La Cène de la semaine (6)

Durant l’année d’études et de recherche que m’a accordée l’Université de Montréal, je travaille à identifier les aliments figurant sur des Cènes médiévales et à évaluer leur valeur symbolique. J’essaye, autant que possible, de présenter ici chaque lundi une Cène particulière.

À dire vrai, je n’ai pas choisi la Cène de cette semaine pour les nourritures qui figurent sur la table, mais pour un détail particulier dont je parlerai dans un instant. Mais je commence par situer l’œuvre.

Cette Cène fait partie d’une série de fresques racontant la vie de Jésus, des fresques peintes dans l’église de San Polo in Rosso à Gaiole in Chianti. L’église fait partie d’un « pieve » (une forteresse) construit sur une colline toscane entre Sienne et Florence. La Cène figure sur la paroi latérale gauche de la nef; elle a été peinte dans la première moitié du 14e siècle « à la manière d’Ambroggio Lorenzetti ».

« À la manière d’Ambroggio Lorenzetti » (première moitié du 14e s.). Église du Pieve de San Polo in Rosso, Gaiole in Chianti.

Sur la table, on voit 12 pains ronds, 6 grands bols vides, 5 verres à moitié pleins, 4 couteaux, 4 petites assiettes creuses remplies de ce qui pourrait être des feuilles d’endives (une « herbe amère » qui rappellerait la Pâque juive?) et 3 planches en bois sur lesquelles sont déposés des poissons (1 sur chaque planche); deux disciples tiennent un pain dans leur main (qui sont donc les 13e et 14e pain), un autre un verre (un 6e verre), deux un couteau (le 5e et 6e). Devant le deuxième disciple de dos depuis la gauche, on trouve une petite blanche, sur laquelle se trouvent un petit bol et une longue cuillère en équilibre.

J’en viens maintenant au « détail le plus intéressant ». Il s’agit du petit être noir sur la gauche de la table. Sur une mauvaise reproduction, j’avais d’abord cru y reconnaître un poulpe (la présence d’une telle nourriture à la table du Dernier Repas m’aurait évidemment plu) . Mais lorsque j’ai vu la fresque en vrai, je n’ai plus eu aucun doute. C’est bien un petit démon noir qui volette au-dessus de la table, qui s’invite au repas. De sa main gauche, il semble effleurer le front du premier disciple à gauche, un disciple qui paraît le regarder intensément. Que fait-il là? Sans doute que l’artiste a voulu représenter le moment précis où « Satan entra dans Judas » (Jean 13, 22), même si Jésus n’est pas en train de lui donner une bouchée, mais qu’il esquisse un geste de bénédiction, une bénédiction qui porte plus sur le disciple assoupi que sur le pain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s