Auteur : Olivier Bauer

Olivier Bauer est professeur ordinaire à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Lausanne.

Un péché masculin et petit-bourgeois

Le péché est un concept théologique souvent mal compris. Dans mes études de théologie, on m’a enseigné que pécher, c’est prétendre se réaliser soi-même, « se faire un nom » selon l’expression des hommes qui construisent la tour de Babel (Livre de la Genèse, chapitre 11, verset 4).

Mais la vie m’a appris que cette conception du péché concerne les gens qui se sont réalisés eux-mêmes et les gens qui se sont fait un nom. Ou plutôt les gens qui ont l’orgueil de penser qu’ils peuvent se réaliser et se faire un nom. Cette théologie du péché vaut seulement pour eux. J’écris « eux » parce que cette théologie est surtout celle que défendent des hommes, particulièrement des hommes blancs, particulièrement des théologiens blancs diplômés de l’Université. Bref des petits-bourgeois. Bref des gens comme moi. Bref, ceux, et celles aussi, qui définissent cette théologie du péché. Et je souligne le courage qu’il faut pour faire du péché ce qui nous tient le plus à cœur.

Mais la vie m’a appris que cette conception du péché ne peut pas être celle des personnes qui n’ont jamais eu la possibilité de réaliser leur potentiel ni pour des personnes qui aimeraient être appelées par leur nom. Cette théologie ne vaut rien pour elles. Pire, elle renforce leur asservissement. Poussée jusqu’au bout, elle les empêche même d’exister. J’écris « elles » parce que les victimes de cette théologie sont d’abord des femmes. Des femmes et des membres des Tiers — et Quart — Mondes ; des femmes et des handicapés ; des femmes et des minorités ethniques ; des femmes et des minorités sexuelles. Et particulièrement des femmes LGBTIQ, handicapées, pauvres et « de couleur ».

Nous avons besoin d’une théologie du péché qui en libère pas qui y enferme.

Ponce Pilate «immergé» à Lausanne?

Je lis La légende dorée de Jacques de Voragine (1230-1298). L’ouvrage raconte la vie des saints du calendrier et situe les fêtes liturgiques. Au jour de «La passion de Notre-Seigneur», l’auteur insère le récit de la vie de Ponce-Pilate, de sa mort et de sa vie après sa mort.

Je suis surpris de découvrir qu’il serait enseveli à Lausanne, la ville suisse où j’habite.

«Ce qu’apprenant, Pilate prit son couteau et se tua. Son cadavre fut attaché à une grosse pierre et lancé dans le Tibre; mais les esprits malins et sordides s’emparèrent avec joie de ce corps malin et sordide; tantôt le plongeant dans l’eau, tantôt le ravissant dans les airs, ils causaient d’innombrables, tempêtes, etc., dont tout le monde était effrayé. Aussi les Romains retirèrent-ils du Tibre ce cadavre malfaisant et l’envoyèrent-ils à Vienne par dérision, pour y être plongé dans le Rhône, car le nom de Vienne provient de Via gehennae, qui veut dire: Voie de la malédiction. Mais là encore, les mauvais esprits recommencèrent leurs tours, si bien que les habitants de Vienne, pressés de se défaire de ce vase de malédiction, l’ensevelirent sur le territoire de la ville de Lausanne. Mais les habitants de cette ville, voulant eux aussi s’en débarrasser, le jetèrent au fond d’un puits entouré de hautes montagnes, et l’on dit que, aujourd’hui encore, on voir bouillonner, en ce lieu, des machinations diaboliques.» Jacques de Voragine (1998). La Légende dorée. Éditions du Seuil (Paris): 249

Le coresponsable de la mort de Jésus serait donc immergé (je ne peux pas écrire « enterré ») près de chez moi. J’ai besoin d’en savoir plus. Alors, je mène l’enquête et je découvre que Jacques de Voragine a raison, mais qu’il lui manque la fin de l’histoire. Car le cadavre de Pilate n’est pas resté à Lausanne; car les Lausannois ont réussi à s’en débarrasser. Ce « puits entouré de hautes montagnes » n’est pas le lac Léman, pas plus qu’il n’est situé au bord du lac Léman.

Je lis, dans un livre écrit en 1913 par Gustave Bettex et Édouard Guillon, que le cadavre de Pilate a été immergé près de Lucerne, au pied du Pilatus, au pied du mont Pilate. Voilà qui semble parfaitement logique.

«Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Ponce-Pilate, accablé sous les remords d’avoir fait périr le Christ et condamné à mort pour d’autres injustices, aurait prévenu le châtiment par le suicide. Son cadavre fut précipité dans le Tibre, avec une pierre pour l’empêcher de surnager. Mais le Tibre ne voulut pas de lui et le rejeta avec dégoût. On le porta alors à Vienne, en Dauphiné, où son souvenir et conservé par une pierre tombale, et on le jeta dans le Rhône qui s’indigna, lui aussi, de charrier cet impur débris. Qu’en faire? On l’envoya, on ne sait pourquoi, à Lucerne, qui ne fut guère flattée du cadeau et qui ne trouva rien de mieux, pour s’en délivrer, que d’aller le jeter dans le petit lac de Fracmont [l’ancien nom du mont Pilate].» Gustave Bettex et Édouard Guillon (1913). Les Alpes suisses dans la littérature et dans l’art. Fernand Matty (Montreux): 266-267

Je comprends que Bettex et Guillon connaissent le début et la fin, mais qu’il leur manque une étape. Et je remets les deux textes ensemble pour reconstruire toute l’histoire. Parti de Rome et du Tibre, le cadavre de Ponce-Pilate est passé par Vienne et le Rhône, Lausanne et le lac Léman pour finir à Lucerne dans le lac des Quatre-Cantons.

Ainsi celui qui s’est lavé les mains au moment «crucial» peut maintenant se les nettoyer aussi souvent qu’il le désire et pour l’éternité.


P.S. Je dois à la vérité de mentionner que d’autres légendes situent dans d’autres endroits le cadavre de Ponce-Pilate. Mais évidemment, elles sont toutes beaucoup moins crédibles.

P.P.S Pour conserver ma crédibilité universitaire, je mentionne deux sources, dont une en latin (je n’ai pas trouvé de traduction en français)!

Eusèbe de Césarée, au 4e siècle:

«Il n’est pas à propos d’omettre ce que l’on raconte de Pilate qui vivrait au temps du Sauveur. On dit que sous Gaïus, dont nous avons vu l’époque, de tels malheurs fondirent sur lui qu’il devint par force son propre meurtrier et son propre bourreau : la justice divine ne parut mettre envers lui aucun retard. Ceci nous est raconté par les écrivains grecs qu’ils nous ont laissé la suite des olympiades avec les événements survenus à leur date.» Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique. Livre 2 chapitre 7,1. Texte grec et traduction française par Émile Grapin (1905-1913). A. Picard et fils (Paris): 145

Mors Pilati qui Iesum condemnavit, probablement au 6e siècle:

«Cognita Caesar morte Pilati dixit Vere mortuus est morte turpissima, cui manus propria non percepit. Moli igitur ingenti alligatur et in Tiberim fluvium immergitur. Spiritus vero maligni et sordidi corpori maligno et sordido congaudentes omnes in aquis movebantur, et fulgura et tempestates, tonitrua et grandines in aere terribiliter gerebant, ita ut cuncti timore horribili tenerentur. Quapropter Romani ipsum a Tiberis fluvio extrabentes, derisionis causa ipsum in Viennam deportaverunt et Rhodani fluvio immerserunt : Vienna enim dicitur quasi via gehennae, quia erat tunc locus maledictionis. Sed ibi nequam spiritus affuerunt, ibidem eadem operantes. Homines ego illi tantam infestationem daemonum non sustinentes, vas illud maledictionis a se removerunt et illud sepeliendum Losaniae territorio commiserunt. Qui cum nimis praefatis infestationibus gravarentur, ipsum a se removerunt et in quodam puteo montibus circumsepto immerserunt, ubi adhuc relatione quorumdam quaedam diabolicae machinationes ebullire dicuntur.» Mors Pilati. Dans Evangelia Apocrypha, édité par Constantin Tischendorf (1813). Avenarius et Mendelssohn (Leipzig): 435

La tombe de la « FAMILLE DIEU » et la « SÉPULTURE MARIE »

J’aime me promener dans les cimetières. J’y fais souvent des découvertes. Comme cette pierre tombale dans le cimetière de Colombe, en Île de France, et son inscription presqu’effacée, « FAMILLE DIEU ».


Le théologien du quotidien peut en déduire:

  1. Que Dieu existe ou au moins qu’il a existé.
  2. Qu’il a eu une famille.
  3. Qu’il est mort et enterré près de Paris.
  4. Qu’il y a des gens pour entretenir sa tombe.

Ce que le théologien du quotidien ne s’explique pas, c’est qu’il faille traverser l’allée pour trouver la « SÉPULTURE MARIE ». Pourquoi est-elle enterrée à part? Ne fait-elle pas partie de la « FAMILE DIEU »?

« Nicole Rognon cuisine aussi comme elle croit », le livre (gratuit et en libre accès)

Vous avez aimé le feuilleton de Nicole Rognon, cette femme qui mange et cuisine aussi comme elle croit? Vous l’avez manqué? En partie? En totalité?

Vous pouvez maintenant télécharger tous les épisodes dans un seul livre gratuit et en libre accès: Bauer, O. (2017). Nicole Rognon mange aussi comme elle croit. Lausanne.

Nicole Rognon mange comme une déesse et Jean-Jacques comme un dieu.

Pour alimenter le cours « Alimentation et spiritualité » que je donne à l’EPFL ce printemps, je propose chaque mardi (à l’heure où je commence le cours) un épisode de la vie de Nicole Rognon, une protestante vaudoise qui cuisine aussi comme elle croit.


Aucune question cette fois-ci. Et aucun souci ! Dès que Nicole et Jean-Jacques Rognon se sont attablés, les plats sont apparus, comme par miracle, comme par magie, comme par enchantement. Sans qu’il soit besoin que quiconque fasse les courses, sans qu’il soit nécessaire que quiconque s’attarde dans la cuisine. Et quels plats ! Et quelles nourritures ! Celles dont ils ont toujours rêvé.

Les produits du barattage de la mer de lait : l’amrita, c’est-à-dire l’immortalité, et le beurre de Surabhî, la vache d’abondance ! L’unique grain de riz qui pourrait rassasier toute l’humanité ! Le nectar et l’ambroisie, neuf fois plus sucrée que le miel, ces mets qui procurent l’immortalité aux déesses et aux dieux de l’Olympe. Les fruits de la corne d’abondance. La manne au goût de gâteau à l’huile qui nourrit le peuple d’Israël pendant quarante ans, accompagnés du lait et du miel que produit la terre qui lui est promise ! Le vin nouveau que Jésus boira avec tou·tes dans le royaume de son Père et l’œuf qui symbolise sa résurrection ! Les dattes que Joseph offrit à Marie qui venait d’accoucher, celles que le Prophète mangeait pour déjeuner ! La soupe au lait que les ennemis catholiques et protestants partagèrent à Kappel !

Le galanga, l’épice du paradis ! Le chocolat, Théobroma, don des dieux (au singulier ou au pluriel avec ou sans majuscule) ! Une pomme, peut-être le fruit défendu du jardin d’Éden, peut-être celui d’un pommier d’Avallon où Arthur est enfermé, peut-être même une pomodoro que les Amérindien·nes ont donnée au monde.

Et les deux dindes truffées que Garrigou désira si fort qu’il en bâcla ses messes ! Le potage à la tortue, les blinis Demidoff, les cailles en sarcophage, les raisins, les pêches, les figues fraîches, l’Amontillado, le Clos-Vougeot et la Veuve Clicquot du dîner que cuisine Babette ! La poule faisane et le joli vin d’Arbois du dernier repas de Jacques Brel, le pain et le pain de l’Auvergnat que chante par Georges Brassens !

Tel est le repas divin que partagèrent Nicole et Jean-Jacques Rognon. À deux, en tête-à-tête, en amoureux. L’une avec l’autre et l’autre avec l’un. Sans remord ni regret. Sans crainte, pas même celle de grossir !

Vous connaissez maintenant les rêves les plus intimes de Nicole et Jean-Jacques Rognon, au moins quant à leur alimentation. Et si vous pouviez choisir ce que serait votre meilleur repas, que voudriez-vous manger ? Et avec qui ?


Je serais heureux de recevoir vos propositions; vous pouvez les partager à l’aide de l’outil « Poster un commentaire » ci-dessous.

Épisodes parus:

  1. Nicole Rognon cuisine aussi comme elle croit.
  2. Nicole Rognon cuisine en chrétienne.
  3. Nicole Rognon cuisine en contexte musulman.
  4. Nicole Rognon aménage une cuisine pour qu’un couple juif puisse y cuisiner.
  5. Nicole Rognon cuisine pour les beaux-parents hindous de son fils.
  6. Nicole Rognon reçoit une leçon de cuisine bouddhiste.
  7. Nicole Rognon s’adapte à la cuisine végane.
  8. Nicole Rognon découvre qu’elle cuisine autrement.
  9. Nicole Rognon arrête de manger et de cuisiner.
  10. Nicole Rognon transmet de quoi manger en suisse.
  11. Nicole Rognon laisse Jean-Jacques cuisiner pour la Saint-Valentin.
  12. Nicole Rognon cherche un menu qui plaise à tout le monde.
  13. Nicole Rognon mange comme une déesse et Jean-Jacques comme un dieu.

Nicole Rognon cherche un menu qui plaise à tout le monde.

Pour alimenter le cours « Alimentation et spiritualité » que je donne à l’EPFL ce printemps, je propose chaque mardi (à l’heure où je commence le cours) un épisode de la vie de Nicole Rognon, une protestante vaudoise qui cuisine aussi comme elle croit.


Mais comment va-t-on terminer cette année ?

Nicole Rognon aime boucler les choses. Et parce qu’elle est protestante, elle aime mettre en pratique ce qu’elle sait, ce qu’elle pense et ce qu’elle croit. Ces trois mois à réfléchir sur la nourriture lui ont donné l’envie d’organiser un repas pour toutes celles et tous ceux qu’elle a rencontré·es. Mais comment faire manger ensemble des gens qui mangent de manières si diverses ? Et surtout, quel menu proposer pour que chacune et chacun puisse manger, pour que toutes et tous puissent manger ensemble ?

Comme entrée, Nicole Rognon aurait souhaité servir un carpaccio de bœuf, mais les parents d’Amyia n’en voudront pas ; du saumon fumé ou des tomates mozzarella risquent de faire tiquer le Vénérable et de dégoûter Mélissa. Comme plat principal, elle aurait bien préparé un filet mignon aux morilles, mais parce que c’est du porc, ni les musulmanes algériennes ni le pasteur adventiste n’en mangeront ; et Ziva et David le refuseront plutôt deux fois qu’une : parce qu’il s’agit de porc et parce que la viande serait recouverte de crème. Jean-Jacques voudrait une entrecôte qui ne conviendrait ni aux hindou·es, ni aux végétarien·nes ; Sébastien apprécierait des rösti, un tubercule que les jaïns ne pourraient pas manger. Comme dessert, elle aurait voulu préparer des crêpes flambées, une spécialité qui lui vaut toujours des éloges, sauf qu’elles contiennent de l’alcool, du lactose et du gluten ! Et comme boisson, pas d’alcool pour les musulman·es, pas de caféine ni de théine pour les mormons ; il reste alors de l’eau ou une tisane qui pourrait plaire à tout le monde et même à d’éventuel·les jeûneur ou jeûneuses, à condition bien sûr qu’elle soit produite localement, issue de l’agriculture biologique, cultivée dans une perspective de développement durable et qu’elle réponde aux règles du commerce équitable ; et Amyia pourrait s’inquiéter de savoir qui l’a produite et qui l’a vendue. Quel casse-tête !

Il ne reste à Nicole Rognon qu’à trouver le plus petit dénominateur commun, qu’à découvrir ou à inventer le plat qui pourra convenir à toutes et à tous. Et tant pis pour celui ou celle qui peut le plus ! Pour une fois, il ou elle s’accommodera du moins !

Nicole Rognon sait maintenant tout ce qu’elle peut savoir à propos de l’impact des convictions sur les pratiques alimentaires. Mais quel repas peut-elle préparer pour que tout le monde puisse manger et puisse manger ensemble ?
ce soir ?


Je serais heureux de recevoir vos propositions; vous pouvez les partager à l’aide de l’outil « Poster un commentaire » ci-dessous.

  • Mardi 23 mai à 15h00: « Nicole Rognon mange comme une déesse et Jean-Jacques comme un dieu. »

Épisodes parus:

  1. Nicole Rognon cuisine aussi comme elle croit.
  2. Nicole Rognon cuisine en chrétienne.
  3. Nicole Rognon cuisine en contexte musulman.
  4. Nicole Rognon aménage une cuisine pour qu’un couple juif puisse y cuisiner.
  5. Nicole Rognon cuisine pour les beaux-parents hindous de son fils.
  6. Nicole Rognon reçoit une leçon de cuisine bouddhiste.
  7. Nicole Rognon s’adapte à la cuisine végane.
  8. Nicole Rognon découvre qu’elle cuisine autrement.
  9. Nicole Rognon arrête de manger et de cuisiner.
  10. Nicole Rognon transmet de quoi manger en suisse.
  11. Nicole Rognon laisse Jean-Jacques cuisiner pour la Saint-Valentin.
  12. Nicole Rognon cherche un menu qui plaise à tout le monde.
  13. Nicole Rognon mange comme une déesse et Jean-Jacques comme un dieu.