De haut en bas, la main de Dieu, l'agneau du Christ et la colombe de l'Esprit
Dom Sankt Florin, Vaduz. Avril 2021 © Patricia Bauer

Ce chandelier pascal confesse une foi trinitaire, un Dieu triple, composé du haut en bas :

  • de Dieu le Père, représenté par une main qui sort des nuages. Pour les initié·es, les deux doigts tendus sont signe de bénédiction. Pour les non-initié·es, la main de Dieu semble vouloir « flinguer » l’agneau et la colombe.
  • De Dieu le Fils, représenté par un agneau qui porte un étendard. Les initié·es y liront la résurrection du Christ sacrifié.
  • de Dieu l’Esprit, représenté par un oiseau coiffé d’une auréole. Les initié·es y reconnaîtront une colombe.

J’avais l’impression que le chandelier indiquait en même temps une hiérarchie dans les personnes divines. Mais, comme l’a relevé un étudiant de mon cours « Bénir, nos mains ont la parole » (découvrir le plan du cours), l’organisation de ces trois symboles est plutôt chronologique. Ils représentent trois ères :

  • Dieu le Père « règne » depuis la création.
  • Dieu le Fils « règne » pendant 33 ans, entre la naissance de Jésus et l’Ascension du Christ.
  • Dieu l’Esprit « règne » depuis la Pentecôte.

Sur la main de Dieu, on peut lire mes articles:

Inventer une fête des abeilles plutôt que fêter Pâques

Plutôt que de proposer de les cuisiner pour Pâques, le supermarché suisse Aligros préfère inventer une fête pour vendre du gigot d’agneau et des œufs. Étonnant, non?

V+3 (Pâques)

Cette année, je propose sur mon blogue huit chroniques échelonnées de Mardi gras à Pâques. Je les ai intitulées : « Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques ». Pour chaque date symbolique, j’évoque un moment de la vie gastronomique et spirituelle d’une famille œcuménique multiculturelle avec deux mamans et un enfant, bref d’une famille tout à fait typique.


Christopher se lève à 5 heures, pour fêter la résurrection du Christ par une aube pascale et un petit-déjeuner communautaires, œcuméniques et multiculturels. On relit Marc 16, on chante « À toi la gloire ! » en regardant le soleil se lever, on pratique l’hospitalité eucharistique. Et puis on partage des pains gonflés et briochés : Lämmele alsacien, colomba di Pasqua italienne, brioche de carême québécoise et kulich russe. De retour à la maison, il découvre au milieu d’une multitude d’œufs plein de sucre ses rituels lapin et cloche en chocolat. Après avoir regardé la bénédiction « Urbi et Orbi » Christopher et ses deux mamans taquent rituellement leurs œufs durs — « ne trichez pas, petit bout contre petit bout ! » — en se rappelant mutuellement que « Christ est ressuscité » et mangent les traditionnelles betteraves rouges que maman Christelle mangeait déjà dans son Haïti natal et la non moins traditionnelle salade de Pâques. Sans modération, en profusion, Christopher, Christelle et Kerstin célèbrent la vie et la douceur qu’ensemble, il et elles essayent de lui donner.


Le jour V : un conte à rebours de Mardi gras à Pâques

  1. V-47 (Mardi gras)
  2. V-46 (mercredi des Cendres)
  3. Un dimanche du carême
  4. 20 mars 2021 : Équinoxe de printemps
  5. V-5 (Les Rameaux)
  6. V-1 (La dernière cène)
  7. Vendredi 2 avril 2021 : Jour V (Vendredi-Saint)
  8. V+3 (Pâques)