Auteur : Olivier Bauer

Olivier Bauer est professeur ordinaire à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne.

La mort racontée aux enfants

Il est parfois difficile de discuter de la mort d’un proche à de jeunes enfants. Cette histoire pourrait vous aider.

Quand leur grand-maman est morte, Louise et Michel ont dit :

Elle va nous manquer, Mamou ! On ne pourra plus jouer avec elle.

Elle n’était pas si vieille, Mamou. Ce n’est pas elle qui devait mourir la première.

Tu dis que Mamou, elle est montée au ciel. Mais c’est où le ciel ?

Leur papa leur a expliqué :

« Votre Mamou était chrétienne ; elle pensait qu’existait quelqu’un de bien plus grand qu’elle, quelqu’un qui s’intéressait à elle, quelqu’un qui l’aimait et qui l’aidait. Elle l’appelait “Dieu” et elle lui faisait confiance. Elle lisait un livre qu’on appelle la Bible qui l’aidait à comprendre comment on peut vivre quand on fait confiance à Dieu. Alors, je vais répondre à vos questions, à vos remarques, comme votre Mamou aurait pu et comme la Bible pourrait y répondre :

Elle vous aurait dit : la mort, c’est triste et ça finit toujours par arriver.

Elle vous aurait dit : il ne faut pas vous inquiéter.

Elle vous aurait dit : je vous manque et vous me manquez. Moi aussi, je regrette de ne plus pouvoir jouer avec vous, manger avec vous, danser avec vous.

Elle vous aurait dit : un jour, nous nous retrouverons. Un jour, nous nous reconnaîtrons et nous recommencerons à jouer, à manger, à nous promener.

Elle vous aurait dit : mon corps est sous la terre. Mais quelque chose de moi est ailleurs.

Elle vous aurait dit : je suis maintenant libre comme un oiseau.

Elle vous aurait dit : on peut penser que je suis au ciel, parce que le ciel est partout. Parce qu’il n’y a pas un endroit sur terre où il n’y a pas de ciel.

Elle vous aurait dit : je suis aussi dans vos cœurs et dans vos souvenirs. Je suis avec vous quand vous jouez aux jeux auxquels nous avons joué ensemble, quand vous mangez les plats que je cuisinais pour vous, quand vous écoutez les chansons que j’aimais écouter. »

Comment la pomme est-elle devenue le fruit défendu?

« An apple a day keeps the doctor away », professe-t-on aux États-Unis. Et l’on peut s’étonner — et se réjouir en même temps — que la pomme bénéficie d’une si bonne réputation. Après tout, elle est considérée comme le fruit défendu du Jardin d’Éden, celui qui a provoqué l’expulsion d’Ève et d’Adam du Paradis.

À dire vrai, l’identification de la pomme au fruit défendu résulte d’un amalgame, d’une confusion. Dans le texte de la Genèse, la femme répond au serpent qui la provoque : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas afin de ne pas mourir.” » (Bible hébraïque, livre de la Genèse, chapitre 3). Le fruit, pas la pomme !

Mais alors, pourquoi, comment la pomme est-elle devenue le fruit défendu ? Peut-être parce que partagée dans sa hauteur, la pomme laisse apparaître l’image d’un sexe féminin, tranchée dans son épaisseur le pentagramme, symbole du diable ? Peut-être parce qu’au Moyen-Âge, le christianisme romain pour imposer la vigne et le vin a dû discréditer un fruit très présent dans les traditions des Celtes, christianisme celtique compris. Plus sûrement, plus simplement parce que le latin malum signifiait à la fois le mal et la pomme !

Aujourd’hui le christianisme francophone pourrait lui aussi jouer sur les mots et condamner le fruit du pêcher ou prétendre que le diable se niche dans les coings. Et apprécier ce résumé des débuts de l’humanité : « Une pomme, deux poires et beaucoup de pépins. »


Voir aussi mon article « Que la pomme cesse enfin d’être le fruit défendu! »

Que la pomme cesse enfin d’être le fruit défendu!

J’apprends ce matin qu’à l’occasion de la Journée internationale du fruit, la compagnie Dole Sunshine Company a publié dans la Reppublica une lettre ouverte au pape pour qu’il « absolve le fruit » et remplace dans la Bible le mot « fruit » par « n’importe quelle autre nourriture, mauvaise pour la santé » (lire la lettre en anglais The Unforbidden Fruit).

J’en traduis quelques passages :

« Depuis trop longtemps, le fruit a été vilipendé et diabolisé ; il a été méprisé dans l’art et la littérature, symbolisant la luxure, la tentation et la dépravation sous toutes ses formes les plus viles et les plus ensorcelées. C’est un déni de justice, que vous seul avez le pouvoir, la sagesse et l’autorité d’enfin rectifier. »

« Pendant des siècles, la pomme en particulier a été terriblement calomniée bien que son nom n’apparaisse pas dans l’Ancien Testament. »

« Loin d’être la cause du Péché Originel et la racine de tout le mal dans le monde, nous préférons concevoir le fruit comme le Goûter Originel, offrant plaisir, nourriture et subsistance au monde entier. »

« Maintenant, nous pouvons proclamer les vertus du fruit jusqu’au Jour du Jugement, mais nous comprenons que vous devez être occupé. Il suffit de dire, dans un monde continuellement en mouvement, que le fruit est notre compagnon le plus stable, constant, pur et incorruptible, à travers de nos jours les plus sombres. »

À titre de théologien et plus modestement, je m’efforce moi aussi de réhabiliter la pomme. Demain, je vous raconterai donc comment et pourquoi la pomme est devenue le fruit défendu !

2 méditations audiovisuelles pour se faire du bien

Durant le semestre du printemps 2022, dans mon cours « Un christianisme qui fait du bien« , j’ai proposé aux étudiant·es de méditer au début de chaque cours. Et j’ai donc préparé deux méditations audiovisuelles censées nous faire du bien, l’une pour nous apaiser, l’autre pour nous stimuler.

Pour vous, rien que que pour vous, je les partage sur mon blogue. À utiliser librement, en rendant à César ce qui est à César et à Olivier Bauer ce qui appartient à Olivier Bauer. Je précise que ce qui est à César ou à Bauer est à Dieu, pour lever toute ambiguïté sur la taille de mon égo.

Méditation apaisante

Olivier Bauer © 2022. Méditation apaisante sur la musique de What a Wonderful World, Louis Armstrong

Méditation stimulante

Olivier Bauer © 2022. Méditation stimulante sur I Feel Good, James Brown

Pourquoi est-ce « à ce moment-là » que Dieu a montré qui il était ?

D’où que viennent les étudiant·es, de théologie ou d’autres facultés, ielles apportent dans mes cours leurs savoirs, leurs expériences, leur curiosité et parfois leur naïveté. Ielles me font réfléchir, me font grandir.

Ainsi, alors que je présente comment on conçoit Dieu en Polynésie et en Océanie, un étudiant en géosciences me demande : « Pourquoi Dieu s’est-il révélé à ce moment-là ? », « à ce moment-là » valant pour « vers les années 3750-3800 du calendrier juif, au temps de la vie et de la mort de Jésus ». Il me prend de court ; je ne sais pas que dire. Mais comme je trouve sa question pertinente, je réfléchis et je profite de mon blogue pour répondre, en mêlant ce que je sais et ce que je crois.

  1. Dieu ne s’est pas seulement révélé « à ce moment-là ». Je ne suis pas assez sectaire pour penser que Dieu n’est révélé·e que par Jésus. Dieu a aussi montré qui était Dieu avant, après, ailleurs. Et je suis assez sage pour savoir que différentes personnes dans différentes époques et différentes cultures ont une perception différente de ce « que Dieu est », s’en font des images diverses, lui attribuent des qualités variées. Juste un exemple : « Dieu » n’est Dieu que pour les francophones ; pour d’autres, il s’appelle God, Dio, Te Atua, Allah; d’autres ne l’appellent tout simplement pas.
  2. Seules certaines personnes croient que Dieu s’est révélé « à ce moment-là ». Pas celles et ceux qui ne croient pas qu’il existe un Dieu. Pas celles et ceux qui croient que Dieu ne se révèle pas. Pas non plus celles et ceux qui croient que Dieu s’est révélé à un autre moment. Seul·es les chrétien·es croient que c’est « à ce moment-là » que Dieu se révèle, « à ce moment-là » seulement ou « à ce moment-là » surtout ou « à ce moment-là » aussi.
  3. Quelles sont les spécificités de cette révélation « à ce moment-là » ? Si l’on croit que Dieu s’est révélé·e dans la vie et la mort d’un homme nommé Jésus, si l’on croit que Dieu l’a fait « Christ » — « oint d’huile », une onction qui marque sa royauté et sa sainteté donc sa divinité —, c’est dans la vie de cet homme qu’il faut chercher Dieu. On ne sait presque rien de ce que Jésus a dit ou a fait. Mais on dit qu’il respectait celles et ceux que d’autres traitaient avec mépris, avec dégoût, avec condescendance. Mais on dit qu’il a évoqué un nouveau monde plein d’amour. Mais on dit même qu’il a rendu ce monde possible.

Les cours sont maintenant presque terminés. Mais il me reste une leçon pour répondre à la question de l’étudiant en géosciences. Mardi prochain, je lui dirai que Dieu ne s’est pas révélé « à ce moment-là ». Mais qu’« à ce moment-là », certaines personnes ont eu une intuition : ce que disait Jésus pouvait bien être la parole de Dieu ; ce que Jésus faisait pouvait bien être ce que Dieu voulait. Ielles ont cru que Dieu s’était révélé·e. Et ielles à leur tour ont révélé Dieu en redisant ce que Jésus leur avait dit en refaisant ce que Jésus leur avait fait.

Comment la cène protestante répare trois injustices

Mis au défi par un étudiant, j’ai compris que la cène – l’eucharistie protestante, pour fair court et simpliste – répare trois injustices :

  1. Alors que l’eucharistie catholique réserve le plus souvent le vin au seul prêtre, la cène protestante propose à chacun·e de le boire.
  2. Alors que le vin discrimine les enfants et les personnes abstinentes par motif éthique ou pour raison de santé, la cène protestante offre (aussi) du jus de raisin, sans alcool.
  3. Alors que le vin est parfois un produit étranger qu’il faut importer, la cène protestante valorise (aussi) des boissons locales : bière de mil, eau de coco, cidre, etc.

J’aime… le vin, le jus de raisin, la bière de mil, l’eau de coco, le cidre, etc. J’aime… la cène aussi !